Le mode hybride à l’université : une normalité dystopique

Dans cet article — plus riche que ce qui en est rapidement résumé ici – Mariya Ivancheva, anthropologue et sociologue de l’enseignement supérieur et du travail universitaire1, , enseignante-chercheure au Royaume-Uni, revient sur la numérisation du travail universitaire et sa précarisation, tendances que la pandémie de Covid-19 n’a fait que renforcer dans les universités du monde entier avec l’installation d’un « modèle plus ou moins hybride de travail ».

Elle souligne en particulier que « les technologies numériques et les modèles de travail hybrides ont remodelé le travail universitaire. Cela s’est produit de plusieurs manières interconnectées, pointant toutes vers une hybridité pré-existante qui exploitait déjà ». La nouvelle conjoncture issue de la pandémie « a mis en lumière deux tendances qui se renforcent mutuellement : (i) la normalisation de la flexibilité du temps de travail et de la présence sur le lieu de travail ; et (ii) l’expansion de notre vie professionnelle dans notre vie hors travail, brouillant les frontières entre les deux. »

« Parler de charges de travail hybrides dans le monde universitaire d’aujourd’hui revient donc à discuter de l’impact de cette réalité sur toutes ces nouvelles subjectivités complexes des travailleurs ainsi que sur celles façonnées par des descriptions de poste […]. Les intitulés de postes tels que “développeurs de programmes”, “conservateurs de contenu en ligne” et “modérateurs de forum MOOC” cachent une main-d’œuvre universitaire de plus en plus fragmentée, précarisée et en partie externalisée. », précise-t-elle.

The Great Quadrangle (Tom Quad), Christ Church, Oxford, England, by Billy Wilson, 2019

Elle évoque les conditions et charges de travail « toxiques » déjà « signalées par des syndicats comme l’University and College Union (UCU) du Royaume-Uni » en 2016, rappelant que « les charges de travail toxiques sont également citées comme la principale raison – à côté de la précarisation croissante, des inégalités (genre et race) et de l’insécurité des retraites et des salaires – qui a alimenté les grèves sectorielles au Royaume-Uni depuis 2018, avec une nouvelle vague commençant en décembre 2021. »

Dans un « système universitaire marchandisé », elle relève également la tendance des universités à proposer « des options d’études hybrides sans élargir le bassin de professeurs ou en s’appuyant sur du personnel précaire » pour enseigner à un nombre croissant d’étudiants (en lien avec le développement des cursus payants), tout en réduisant le financement de la recherche et des participations à des colloques de la plupart des catégories de personnel.

« Le travail académique hybride n’a rien de nouveau ni d’excitant », conclut-elle, pointant que le brouillage des limites entre vie personnelle et vie professionnelle est en train de « devenir une “normalité” académique dystopique pour tous, sauf pour quelques chanceux. »

Pour lire l’article complet en anglais →

Sur Academia

  1. Projet The Unbundled University. Researching Emerging Models in an Unequal Landscape, conjoint avec University of Cape Town, 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.