Université, je t’aime !

Nous republions, avec son accord, le texte de Mr BlueSky datant de 2016. “Cinq ans plus tard, écrit-il, je ne l’écrirais sûrement pas de la même manière. Justement parce qu’on est cinq ans plus tard et que la vidalisation a continué à faire du mal à nos universités”.

Cela fera 35 ans dans un mois que ma vie s’est jouée. Lorsque, le Bac en poche, je me suis présenté avec ma mère (ben, oui, j’étais mineur) au secrétariat de l’UER d’Histoire de l’université du Mirail (on ne disait pas encore Toulouse II, et encore moins Jean-Jaurès, preuve que le nom du quartier n’était point encore porteur d’image négative). Tout ça parce que je n’avais pas encore l’âge requis pour entrer à l’Ecole de Journalisme de Lille (21 ans à l’époque) et parce que mes copains de Terminale m’avaient dit qu’avec mes notes en Histoire-Géo, il fallait que j’aille faire des études dans ce domaine. Moi, j’en étais moyennement convaincu étant donné que les bons résultats dans ces matières n’étaient que très récents (j’avais quand même pris une claque en Première avec une moyenne à 5 au deuxième trimestre !). Seulement voilà, au secrétariat, la dame (dont j’ai hélas oublié le nom et je le regrette) m’expliqua en quoi le choix de l’Histoire ou de la Géographie était très pertinent avec ce qui était mon projet professionnel : une licence dans une de ces deux disciplines, ce serait un plus indéniable pour mes futures études. Alors, comme je m’estimais meilleur en Géographie, j’ai choisi de m’inscrire en Histoire.

Pourquoi je raconte ceci aujourd’hui ?… Pour le plaisir de savourer un anniversaire ? Par relent sentimental envers un passé idéalisé et désormais trop loin ? Non. Si je me mets à écrire sur ce sujet maintenant c’est que j’enrage de me dire que ce que j’ai vécu a été une chance sans nom et qu’aujourd’hui, ceux qui viennent, ces élèves qui demain vont aborder leurs épreuves du Bac, n’en bénéficieront pas. Ou plus de la même manière en tous cas.

Hand-Embroidered Solar System by textile artist Ophelie Trichereau. Droits réservés

Au bout de six mois, j’ai su que je ne ferais pas journaliste. Au bout de six mois, j’ai su que l’Histoire et la Géographie m’accompagneraient durant toute ma vie. Et cela, c’est à l’université que je le dois. Et ça, je ne peux pas l’oublier ! Avec un peu plus d’ambition, j’aurais peut-être pu lui rendre son coup de pouce en me faisant moi aussi passeur de savoirs, de passions et d’avenir ; j’ai essayé de le faire à un niveau plus humble et toujours en expliquant à mes élèves que quand ils seraient à l’université, alors là leur vie changerait et qu’ils pourraient enfin prendre plaisir à faire ce qu’ils avaient vraiment envie de faire.
Pourtant, aujourd’hui, dans les conseils de classe de Première et de Terminale, l’université c’est le parent pauvre, c’est la solution quasi de relégation. C’est ce qu’on demande quand on ne peut rien espérer. Aujourd’hui, les sigles qui flashent sont CPGE, IUT, PACES (ok, j’ai des S…). L’université classique, on n’y entre qu’avec son seul bac qui conserve encore ici sa logique de premier diplôme universitaire… Ailleurs, il faut avoir montré patte blanche, avoir des notes au top et des appréciations nickel chrome. Autant dire, si tu es bon tu prends les voies royales… et si tu es médiocre voire même mauvais (et profitant de ce Bac soi-disant donné à tout le monde), tu n’auras droit qu’à l’université.
Bon sang ! Quand je pense aux professeurs que j’ai croisés dans mon université, les Pierre Laborie, Michel Taillefer, Jean-François Soulet, René Souriac, Robert Marconis, Roger Lambert (mon maître en carto), Patrick Le Roux. Tous ces gens n’étaient pas des nuls, on leur confiait, à côté de leur activité de chercheurs, la mission d’instruire des jeunes étudiants et de leur ouvrir l’esprit sur le monde. Et je ne vois aucune raison pour que leurs successeurs soient moins dignes d’admiration et de respect de la part de leurs étudiants. Sauf que, et là c’est ce que m’a rapporté ma fille venue 30 ans après moi dans la même université, les étudiants d’aujourd’hui traitent leurs profs d’université comme ils traitaient leurs profs de collège ou de lycée : « lui, il est nul ! », « elle y comprend rien ! », « il nous fait faire des trucs qui ne servent à rien ». Comment voulez-vous avoir confiance dans des enseignants et des enseignements si on vous a bourré la tête depuis la fin du collège que c’était destiné aux plus nuls ?

‘Solar system of yarn’ crocheted artwork(s) by textile artist Allison Hoffman

Quand ma fille est entrée à l’université, je pensais qu’elle allait y trouver un univers encore meilleur que le mien. Forcément, le temps avait passé, les technologies avaient évolué, les bâtiments commençaient à être refaits (fini la fac qui avait les pieds dans l’eau dès qu’il pleuvait deux jours !). Las ! S’il nous arrivait en début d’année de nous retrouver à 80 pour une salle de 45 places, cela ne durait guère. Pour elle, ce furent les examens avec des étudiants composant sur les marches des amphis, les bouquins impossibles à trouver à la bibliothèque, les projecteurs de diapos toujours présents dans les salles de géo. C’est là que j’ai pu sentir concrètement que les priorités étaient bien parties ailleurs… Car, même si de superbes réalisations ont pu être effectuées en ce qui concerne les bâtiments, on peut légitimement avoir l’impression que ce ne sont que des murs à la Potemkine pour mieux cacher la désintégration progressive de ce qui se passent derrière eux.

On est entré dans une évolution qui semble irréversible. « Prenez ces recalés d’APB et débrouillez-vous pour en faire quelque chose, mais on vous prévient, on ne veut pas dépenser un sou de plus pour eux puisqu’ils n’ont finalement aucun intérêt. Ah, oui, et bien sûr, pour finir de décourager tout le monde, eux qui veulent apprendre et vous qui leur enseignez, on grignotera chaque année l’enveloppe qu’on vous donne. Débrouillez-vous ! Vous êtes notre radeau de la Méduse avec ses soutiers nauséabonds, l’avenir du pays ce sont les grands paquebots de prestige qui formeront nos futurs capitaines. »
Cette évolution me rend malade de rage et de fureur. C’est comme si on me cassait un jouet extraordinaire. Universitas… Le savoir universel réuni en un même lieu. La fusion d’esprits différents dont jaillit l’esprit critique. La découverte d’une gestion personnelle de son propre travail. La matrice d’une vie…
Sans doute faut-il faire évoluer les choses mais amener progressivement un lieu d’enseignement à s’autodétruire sous le coup de réductions successives et répétées de moyens, c’est d’une lâcheté sans nom. Il peut bien sûr y avoir d’autres filières, d’autres itinéraires, mais entreprendre de sacrifier celui qui abrite souvent aujourd’hui les plus fragiles, les plus démunis, ceux qui ne peuvent aller dans les universités les plus prestigieuses ou les grandes écoles porteuses d’excellence réelle ou fantasmée, c’est piétiner ces « valeurs de la République » qu’on nous demande d’exalter, c’est rompre avec l’idée d’une promotion démocratique.
Quand, il y a 35 ans, je me suis présenté à l’université du Mirail, j’étais le premier de ma famille à avoir eu le Bac. Entrer à l’université, c’était comme tutoyer les étoiles. Je ne me résous pas à l’idée que mes élèves ne puissent plus avoir cette chance-là.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.