Crise dans le milieu universitaire

  • Par Samantha Rose Hill, publié originellement  sur Medium.com,  21 septembre 2018. Traduction française Anne Monier

« Le principe du “publish or perish” (publier ou périr) est une catastrophe. Les gens écrivent des choses qui n’auraient jamais dû être écrites et qui ne devraient jamais être publiées. Personne ne s’y intéresse. Mais pour pouvoir garder leur emploi et obtenir une bonne promotion, ils doivent le faire. Cela dégrade l’ensemble de la vie intellectuelle ».

— Hannah Arendt

L’épigraphe ci-dessus est tirée d’une discussion intitulée “Values in Contemporary Society” (Les valeurs dans la société contemporaine) dans Thinking without a Banister [ouvrage de Hannah Arendt – en français La révolution qui vient]. La discussion a eu lieu le 13 juillet 1972 entre Hannah Arendt, Paul Freund, Irving Kristol et Hans Morgenthau ; elle était organisée par Kenneth W. Thompson, vice-président de la Fondation Rockefeller.

Hannah Arendt (Oct. 14, 1906 – 1975). Credit: Ryohei Noda

À la fin de la conversation, Arendt développe une réflexion sur l’état actuel de l’enseignement supérieur. S’intéressant au problème de l’intégrité académique dans l’enseignement et l’écriture, elle affirme que le principe du “publish or perish” a eu des conséquences dévastatrices pour la pédagogie et le travail de recherche. Elle déclare :

Celui qui y perd vraiment est la personne qui s’intéresse passionnément aux questions de l’esprit, qui est un excellent professeur, qui crée un vrai lien avec ses étudiants et leur fait comprendre l’importance de son sujet, mais qui n’écrira pas. Ou, s’il est obligé d’écrire, n’écrira pas bien. Et, en faisant quelque chose qu’il est obligé de faire à cause de ce principe de “publier ou périr”, il y laissera un peu de soi.

À la fin de la discussion, Arendt demande ce qu’une organisation comme la Fondation Rockefeller pourrait faire pour rehausser le prestige des excellent∙es professeur∙es qui ne publient pas mais se consacrent à l’art d’enseigner. Les vrai∙es grand∙es enseignant∙es méritent d’être reconnu∙es au même titre que les grand∙es chercheur∙ses, mais aujourd’hui, les deux catégories sont ébranlées par les principes qui structurent le monde universitaire1.

Sa condamnation du principe de “publier ou périr” est aujourd’hui particulièrement parlante pour nous. Même avec de nombreuses publications, il est difficile pour la plupart des aspirant∙es professeur∙es de trouver un emploi qui ait du sens, avec la disparition des postes de titulaires et l’augmentation des postes précaires qui comportent de lourdes charges d’enseignement et peu de sécurité d’emploi. Il existe peu d’institutions qui encouragent ceux qui souhaitent avant tout être d’excellent∙es enseignant∙es.

Les problèmes qui accablent les universitaires sont nombreux, mais en m’appuyant sur la critique d’Arendt concernant l’impératif de publication, je voudrais en évoquer ici brièvement quelques-uns qui semblent de plus en plus pressants aujourd’hui, en partie parce qu’ils agissent comme une forme de censure universitaire.

Réinventer le lectorat universitaire

Premièrement, la pression à la publication conduit les jeunes chercheurs à écrire pour un public particulier, limité et disciplinaire. J’ai pu constater que les discussions relatives à l’embauche et à la titularisation dépendent largement du prestige des revues dans lesquelles les candidats publient. Conscients de cela, les universitaires lisent les revues auxquelles ils savent devoir soumettre pour être embauché∙es et structurent ensuite leurs écrits en fonction des revues dans lesquelles iels sont censé∙es publier. Une collègue m’a dit un jour qu’elle pensait avoir été engagée uniquement grâce à un essai qu’elle avait publié dans Political Theory, et que c’était la chose la plus pénible qu’elle ait jamais écrite, s’efforçant d’écrire d’une voix qui n’était pas la sienne, dans le seul objectif d’obtenir un emploi.

Au lieu d’encourager la créativité et la recherche critique, le marché du travail exige que les recherches intellectuelles des candidats se conforment aux termes étroitement définis des domaines et des disciplines tels qu’ils sont énoncés par les départements et les revues. Par conséquent, la plupart des meilleurs travaux universitaires sont aujourd’hui publiés sur des plateformes non académiques. Des espaces institutionnels alternatifs sont créés pour offrir un foyer intellectuel à ceux qui ne peuvent pas supporter la manière dont le monde universitaire est structuré par ces forces du marché ; des forces du marché qui, ironiquement, n’ont que peu de rapport avec un marché de lecteurs.

En 2000, Sheldon S. Wolin a averti que la théorie politique était en train de succomber au rythme des médias d’information 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, organisés autour de cycles de production sans fin. Il a écrit que l’espace et le temps nécessaires à une réflexion critique cédaient peu à peu aux exigences d’une production constante. La pression exercée pour publier agit en soi comme une sorte de censure, empêchant toute pensée critique. Et à l’ère de la technologie numérique, qui a accéléré le rythme de production, la prolifération des mauvaises recherches semble encore plus répandue.

Faire cesser la logique de « commercialisation »

La prolifération sans fin des publications est cohérente avec la manière dont on apprend aux doctorant∙es à devenir des candidats « commercialisables » (marketable) pour le jour où ils « iront sur le marché du travail ». Ce langage est particulièrement révélateur des principes qui structurent le monde universitaire. Au cours de mes études supérieures, j’ai fait partie d’un comité de recrutement interdisciplinaire et j’étais chargée d’organiser des déjeuners avec les candidat∙es et les étudiant∙es. Au cours d’un déjeuner, une candidate m’a demandé quels étaient mes domaines en science politique. J’ai répondu en disant “théorie politique historique et théorie politique contemporaine”. Elle m’a regardée avec effroi et m’a dit : « Vous n’êtes pas commercialisable (marketable) ».

Cette logique de « commercialisation » (marketability) est transmise de génération en génération, par des universitaires aigri∙es qui ont été forcé∙es de passer sous les mêmes fourches caudines institutionnelles. Et si beaucoup reconnaissent l’existence de ces problèmes, peu souhaitent faire évoluer la situation. Il existe un principe tacite qui dit : “J’ai souffert et donc vous devez souffrir aussi. C’est comme ça pour tout le monde.” Il s’agit d’une forme de bizutage rituel qui sape l’intégrité du travail intellectuel. Au lieu d’être traités comme des individus, les doctorant∙es sont traité∙es comme des produits de départements universitaires, préparés pour être placés sur le marché de l’emploi.

Crédit: Luke McKernan, 2015

Enfin, pour en revenir à l’argument d’Arendt concernant l’atteinte à l’intégrité de l’enseignement, l’obligation de publier draine le temps et l’énergie des professeurs. En outre, cela encourage les recherches disciplinaires et excessivement professionnalisées qui intéressent rarement un large éventail d’étudiants. Surtout, cela affecte l’estime de soi de ces jeunes professeur∙es pleins d’énergie et de passion qui ne sont tout simplement pas doués pour écrire le genre de prose en vogue dans les revues académiques institutionnelles.

Cet état d’esprit “publier ou périr” se reflète dans une autre pratique universitaire tout aussi destructrice : les évaluations quasi permanentes des enseignant∙es par les étudiant∙es. Les évaluations des étudiant∙es exercent comme une forme de censure dans la classe non sans conséquences néfastes pour la pédagogie. Chaque enseignant apprend rapidement à alléger les devoirs et à rendre les cours amusants afin d’améliorer ses évaluations. Un jour, j’ai été convoquée dans le bureau d’un directeur de département et réprimandée pour avoir demandé un travail de recherche de 20 pages. Un étudiant s’était plaint au président que c’était trop de travail, que j’en attendais trop de la classe. Il m’a dit que je devais raccourcir le devoir, puis a déclaré avec emphase : “Samantha, ce n’est quand même pas bien difficile de rendre les étudiants heureux”.

Passer l’enseignement par pertes et profits?

Dans cet établissement, on m’a clairement fait comprendre que mon travail n’était pas d’enseigner, mais de rendre les étudiant∙es heureux. Les évaluations des étudiant∙es ne reflètent pas la capacité d’un professeur à enseigner. Dans de nombreux établissements, elles sont motivées par des considérations économiques. Les départements dont les évaluations étudiantes sont les meilleures reçoivent davantage de budget. Plus il y a d’étudiant∙es dans une majeure, plus il y a de lignes budgétaires consacrées aux recrutements. Et les étudiant∙es choisissent les départements en fonction des évaluations des professeur∙es. Sachant cela, iels traitent les professeur∙es comme des prestataires de services qu’ils paient pour un certain bien : des crédits d’enseignement. Les évaluations des étudiants réduisent l’enseignement et la pédagogie à une vulgaire relation d’échange. Il ne s’agit plus d’inciter les professeurs à devenir d’excellents enseignants pour l’enseignement en soi [l’art pour l’art].

Arendt avait raison de dire que les professeur∙es qui veulent devenir d’excellent∙es enseignant∙es sont perdant∙es dans ce système, mais la recherche et les étudiants y perdent aussi. Il existe aujourd’hui peu d’espaces universitaires qui s’opposent à ces modèles d’enseignement supérieur. Il est temps d’en créer d’autres et de s’opposer aux structures institutionnelles qui érodent l’excellence académique. Peut-être faudrait déjà au moins éliminer le langage économique qui traverse l’enseignement et la recherche et qui réduit ces activités à des valeurs marchandes.

  1. Il est probable que la déclaration d’Arendt en 1972 ait quelque rapport avec son second mari, Heinrich Blücher, décédé en 1970. Blücher n’a jamais obtenu de diplôme universitaire mais était un intellectuel de premier ordre. Il a enseigné au Bard College pendant de nombreuses années, a contribué à monter le cours commun de première année, et était un professeur et un mentor apprécié. Mais Blücher n’a jamais publié ses propres travaux. Peu de temps avant sa mort, Arendt a parlé de son intention de parcourir les notes de Blücher et les enregistrements de ses conférences pour éditer un volume de son œuvre, afin de la faire connaître. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.