“La nécessité d’un financement public des universités à la hauteur des besoins”. Motions de Conseils d’administration universitaires

Décrochement budgetaire, non compensation du glissement vieillesse-technicité, recrutements insuffisant : plusieurs Conseils d’administration ont rejeté les dotations attribuées ou constesté certains choix budgétaires. C’est le cas à Lille, Nanterre et Poitiers.

Université de Lille

Première à initier la révolte, l’Université fait le constat amer d’un budget par étudiant en diminution de 13% en 12 ans. À l’unanimité le Conseil d’administration de la nouvelle Université de Lille (EPEX) vote à l’unanimité un texte virulent contre l’insuffisance budgétaire.

Phare de Gatteville, Cotentin. Crédit: Filip42, 2015

 

Université de Nanterre

Première à se fâcher, l’Université de Nanterre avec laquelle des étudiant·es négocient depuis de longs mois l’inscription.Elle vote un budget en déficit de 3M d’euros, considérant que les 11M restants sur les 25 alloués ne suffisent pas à conduire ses missions.

Interpellée par le sénateur Pierre Ouzouilas à ce sujet, Frédérique Vidal fait une réponse ahurissante.

Université de Poitiers

L’Université de Poitiers n’est pas en reste : elle vote une motion dénonçant la non-compensation par l’Etat d’une part important de son budget, qui étrangle les recrutements, et la mise en cause du contingentement national du Conseil national des universités.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.