À Rabat, Casablanca, Fès, Meknès, Mohammedia, Tanger, le scandale du ‘’sexe contre les bonnes notes’’

Des professeurs marocains sont jugés pour avoir profité de leur statut afin d’obtenir des relations sexuelles de leurs étudiantes en échange de bonnes notes. Un scandale retentissant qui en rappelle d’autres. #MeTooESR

Depuis le 7 décembre, le tribunal de première instance de Settat, une ville à moins de 60 kilomètres de Casablanca, capitale économique du Maroc, est le théâtre d’un procès retentissant : celui de cinq professeurs de l’université Hassan I, accusés d’avoir obtenu ou cherché à obtenir des rapports sexuels par chantage sur leurs étudiantes.

Violence sur une femme par une personne ayant autorité sur elle, attentat à la pudeur avec violence, discrimination basée sur le genre, abus de pouvoir, falsification de documents, harcèlement sexuel, incitation à « la débauche », tels sont les chefs d’accusations selon une source judiciaire contactée par Middle East Eye et d’après laquelle trois accusés sont en détention préventive.

Pour lire la suite de l’article sur MiddleEastEye →

Piscine de l’Université Al Akhawayn, Ifrane, Maroc. Crédit, Beum Gallery, 2010



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 23 décembre). À Rabat, Casablanca, Fès, Meknès, Mohammedia, Tanger, le scandale du ‘’sexe contre les bonnes notes’’. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj11

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.