Rest in peace, rise in power : bell hooks (1952-2021) in memoriam

Permettez-moi de commencer en vous disant que j’en suis venue à la théorie parce que je souffrais — la douleur était si intense que je ne pouvais continuer de vivre. C’est désespérée que j’en suis venue à la théorie, désireuse de comprendre — de saisir ce qui arrivait autour et à l’intérieur de moi. Plus que tout, je voulais faire partir la douleur. J’ai entrevu dans la théorie un endroit de guérison.
La théorie ne guérit pas en soi; elle n’est pas libératrice ou révolutionnaire en elle-même. Elle remplit cette fonction unitquement quand nous lui demandons de le faire et quand nous orentions notre théorisation vers cette fin “. Gloria Watkins, alias bell hooks, “Theory as Liberatory Practice”, 19911

bell hooks s’est éteinte hier, laissant ses étudiant·es, ses lectrices et lecteurs, les pédagogques, endeuillées. Si Academia n’a jamais référé aux écrits de bell hooks, sa collection #AcademicFeministAntiracistFightClub lui est redevable de sa générosité et de ses propositions féministes et anti-racistes. Notice wikipedia (en anglais)

Crédit: tngrrl, 2019

Quelques traductions que les lectrices et lecteurs d’Academia peuvent compléter

Ouvrages

  • 2021, La volonté de changer: les hommes, la masculinité et l’amour, trad. Alex Taillard, Paris, Éditions Divergences.
  • 2020, Tout le monde peut être féministe, trad. Alex Taillard et Claude RiouxParis, Éditions Divergences.
  • 2017, De la marge au centre: théorie féministe,trad. Noomi B. Grüsig,Paris, Cambourakis.
  • 2019, Apprendre à transgresser: l’éducation comme pratique de la liberté?, trad. Margaux Portron Paris, Syllepse.
  • 2015, Ne suis-je pas une femme ? femmes noires et féminisme, trad. Olga Potot, Paris, Cambourakis. (Table-fonde: “Black Feminism: enjeux de traduction“, ocotbre 2016)
  • 2001, Frisettes en fête, trad. Christopher Raschka, Points de suspension.

Création: Pamela Phatsimo Sunstrum – tous droits réservés

Articles

Bandeau: Collage en hommage à Bell Hooks par Maria Rosa

  1. The Yale Journal of Law and Feminism, 4:1 (1991), p. 1-12, citattion p. 1 et 2, trad. Ch. Rabier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.