“Masculin / Féminin – terrain miné et parfois minable” ? Réponse du collectif PhilosophEs

La revue Philosophoire a fait paraître son dernier numéro 56 Masculin/ Féminin dont la couverture met en exergue Peggy Sastre et Rose-Paule Vinciguerra. Ce choix éditorial, de faire co-exister de spécialistes d’études de genre et une traductrice de Causeur, pris par le directeur de la publication, Vincent Citot,  et par l’éditeur Vrin interroge. Le collectif PhilosophEs leur répond. 


Le Collectif PhilosopheEs répond à l’éditorial « miné et minable » de Vincent Citot 

« [I]l est très fréquent que les intellectuels s’autorisent de la compétence (au sens quasi juridique du terme) qui leur est socialement reconnue pour parler avec autorité bien au-delà des limites de leur compétence technique, en particulier dans le domaine de la politique1 »

 

« Le problème que je pose en permanence est celui de savoir comment faire entrer dans le débat public cette communauté de savants qui a des choses à dire sur la question arabe, sur les banlieues, le foulard islamique… Car qui parle (dans les médias) ? Ce sont des sous-philosophes qui ont pour toute compétence de vagues lectures de vagues textes, des gens comme Alain Finkielkraut. J’appelle ça les pauvres Blancs de la culture. Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. […] Actuellement, un des grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité » ”2.

 

Cher Vincent Citot3,

Couverture du numéro 56 du Philosophoire : ou comment confondre objectivité scientifique et objectification sexiste

Tu as écrit un éditorial pour le dossier « Masculin/Féminin », dossier « accueilli » dans le n°56 de la revue Le Philosophoire, publiée chez Vrin. C’est un éditorial sans aucune source, sans aucune référence, avec seule ta Pure Pensée à l’œuvre – l’unique note de bas de page est une remarque précisant de façon euphémisée que le comité de rédaction se désolidarise4… de ton texte, une première dans l’histoire de la revue, puisque pour les autres éditos, le CR ne s’est jusqu’à lors jamais senti obligé de signaler que « Les éditoriaux du Philosophoire ne présentent pas l’avis général du Comité de rédaction ni la teneur du dossier qu’ils inaugurent. Ils n’engagent que leurs auteurs. ».

Nous avons été étonnées de cette désinvolture, car ta page Wikipédia, pourtant très élogieuse, ne mentionne aucune compétence en matière d’études de genre. Mais pour tout te dire, au vu du contenu de ton texte, nous sommes finalement encore plus surprises d’apprendre sur cette page que « [l]a recherche de VC porte principalement sur des questions relatives aux exigences de la pensée philosophique ».

Les critiques que nous t’adressons aujourd’hui ne portent pas seulement sur la confusion qui règne dans ton discours au niveau conceptuel et théorique, mais aussi sur celle que tu participes à entretenir politiquement. Tu publies ce papier à quelques jours d’un pseudo-colloque visant à dénoncer les prétendues dérives « identitaires » de la recherche française, quelques semaines après que la ministre de l’ESR a parlé de « wokisme » et d’« islamogauchisme » menaçants dans les universités, à un moment où Éric Zemmour trouve des allié·es parmi les membres de l’Observatoire du décolonialisme. Si le kairos est une intelligence de la situation, soit tu manques terriblement de prudence, soit tu as une visée qui n’est pas la nôtre.

Mais nous n’allons pas rester dans des généralités (nous !), nous allons revenir sur ton propos qui prétend en permanence prendre de la hauteur et écrire « en philosophe » alors qu’il est digne d’un polémiste de chaîne d’information en continu.

Nous ne reviendrons pas sur la distinction être/devoir être que tu poses d’emblée, avec sciences du côté du premier et « moralistes » du côté du second, qui témoigne d’une philosophie bien datée qui ne tient pas compte de la porosité fait/valeur (voir Hilary Putnam, entre autres). Et même en admettant charitablement cette idée selon laquelle on parle soit de faits, soit de valeurs, cela semble peu cohérent avec le paragraphe suivant où tu écris « la revue n’a pas l’ambition d’apporter une pierre à l’édifice des savoirs positifs – sinon par occasion –, ni ne promeut une orientation axiologique particulière – féministe, ou autre. » Ni sur le terrain des faits, ni sur le terrain des valeurs, que travaille-t-on alors chez Le Philosophoire ? Que vous reste-t-il ? Es-tu en train d’avouer que tu te caches derrière une pseudo-neutralité pour formuler un point de vue très situé et orienté, tout en faisant l’économie de l’étude empirique des faits ? Merci de nous donner la clef de lecture du régime argumentatif de ton texte dès le départ, cela facilite grandement notre travail ! Et si cette figure du mauvais philosophe que tu évoques ensuite était également un indice ? Tu sais, celui dont tu dis qu’il 1) énonce sans enquête 2) fait de la politique sous un vernis conceptuel 3) prend son avis personnel pour l’ériger en théorie ? Nous nous demandons alors : VC avance-t-il masqué pour critiquer les pseudo-philosophes réactionnaires qui écrivent sur ce qu’ils méconnaissent et craignent ?

Trêve de charité. Quelle confusion. Quand tu mets par exemple sur le même plan des catégories qui n’ont rien à voir les unes avec les autres… tu sais, quand tu évoques la « libre construction personnelle dans la différence des sexes, des genres et des transgenres », il faut que tu saches que le premier est une variable, le deuxième est un concept, et que le troisième désigne des personnes… Quand tu ne t’emmêles pas les pinceaux, le degré de généralité de ton propos est tel que ce que tu avances n’est ni vrai ni faux. Tu sais, « le discours ni vrai ni faux, ni vérifiable ni falsifiable, ni théorique ni empirique » comme dirait encore Bourdieu. Pour quelqu’un qui écrit qu’ « il y a des contradictions logiques, épistémiques ou existentielles [sic] aisément repérables », on a l’impression que tu es quand même bien au fond de la caverne sur les questions de genre. Par exemple, quand tu pointes du doigt le prétendu paradoxe « d’ assigner les individus à leur identité catégorielle tout en voulant les libérer », c’est dommage de n’avoir pas entendu parler de l’essentialisme stratégique de Gayatri Spivak, et de confondre la constitution d’un sujet de lutte et l’identité personnelle. Tu semblais tellement content de ta trouvaille, celle d’un philosophe qui déniche les paradoxes comme un porc truffier trouve des champignons ! Et quand tu écris qu’il y a une contradiction à « se poser et s’opposer en tant que (femme, homme, transgenre) tout en réclamant aussi les avantages de l’indifférenciation universaliste » ! Bravo d’avoir vu cette tension ! Par contre, cela fait depuis au moins 1792 que les (pré)féministes l’ont soulignée, avec Mary Wollstonecraft (le dilemme en question a pris son nom). Le Philosophoire, une revue à la pointe !

Et quand tu mets en garde contre le fait de « faire pression sur les consciences (“Déracine-toi, dé-genre-toi !”) en croyant les soulager », qu’est-ce qu’on rit jaune ! Il fallait le faire tout de même, prétendre que les injonctions sociales majoritaires, opprimantes et oppressantes étaient du côté de l’affranchissement plutôt que de l’assignation à l’identité de genre. N’aurais-tu pas confondu abstraction philosophique et symétrisation-fautive-due-à-une-mauvaise-foi-mêlée-d’ignorance-des-réalités-sociales-documentées-par-la-sociologie-et-l’histoire ? Et, puis, tu sais, cela ne sent pas très bon : suggérer qu’il y a quelque chose comme une « pression »… par qui ? Le lobby LGBT ? La « menace féministe » dont parle Valeurs actuelles ?

Après, tu donnes des bons conseils : quand même, les filles, c’est bête de « concevoir la lutte des sexes dans des termes proches de la lutte des classes en cherchant néanmoins le consentement du sexe opposé (Marx n’en demandait pas tant aux “propriétaires des moyens de production”) » ! Merci camarade VC, mais tu sais, les féministes sont les premières à dire qu’elles n’ont pas besoin des hommes pour lutter : « ne me libère pas , je m’en charge », c’est un slogan assez connu, même par les publicitaires. As-tu entendu parler des mouvements sociaux5 ?

Ensuite, cela devient moins amusant. Lorsque tu écris « considérer les signes ostentatoires d’affiliation religieuse comme marque de soumission à une religion patriarcale, mais fermer les yeux sur la question du voile islamique par stratégie intersectionnelle et opportunisme politique », difficile de rire, même jaune. Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais ton propos est problématique sur 5 plans au moins : logique, factuel, éthique, politique et conceptuel. Nous te faisons une petite liste, pour faciliter la lecture :

  • logique: cette phrase est contradictoire: si les féministes posent la religion comme une institution patriarcale, alors cela s’arrête là : elles ont déjà critiqué l’islam ce faisant. Par contre, demander, comme tu le fais, un traitement « de défaveur »  consistant à appuyer plus particulièrement sur l’islam, c’est cela qui est suspect, VC.
  • factuel: « les féministes ferment les yeux sur la question du voile islamique» : elles ne sont pas d’accord entre elles sur « la question du voile ».
  • éthique: « fermer les yeux sur la question du voile islamique » sous-entend que porter le voile est un méfait (on ferme les yeux sur la corruption, sur les crimes, sur les souffrances…), sous-entendu qui est tout simplement islamophobe.
  • politique: ton argument est le même que celui qui est mobilisé par l’extrême droite — par exemple au moment de Cologne6.
  • conceptuel: « stratégie intersectionnelle »: nous ne comprenons tout simplement pas en quoi cela est une critique. Si cela signifie « lutter à la fois contre le sexisme, le racisme, et la domination de classe » alors oui, beaucoup de féministes cherchent à mener ces luttes de front. On dirait que tu ne maitrise pas le concept d’intersectionnalité, c’est dommage. Et s’il s’agit d’opportunisme politique, alors nous aimerions bien savoir pourquoi les stratégies qui semblent les plus médiatiquement payantes à l’heure actuelle sont celles qui, au contraire, divisent, antagonisent, bouc-émissairisent… mais peut-être as-tu une tactique qui nous échappe.

À ce stade nous commençons (!) à nous dire que tout cela n’est pas de la naïveté, de l’inculture ou de l’ignorance… surtout qu’ensuite tu parles des avantages que les femmes tireraient des droits humains… mais VC, les droits humains ne sont pas des avantages… ce sont des droits7.

Puis tu pars sur des envolées sur le désir comme « résultat d’une sélection sexuelle multimillénaire » avec l’idée que « le dimorphisme sexuel est l’expression dans la durée du désir lui-même ». Bon, certes, cela ne veut rien dire, mais nous avons l’impression que tu ne sais pas (et ce n’est pas grave, ce qui importe, c’est de savoir qu’on ne sait pas, souviens-toi) que l’évopsy – ou psychologie évolutionniste – dont le propos est « d’expliquer des traits psycho-comportementaux actuels par l’existence de dispositions psychiques d’origine génétique sélectionnées au cours de l’évolution » est un courant de pensée et non une discipline scientifique reconnue, car « les énoncés qu’elle produit sont susceptibles au moins en théorie d’être réfutés par des expériences ou des observations” et que “les scénarios produits par la psychologie évolutionniste, qui sont ce qu’elle produit spécifiquement, ne sont que des hypothèses : ils sont plus au moins plausibles au regard des données scientifiques disponibles, mais en tant que tels ils ne peuvent être empiriquement prouvés. C‘est là que réside l’imposture continuelle de la vulgate psycho-évolutionniste qui présente ces hypothèses comme s’il s’agissait de faits scientifiques ». Nous te donnons un peu de lecture sur les faux nez biologistes de la psychologie évolutionniste.

“Evopsy : le Philosofoire son édito”. © Tous droitsréservés, 2022

Tu n’aurais pas juste répété de façon acritique les propos que tu as recueilli auprès de Peggy Sastre pour ouvrir le dossier, tout de même ? Sastre, cher VC, dont on peut douter des compétences en matière de sciences biologiques (son doctorat est en philosophie et sa thèse est sur Nietzsche) mais dont on ne peut douter des parti pris idéologiques (radicalement antiféministe). Puisque cette question de la biologie et de la Nature avec un grand N semble te travailler, nous te renvoyons à l’excellent ouvrage Hormones, sexe et cerveau de Rebecca Jordan Young sur le sujet. Et sur l’intérêt féministe ambivalent de la biologie, là aussi, plusieurs penseur·es y ont déjà réfléchi8 (quand on fait un état de l’art, on s’économise la réinvention de l’eau chaude, c’est très pratique).

Bon, parfois, c’est vraiment difficile de te suivre, comme dans ce passage incompréhensible :  « prétendre que tout soit culturel (en particulier les catégories ”homme“ et “femme”) mais refuser que le néoféminisme et son contraire le soient également (en invoquant la Justice même) » … « Refuser que le néoféminisme soit culturel »? Qui refuse cela? Est-ce une attaque contre un prétendu relativisme féministe ?  Est-ce une réflexion sur l’idée de Justice en tant qu’elle transcenderait ses incarnations historiques? Toi seul le sais (?).

Le pire, c’est peut-être que même lorsque tu attaques notre « camp adverse » (les réactionnaires, les antiféministes, tu suis toujours ?), tu le fais avec des arguments assez faibles, en les prenant pour des idiots, avec un ton condescendant. Ce n’est pas notre travail de les défendre, mais franchement, est-ce que c’est vraiment un argument, ça : « dans le camp adverse, chercher dans ”la nature“ un fondement et un critère en matière de sexe et de sexualité, mais conspuer cette même nature quand il s’agit d’affronter un virus ou un tsunami » ?

Tu les attaques sur des points qui sont loin d’être essentiels et même là, cela nous retombe dessus. Par exemple quand tu imagines (imagination débordante) celui qui « vant[e] la répartition sexuée des rôles pour la bonne marche des choses, la stabilité des couples et l’ordre dans la maisonnée, sauf quand il s’agit de ses propres filles (qui seront ingénieures, indépendantes et se feront congeler leurs ovules si besoin) »… Tu sais, VC, il y a des points bien plus graves sur lesquels on peut attaquer les réactionnaires qu’une prétendue hypocrisie (réac’ avec les autres, progressiste avec mes filles), qui est en plus tout à fait contredite par les enquêtes de sciences sociales. En effet, sache qu’encore aujourd’hui, dans la plupart des familles (pas seulement celles des méchants réactionnaires), on fait peser sur « ses » filles les assignations genrées qui réduisent leurs possibles. Ce serait justement intéressant que tu lises quelques féministes qui montrent que la famille est l’institution par excellence de la (re)production du genre, que la socialisation différenciée se fait aussi en grande partie en son sein.

Comme la charité a laissé place à la défiance, nous nous demandons si cet argument mauvais (et rapide, tu as pris plus de temps – si ce n’est de soin – pour attaquer les féministes) est utilisé pour clore le papier :

  • parce qu’il est aisé à retourner et qu’inconsciemment tu n’attends que cela ? Ou qu’en tout cas ta véhémence est plus forte contre les féministes que contre les réactionnaires ?
  • Du fait d’un goût désinvolte et hors-sol du philosophe pour le paradoxe (on tolère le sexisme, par contre on ne tolère pas les contradictions !)  (Non, ne t’inquiète pas, j’interdis à mes filles d’être autre chose que femme au foyer, ouf, tout va bien, la cohérence est respectée)…
  • Pour finir avec une idée « choc » (la congélation des ovules ! on n’en dit rien , mais on n’en pense pas moins !) … On rappelle que la connivence implicite est indigne d’un discours qui se veut réflexif, critique, explicatif… et VC, avec qui se fait au juste ta connivence? Ceux qui réprouvent la congélation des ovocytes ? Est-ce une façon de dire « réacs, vous êtes pris à votre propre jeu, regardez où en arrivent vos filles ! » ? La condamnation morale et misogyne des femmes reste sauve, en tout cas, à la fin.

On sent bien que tu n’étais pas à l’aise avec ce sujet, dont tu dis à la fin qu’il « soulève des difficultés redoutables » — c’est vrai que quand on n’a rien lu sur la question, on n’y comprend pas grand-chose. Dans la marge on écrirait que les idées sont confuses, les connaissances superficielles, datées ou carrément erronées… Nous t’invitons à faire quelques lectures, à écouter quelques consœurs. Il n’est pas interdit de s’informer avant d’écrire. Sans quoi, « on voit parfois bourgeonner des idées paresseuses » comme tu le dis si bien, ce qui nous emmène sur des « terrains minables » pour te citer encore.

Collectif PhilosopheEs

Post-scriptum pour l’éditeur Vrin. Comment peut-on, d’une main, publier une chose pareille, et de l’autre, faire une vitrine « LGBT Friendly » avec un tote-bag flanqué d’un logo Vrin arc-en-ciel, tout en installant une étagère « philosophie féministe » dans sa boutique ? Avez-vous une ligne éditoriale ou sommes-nous dans l’opportunisme pur et simple ? Ne nous faites pas l’insulte de répondre « pluralisme » alors qu’un texte aussi indéfendable ne serait jamais « passé » chez vous s’il avait porté sur des sujets que vous jugez légitimes et sérieux. Merci de manifester votre mépris en montrant que vous tolérez méconnaissance et nullité lorsqu’il est question du genre, et donc, directement et indirectement, de l’émancipation des femmes et des minorités sexuelles.

Vitrine de la librairie Vrin, place de la Sorbonne, printemps 2020 : déconfinés, mais pas trop. Droits réservés

 

  1. Bourdieu, “Comment libérer les intellectuels libres?” in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 2002, p.72-73. []
  2. Pierre Bourdieu, Interventions 1961-2001, Marseille, Agone, 2002, p.233. []
  3. VC dans la suite du texte, par commodité et pour éviter les lourdeurs. []
  4. On aurait aimé qu’ils fassent un peu plus —le corriger, le refuser, démissionner, soyons folles ? Update. À la lecture du texte, Sophie Galabru nous a déclaré avoir démissionné suite à la parution de l’éditorial. Update 2. Isabelle Aubert, maîtresse de conférences à Paris 1, nous a indiqué avoir également quitté le comité et ce, avant même la lecture de l’éditorial de Vincent Citot. Suite à des échanges au sein du groupe, elle ne sentait plus en accord avec la ligne éditoriale empruntée par la revue dans ce numéro Masculin/féminin.. []
  5. Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020. []
  6. Après Cologne, le mauvais procès intenté aux féministes“, par Romain Vallet, Hétéroclite, 3 mars 2016. []
  7. Voir programme de Terminale. []
  8. Hoquet Thierry, « La sociobiologie est-elle amendable ? Biologistes, féministes, darwiniennes face au paradigme de la sélection sexuelle », Diogène, 2009/1 (n° 225), p. 139-156. DOI : 10.3917/dio.225.0139 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.