Président du Hcéres et parent d’élève

Aujourd’hui, dans le Journal du dimanche paraît une “tribune” par laquelle “1 200 élus, personnalités et acteurs de l’éducation défendent le bilan de Macron sur l’école“. À quelques exceptions près, il s’agit en fait de militants et de militantes LREM, ainsi que l’ont fait remarquer plusieurs lecteurs attentifs, pour la Loire Atlantique, le Doubs ou encore la Somme, par ex. On trouve aussi l’ancienne présidente d’Avenir lycéen, Alexia Desdevise ou le président de la Commission des affaires culturelles du Sénat, ou l’ancien vice-président de la Fage, membre du Conseil national des “Jeunes avec Macron”, et chef du cabinet du président du collège du Hcéres, Alexandre Arlin qui se présente comme “Société civile”. Bien évidemment, rien n’y est dit des 7900 suppressions de postes — l’équivalent de 135 collèges — au cours du quinquennat Macron.

On trouve également l’ancien Conseiller du président Macron aux questions d’enseignement supérieur, de recherche et d’éducation, présentement présidente d’aune haute autorité indépendante et qui s’en justifie.

Tweet de Thierry Coulhon, 2 janvier 2022, 13h34. Une première réponse à ScribeOtis, présentant l’enfant non flouté, a été supprimée.

Soyons rassurés : le président du Hcéres est également membre du Comité de déontologie du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Un pirate, en somme.

Précisons tout de même que, contrairement à ce que Thierry Coulhon écrit dans son message sur Twitter, il ne signe pas ce qu’il veut “en tant que personne privée. Lle Parlement français a fait, en effet, un choix tout à fait différent lorsqu’il a élaboré, en 2017, le “statut général des autorités administratives indépendantes et des autorités publiques indépendantes”. L’article 9 alinéa 3 de la loi du 20 janvier 2017 dispose que :

Les membres des autorités administratives indépendantes et des autorités publiques indépendantes ne prennent, à titre personnel, aucune position publique préjudiciable au bon fonctionnement de l’autorité à laquelle ils appartiennent.

La distinction entre l’homme et sa fonction a, autrement dit, ses limites, et ce n’est pas, ici, un problème de “devoir de réserve” : c’est rien moins qu’un problème d’indépendance d’une autorité qui doit obligatoirement l’être.

Or, signer une tribune de soutien au gouvernement, dont chacun reconnaît qu’elle est particulièrement grossière, c’est indiscutablement s’impliquer dans un soutien politique. En l’occurrence, c’est même s’impliquer dans un soutien politique sur un thème — l’éducation — qui recoupe en bien des points celui de l’ESR, comme c’est le cas pour la question de l’apprentissage, qui est évoquée dans la tribune alors même qu’elle entre dans le champ des évaluations des formations par le HCERES. Education et ESR sont si liés, d’ailleurs, que Coulhon était, auprès du président Macron, à la fois conseiller pour l’éducation et conseiller pour l’ESR. De ce fait, on peut considérer que la signature, même “à titre personnel”, de cette tribune par Thierry Coulhon est constitutive d’une situation de fait susceptible d’être interprétée comme pouvant influencer l’indépendance de l’autorité et l’impartialité dont il dirige le collège, qui viole l’article 9 de la loi du 20 janvier 2017, et en tout cas, joue avec ses limites.

Imaginons que Coulhon eût fait la même chose à propos du programme présidentiel de Mélenchon ou de Pécresse sur l’éducation… Il n’est pas sûr, d’ailleurs, qu’un·e président·e d’autorité administrative indépendante, quelle qu’elle soit, ait jamais osé signer une tribune de soutien politique de cet ordre, tant c’est inapproprié. Academia est en tout cas demandeur de tout précédent.

Bref, on sait depuis longtemps que Thierry Coulhon a des problèmes avec la déontologie. On se souvient, en particulier, que le collège de déontologie du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation avait épinglé des pratiques de pieds nickelés pour sa nomination comme président du collège du HCERES, obligeant le ministère à reprendre toute la procédure à zéro.

Alors, il existe un moyen simple de mettre fin à tout cela. C’est l’article 6 de la loi du 20 janvier 2017 : sur proposition d’un tiers de ses membres, le collège peut, après délibération, et à la majorité des trois quarts des autres membres du collège que le président, mettre fin au mandat de son président, s’il constate un “manquement grave à ses obligations légales”.

“Manquement grave à ses obligations légales” : encore un effort, Thierry, tu y es presque.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.