Corrections de copies non payées : vous en reprendrez bien un lot !? Premier bilan

Combien de copies corrigez-vous gratuitement ce semestre ? L’équipe de “Précarités de l’ESR mobilisées” organise une enquête sur ces tâches de correction réalisées chaque année gracieusement par des non-titulaires de l’ESR.
Voici un bilan d’étape au 31 décembre 2021. L’enquête est toujours en cours. Vous êtes non-titulaire et vous souhaitez y participer ? Remplissez le formulaire de l’enquête.

Nombre de copies que des non-titulaires de l’ESR (20) ont accepté ou refusé de corriger gratuitement lors du 1er semestre de l’année universitaire 2021-22. Relevé réalisé le 31 décembre 20211.

19 non-titulaires (ATER, vacataires, doctorant·es contractuel·les, lecteur·rices) nous ont fait connaître le nombre de copies qu’ils/elles devaient corriger gratuitement pour le premier semestre de l’année 2021-2022. D’autres non-titulaires nous ont également fait connaître les pratiques en matière de correction de copies dans leur composante, ou encore leurs conditions de travail (exemple : rendre 3 notes par étudiant·e pour un TD en accueillant 60…). Nous ne comptons, dans les copies corrigées gratuitement, que celles qui ne correspondent pas à des enseignements assurés par les non-titulaires.

Vous trouverez ci-dessous les réponses apportées aux questions posées dans le cadre de cette enquête. Pour préserver l’anonymat des répondant·es, nous avons choisi de présenter les réponses question par question.

Quelles sont les disciplines concernées par ces corrections de copies gratuites ?

Droit, biologie, géographie, sociologie, sciences du langage, sciences de l’éducation

Combien de copies gratuites les non-titulaires concerné·es corrigent-ils/elles ?

De 31 à 312 copies (nombreu·ses sont les répondant·es à corriger plus de 100 copies gratuitement).

Pourquoi ces non-titulaires réalisent-ils/elles ces corrections gratuitement ?

« Pour les étudiant.e.s : pour éviter que leurs notes soient trop basses. Le professeur des universités qui a en charge le cours note très durement et a prétexté une “double” correction sans me prévenir en amont. Joyeux Noël. » (décembre 20201)

« Je découvre que la correction des copies de partiel est censée être à la charge exclusive du chargé de CM » (décembre 2021)

« Je ne savais pas qu’on pouvait refuser. J’ai été choqué par cette logique (ou plutôt cette absence de logique) de corriger un enseignement que nous n’avons pas fait. Pour autant on m’a répondu que ‘c’était comme ça depuis des années’ » (décembre 2021)

« Je ne savais pas que je pouvais refuser; j’aimerais être renouvelée » ; « Je ne savais pas que je pouvais refuser » (décembre 2021)

« Je ne savais pas que je pouvais refuser et le titulaire m’a dit que ça montrerait ma motivation, et que cela m’aiderait donc à avoir des charges de cours au semestre prochain. Je dois encore corriger les copies des examens de fin de semestre en janvier. » (un·e vacataire, décembre 2021)

« Tous les chargés de td ont eu la consigne et l’ont acceptée. Je voudrais qu’on renouvelle mon contrat d’ATER l’année prochaine » (décembre 2021)

« J’ai peur que mon CDD ne soit pas renouvelé si je dis non… même s’il est déjà anormal que je fasse 300h de cours pour un SMIC… » (décembre 2021)

« J’ai subi de l’intimidation de manière indirecte de la part de l’ensemble des titulaires donc je préfère juste…. ne rien dire. Depuis cet incident, je me sens obligée de faire deux fois plus car j’ai l’impression d’être sur la sellette, alors même que je fais du bon boulot. » (décembre 2021)

« Parce que je ne veux pas me griller et qu’aucun titulaire ne donne le TD que j’assure ; donc si je refuse, ce sont mes collègues doctorants contractuels, ATER et vacataires qui vont se charger de mes copies… » (décembre 2021)

« [C’est la p]ression d’un usage ancien qui joue et les délais sont intenables, donc le MCF ne peut physiquement pas tout corriger seul – ce qui n’excuse rien : certains proposent des échanges de corrections au cours du semestre en échange de l’aide des non-titulaires au moment des partiels » (décembre 2021)

« C’est d’usage dans la faculté, c’est l’excuse de l’harmonisation des copies de colle qui est invoquée pour justifier que les chargés de td prennent des copies » (décembre 2021)

« On m’a simplement dit que je devais le faire » (décembre 2021)

« Je n’ai pas le choix » (décembre 2021)

« En fait, il nous a été expliqué lors de la réunion de préparation que nous devions être là pour les partiels, les rattrapages et que nous devrions corriger les copies du partiel. Je me pose à présent la question : est ce normal ? Je pensais que cela faisait partie de mes charges d’enseignement, je n’ai même pas envisagé une seconde de les refuser. Nous nous partageons toutes les copies, titulaires y compris. Je me sens déjà chanceuse d’avoir un ATER, de travailler dans de bonnes conditions avec des titulaires présents qui nous ont fourni du contenu. » (décembre 2021)

« Pressions du responsable d’UE et harcèlement. J’avais refusé initialement. Mais mon ‘non’ n’a pas été entendu. » (décembre 2021)

« Parce que mon contrat précise que je “dois participer tout ce qui relève du cours que j’assure (TD) : cours, contrôle de connaissances, corrections de copies…” (Art. 2 de mon contrat) [cela n’inclut donc pas la correction de copies de CM qu’assure le camarade non-titulaire NDRL]. D’un autre côté, je me vois difficilement refuser cela, pour ne pas nuire aux “bonnes relations” dans l’équipe… dont ma directrice de thèse partie. Mais je ne savais pas que je n’y étais pas obligé en tant que chargé de TD : mon contrat précise que les vacataires participent à tout ce qui relève de leurs cours » (décembre 2021)

« Il y a vraiment le choix ? » (décembre 2021)

« Le contrat de vacations précise que le service inclut les activités accessoires des enseignements, sans HETD dédiées » (décembre 2021)

« Par espoir d’être renouvelé ? En vrai personne n’en a rien à faire de mon travail, je suis juste seul comme un con à corriger jusqu’à 2h du matin entre le noël et le jour de l’an »

« C’est présenté par les titulaires comme une obligation faisant partie du contrat des chargé.e.s des cours (aters et vacataires) »

Comment celles et ceux qui ont refusé de corriger des copies gratuitement ont-ils/elles fait pour refuser ?

« J’ai proposé de démissionner » (décembre 2021)

La correction gratuite de copies est-elle une pratique courante dans leur département/UFR ? Si oui, en ont-ils/elles parlé à leurs collègues ou à leur syndicat ?

« Je n’ai jamais entendu qui que ce soit la remettre en cause ! Cela semble une pratique bien enracinée, favorisée par le fait qu’il s’agit de promos de L1 de 1000 étudiants (donc 1000 copies à corriger par le chargé de CM théoriquement). Dans ces conditions, d’ailleurs, il ne me semblerait pas illogique que les chargés de TD soulagent le chargé de CM d’une partie des copies, mais dans des proportions raisonnables et à encadrer ! » (décembre 2021)

« Oui. Je l’ai évoqué avec d’autres doctorant.e.s qui étaient aussi choqué.e.s par ces pratiques mais qui les acceptent finalement pour rentrer ‘dans le moule’ et ne pas se faire mal voir d’entrée » (décembre 2021)

« Oui. On en parle entre nous mais on se dit juste… Pas de vague » (décembre 2021)

« C’est apparemment monnaie courante à la Sorbonne dans le département de XXX. Une collègue et amie m’a dit qu’à une époque les profs qui donnaient le CM ne prenaient même pas de copies : aujourd’hui ils en prennent autant que les autres (enfin : sauf que nous on a aussi les copies de TD !) » (décembre 2021)

« Oui. C’est un sujet assumé et mis régulièrement sur la table aux réunions. » (décembre 2021)

« Oui, c’est une pratique courante, l’année dernière j’ai refusé de corriger les copies du responsable de CM, en invoquant les textes et une réunion de début d’année à destination des doctorant-es lors de laquelle cette réglementation avait été rappelée. Le responsable de CM était fou de rage et m’a traitée d’ingrate, mais heureusement la direction de l’université m’a donné raison en lui répondant que les doctorant-es avaient des droits et qu’il était normal de les faire valoir » (décembre 2021)

« OUI ! J’en ai parlé à des collègues [non-titulaires]. Les avis sont partagés, certains trouvent cela normal, d’autres non, mais comme moi le font tout de même. Il y a deux ans, une collègue a écrit à son directeur de recherche pour lui demander si elle devait corriger les copies d’une maître de conf. (CM sans TD) et le directeur a répondu que non et a écrit à la MCF en ce sens. Celle-ci continue à faire corriger une grosse partie de ses copies aux non-titulaires… » (décembre 2021)

« Une année, des non-titulaires assurant des TD associés au même CM ont écrit un mail collectif  au responsable qui leur demandait de corriger des copies de cet enseignement, pour relever qu’il s’agissait de travail gratuit. L’enseignant (PU) a répondu en énumérant l’ensemble de ses tâches à lui non payées (directions de mémoire, réunions diverses…), que ça faisait partie du travail de pédagogie collective de corriger les partiels, qu’il avait toujours fait comme ça pendant 10 ans, sans que personne ne se plaigne, que du temps où il était ATER, c’étaient 400 copies [corrigées gratuitement] et pas 30, qu’ils feraient mieux de quitter l’ESR s’ils s’attendaient à être rémunérés pour la moindre tâche. Suite à cette histoire, l’équipe de vacataires/ATER sur ce TD a été renouvelée à la demande de l’enseignant » (décembre 2021)

« Oui, mes collègues titulaires délèguent. Les contractuels espèrent être renouvelés. Les syndicats sont gérés par des titulaires qui nous redonnent les copies et qui cautionnent » (décembre 2021)

« Je crois que c’est courant (au pro rata des heures de cours assurées). J’avoue ne pas connaître la législation à ce sujet… nos contrats paraissent cautionner ou rester flous. Je voudrais avoir plus d’informations si possible » (décembre 2021)

« Plus que courante, c’est systématique » (décembre 2021)

« Oui, [c’est une pratique courante,] non seulement du département, mais de l’université en question. Oui, j’en ai parlé à quelques collègues non-titulaires, ils m’ont dit que c’était une ‘tradition’ complètement naturalisée, intégrée dans les mœurs et que ‘c’était toujours comme ça’, qu’il est impossible de s’en soustraire vu que ‘ça va de soi’. Les collègues titulaires sont conscient·es de l’‘iniquité’ de cet état de fait, mais ils et elles le prennent comme une règle immuable, à tel point qu’ils et elles ‘oublient’ d’en parler au début de semestre. Du coup, les chargé.e.s de TD ne l’apprennent qu’à la fin, lorsqu’il faut venir surveiller l’examen (du CM) et récupérer leurs copies à corriger. » (décembre 2021)

Quelques témoignages ‘bonus’ de non-titulaires corrigeant gratuitement des copies ce semestre :

« Deux jours avant la fin du semestre, j’ai cru que j’allais faire un burn out. J’ai juste pleuré pendant une heure non stop. Le seul truc qui m’a permis de tenir c’est de savoir que pour beaucoup d’étudiant.es, je représente une autre vision de ce qu’être prof signifie. La majorité m’a remercié pour ce semestre et plusieurs m’ont dit qu’iels voulaient m’avoir le semestre prochain. Je m’accroche à ça pour l’instant mais je ne sais pas si je vais pouvoir tenir jusqu’à la fin de l’année. » (décembre 2021)

  1. Nombre de répondant·es au sondage ayant corrigé des copies gratuitement : 19
    Nombre de répondant·es au sondage ayant refusé de corriger des copies gratuitement : 1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.