Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Le contact avec la collègue partie loin de l’Université respirer un air plus sain – en renonçant de fait à son traitement ! – étant rompu, les mobiles de suspension du directeur de laboratoire restaient des énigmes. La présidence de l’Université ayant entre temps changé, la collègue s’était-elle ravisée ? Avait-elle finalement déposé plainte ?  La capacité des lanceurs d’alerte à être entendus était également incertaine. En l’absence d’un témoignage émanant de la première concernée, leurs dossiers allaient-ils être pris en compte par la section disciplinaire ?

Dans le doute, on a attendu en espérant que la justice passe. Une éternité plus tard, on nous annonçait que le directeur incriminé était réintégré dans ses fonctions après avoir écopé d’une légère sanction disciplinaire.

Les chefs d’accusation au départ de cette procédure disciplinaire étaient multiples et comprenaient le harcèlement moral et des violences sexistes et sexuelles à l’encontre d’une doctorante de nationalité étrangère. Il s’agissait notamment de propos méprisants portant atteinte à sa dignité, comme le fait de lui recommander d’abandonner son travail de thèse au profit de l’apprentissage d’un travail manuel caractéristique du secteur de la confection auquel seraient cantonnées les femmes de son pays, selon les dires de cet universitaire. L’étudiante a donc été rabaissée à plusieurs reprises, son directeur de thèse mettant en doute ses capacités intellectuelles et allant même, selon les dires de la plaignante, jusqu’à la menacer de rétorsion en réaction à ses protestations. Comment interpréter autrement les propos de quelqu’un dont dépend votre avenir universitaire et professionnel lorsqu’il vous dit d’arrêter de jouer les victimes sous peine de le devenir réellement ? S’ajoutent à ce tableau déplorable des comportements déplacés de nature sexuelle et des agressions sexuelles comme le fait de l’avoir embrassée de force ou de lui avoir passé une main sous sa jupe pour procéder à des attouchements.

Néanmoins, au vu des pièces portées au dossier par la plaignante, ces faits n’ont pas été jugés suffisamment établis au regard du droit pour qu’ils puissent être retenus contre le fonctionnaire mis en cause. Celui-ci a été sanctionné pour un autre chef d’accusation le visant en tant que directeur de thèse.

Quant à la collègue dont le cas était évoqué plus haut, il n’en a pas été question et les personnes autour d’elle qui ont lancé l’alerte attendent toujours qu’on veuille bien les informer de la manière dont ont été instruits les dossiers qu’elles ont déposés il y a plusieurs années auprès de la cellule harcèlement.

Conclusion : il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration. Pourquoi ne pas avoir fait appel à une organisation syndicale qui aurait pu porter en leur nom cette affaire et défendre les droits des personnels concernés auprès de la direction de l’Université ?

Sur Academia

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.