Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

[Edit du 2 février 2022 : ajout du retour de Blanche Leridon à l’Institut Montaigne]

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Un précédent ?

Alors que les macronistes égrainent dans leurs tweets une série de mesures qui démontrerait que, sous Macron, jamais les étudiant·es n’ont été aussi protégé·es (ce qui est de toute évidence faux), iels oublient systématiquement une mesure absolument honteuse : la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiant·es extra-communautaires, passant de 170 à 2 770 euros en licence et de 243 à 3 770 euros en Master. Ce précédent, auquel le Conseil d’État n’a rien trouvé à redire [10], laisse penser qu’une telle hausse pourrait en principe être généralisée à tou·tes [11]. Mais est-ce dans le projet néo-libéral macroniste ?

Un projet Macron-compatible ?

Faisons d’abord un détour par l’Institut Montaigne, un think-tank néo-libéral. Ce dernier est consulté par le MESRI pour définir sa stratégie et sa politique ESR [12]. La collaboratrice de Vidal recrutée en juillet 2020, Blanche Leridon, est même passée par le think-tank de 2015 à 2018 [13]. D’ailleurs, elle quittera volontairement le ministère le 31 décembre 2021 [14] et serait ensuite revenue à l’Institut Montaigne en 2022 [15]. Ce qui devient intéressant, c’est qu’en avril 2021, l’Institut faisait (à nouveau) des propositions sur une réforme de l’Université impliquant… une hausse des frais d’inscription, sans aucune ambiguïté ici ! [16]

« [une] augmentation des droits de scolarité en licence à 900 € par an et à 1 200 € en master [qui] concernerait l’ensemble des universités, de manière uniforme » (p. 98–99)

L’analogie ne s’arrête pas là puisque le think-tank propose, comme Macron (voir tableau en annexe) :

  • d’augmenter la part des financements privés dans les fonds universitaires ;
  • de résoudre la précarité étudiante par l’augmentation des frais d’inscription (ce que l’Institut Montaigne propose de faire en créant notamment des prêts étudiants…) ;
  • de « remettre » la recherche au cœur des missions des universités au détriment des établissements de recherche, tels que le CNRS, qui feraient office d’agences de moyens ;
  • de s’affranchir du « coût » que représente le tiers d’étudiant·es boursier·ères ;
  • la remise en cause du système historique Université–Grande école–EPST ;
  • le renforcement de la professionnalisation des formations universitaires ;
  • le renforcement de la gouvernance des universités par leur autonomisation.

On remarquera tout de même quelques différences, notamment sur la précision de certains calculs puisqu’à l’inverse de Macron, l’Institut Montaigne montre que la France n’est pas la championne mondiale du financement public de ses universités ; le Président n’en étant pas à son premier raccourci grossier dans son discours [17]. Autre divergence notable, la transformation complète des EPST en agences de moyens n’est pas le scénario privilégié par le think-tank.

Notons enfin que certain·es ont proposé à la suite du discours de Macron que l’augmentation des frais d’inscription serait inconstitutionnelle, sur la base d’une décision du Conseil constitutionnel en 2019 [18]. Cependant, ce dernier n’entérine pas la gratuité de l’université mais sa « modicité » ou gratuité payante. Un point que l’Institut Montaigne avait déjà bien pris soin de vérifier et qui serait selon lui compatible avec son projet de réforme, donc avec celui de Macron.

« La question de la constitutionnalité d’une augmentation des droits de scolarité […] Il est donc possible de considérer que la proposition formulée [dans le rapport de l’Institut Montaigne] répond aux préoccupations du Conseil constitutionnel telles que précisées par le Conseil d’État. Des droits de scolarité annuels autour de 1 000 € apparaissent en effet modiques au regard du coût annuel moyen des formations dans l’enseignement supérieur (représentant autour de 10%).

Ensuite, dans le cadre d’un prêt à remboursement contingent décrit ci-après, l’étudiant n’a à s’acquitter directement d’aucun droit sur la période de sa scolarité et le remboursement ultérieur de son emprunt sera fondé sur ses capacités financières. Un tel système, innovant et équitable, apparaît donc particulièrement adapté pour satisfaire aux obligations constitutionnelles pesant sur les droits de scolarité. » (p. 114–115)

La comparaison entre le discours de Macron et celui du think tank est bluffante : il semblerait que l’un ait écrit l’autre, sans qu’on puisse savoir qui de la poule et l’œuf2 . L’ensemble des similarités entre le discours de Macron — et la politique ESR de son mandat — avec le rapport de l’Institut Montaigne montre le consensus libéral qui les unit sur la question de l’université. Une idéologie que l’un — l’Institut Montaigne — assume vis-à-vis de la question de l’augmentation des frais d’inscription, alors que l’autre — Macron et son gouvernement — la nie publiquement aussitôt l’avoir « évoquée ».

Une difficulté à assumer qui en dit long sur l’absence de consensus dans la communauté académique et la société civile autour de ce projet de transformation de l’université.

NB : au moment de l’écriture de ce billet, d’autres (ici le compte Twitter parodique @realUNIVFrance) ont aussi perçu le lien pour le moins troublant que nous décrivons. Le rapport de l’Institut Montaigne semble donc être une bonne grille de lecture pour comprendre le discours de Macron.

[Exclu] Le programme #ESR de Macron (visage grimaçant)


Tableau annexe

Thématique Macron Institut Montaigne
Financement privé « nous avons […] une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public » (p. 6) « Économiquement et socialement, un financement privé de l’enseignement supérieur se justifie car sa « valeur privée » (pour l’individu) est supérieure à sa « valeur sociale » (pour la société) » (p. 113)
Précarité étudiante « On ne pourra pas rester durablement dans un système […] où […] nous avons tant de précarité étudiante » (p. 6) « [le] financement de bourses pour les étudiants modestes, qui permettent un réel accompagnement financier dans leurs études, ce que le système actuel n’assure pas » (p. 110)
Recherche au cœur des universités au détriment des EPST « Demain, ce sont nos universités qui doivent être […] le centre de gravité pour la recherche » (p. 5) « Ce scénario de convergence universités-organismes renforcerait selon nous, en plus de la signature commune des publications, les forces scientifiques et leur attractivité, essentielles pour les grandes universités de recherche » (p. 165)
Bourses étudiantes « On ne pourra pas rester durablement dans un système […] où un tiers des étudiants sont boursiers » (p. 6) « les 37% d’étudiants boursiers, dont 31% à l’échelon 095, sont exonérés de droits de scolarité, la perte de recettes pour les universités étant compensée par l’État pour un coût de 110 M€ par an » (p. 111)
Système Université–Grande école–EPST « Les grandes écoles et organismes de recherche étaient supposés s’occuper de l’excellence et de la formation des élites, et les universités de la démocratisation de l’enseignement supérieur et de la gestion des masses. Ce système est révolu » (p. 5) « Le système français d’enseignement supérieur et de recherche apparaît comme un système particulièrement complexe et fragmenté. Il est en effet marqué par plusieurs clivages historiques, qui tendent à s’estomper ces dernières années, sans pour autant disparaître : universités / grandes écoles, universités / organismes de recherche […]. [Ces] spécificités françaises ne sont pas adaptées aux standards internationaux » (p. 43)
Transformer les EPST en agences de moyen « il faudra encore que nous renforcions la capacité de nos grands organismes à jouer un rôle d’agences de moyens pour investir, porter des programmes de recherche ambitieux » (p. 9) « Le troisième scénario, de rupture, passerait par la transformation des organismes de recherche en une agence de moyens, sur le modèle de la National Science Foundation américaine » (p. 166)
Professionnalisation et orientation « les universités ne devront plus seulement garantir l’accueil des étudiants dans une formation, mais garantir l’orientation des jeunes vers l’emploi » (p. 6) « l’absence de sélection à l’entrée et de politique efficace d’orientation vers les filières professionnelles courtes conduit à ce que, […] 31% des bacheliers généraux ne sont plus à l’université trois ans après leur entrée » (p. 56)

« Il faut ainsi professionnaliser la fonction de sélection à l’entrée » (p. 102)

Gouvernance par l’autonomie « Soyons honnêtes, si nous voulons l’autonomie complète avec la responsabilité, on devra aller vers une clarification de la gouvernance » (p. 9) « il importe de renforcer la gouvernance des universités pour faire face aux responsabilités qu’entraîne l’autonomie » (p. 138)

 

[1] Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU

[2] Présidentielle 2022 : le programme d’Emmanuel Macron devant la CPU “France Universités”, par Catherine Rideau-Kikuchi, Academia, 2022 ; Emmanuel Macron prône l’hyper-privatisation de l’enseignement supérieur, par Bruno Amable, Libération, 2022 ; déclaration de la CGT ; Fil Twitter de Julien Gossa [archivé]

[3] Tweet de l’Alternative [archivé] ; Tweet de l’UNEF [archivé]

[4] Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation, par Martin Clavey, Mediapart, 2022 ; Emmanuel Macron veut remettre en cause la quasi-gratuité des études universitaires, par Olivier Monod, Libération, 2022

[5] Tweet de Yannick Jadot [archivé] ; Tweet d’Anne Hidalgo [archivé]

[6] Tweet de Valérie Pécresse [archivé]

[7] Tweet de LCP [archivé] ; Tweets de Frédérique Vidal à l’Assemblée Nationale et au Sénat [archivés]

[8] Tweet de Loïc Guilpain [archivé], membre des Jeunes avec Macron ; Tweet de Sacha Houlié [archivé], député LaREM de La Vienne et cofondateur des Jeunes avec Macron ; Tweet de Cécile Rilhac [archivé], députée LaREM du Val-d’Oise

[9] Frédérique Vidal : «L’objectif n’est pas d’avoir un enseignement supérieur uniquement privé en France», Cassandre Leray et Olivier Monod, Libération, 2022

[10] Le Conseil d’Etat valide la hausse des frais universitaires pour les étudiants étrangers, par Marlène Thomas, Libération, 2020

[11] Etudiants étrangers : « Attirer les plus riches et, en même temps, écarter les plus pauvres », par Éric Fassin et Bertrand Guillarme, Le Monde, 2018

[12] Tweet de Vidal [archivé] :

[13] Cabinet de F. Vidal : Blanche Leridon est nommée conseillère “relations parlementaires, politique sociale et immobilier”, par René-Luc Bénichou, AEF, 2020 ; Profil de Blanche Leridon sur le site de l’Institut Montaigne

[14] Arrêté du 21 décembre 2021 portant cessation de fonctions au cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

[15] Tweet de Martin Clavey [archivé]

[16] Enseignement supérieur et recherche, il est temps d’agir !, par Institut Montaigne, 2021

[17] Est-il vrai que «50% des étudiants ne se présentent pas aux examens» comme l’a dit Emmanuel Macron?, par Mathilde Roche, Libération CheckNews, 2022

[18] Conseil Constitutionnel, Décision n° 2019-809 QPC du 11 octobre 2019



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 20 janvier). Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj2q

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []
  2. Notons que le directeur de l’Institut Montaigne a hébergé le mouvement d’Emmanuel Macron en 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.