Italie : victoire totale pour Precari Uniti CNR

English below

Le 18 novembre, une occupation permanente au Conseil national italien de la recherche (CNR) a été initiée par ses travailleurs précaires avec  les syndicats afin d’exprimer leur insatisfaction devant l’absence de volonté de mener à bien le processus de stabilisation [de l’emploi]. La mobilisation a eu un fort impact médiatique : un grand nombre d’articles de journaux ont été publiés et plusieurs reportages diffusés. Plusieurs hommes politiques, de différents partis, ont soutenu les travailleurs temporaires. L’ancien premier ministre Giuseppe Conte lui-même a directement interpelé la président du CNR :

“Les ressources économiques sont là ! Le deuxième gouvernement Conte a alloué 22,8 millions dans le décret de relance 2020, 3,3 millions ont été alloués à cette fin dans la loi budgétaire 2021 et 10 millions supplémentaires sont inclus dans la manœuvre en cours de discussion. On ne peut pas parler tous les jours de “jeunes”, d'”avenir” et d'”espoir” et ne pas intervenir de manière décisive sur une question aussi cruciale. Éliminer le chantage à la précarité de leur vie et de celle de nombreuses excellences italiennes est un devoir moral pour toute la classe dirigeante italienne”.

Il a ajouté :

“Investir dans la recherche est une prérogative indispensable pour l’Italie et les deux dernières années de la pandémie ont nouvellement affirmé l’importance de cet investissement au niveau mondial. La recherche est synonyme de développement social et économique, de progrès, de protection de la santé de toute l’humanité. Si elle n’est pas financée, l’espoir d’un meilleur pays mourra”.

Le 30 novembre, le conseil d’administration du CNR a décidé de l’embauche de tous les intérimaires déjà inscrits dans les classements du concours effectué en 2018 (ces classements arrivaient à échéance dans quelques jours) ! C’est un grand succès pour le mouvement “Precari Uniti CNR”, rendu possible grâce à la motivation, l’unité des participant·s et la coordination. Malheureusement, le précariat historique au CNR n’est pas encore anéanti car les concours pour le recrutement de techniciens et d’administrateurs n’ont pas encore été annoncés. En outre, près d’une centaine de chercheurs attendent leur embauche : ils ont les mêmes exigences que le personnel embauché à la fin de 2017, sauf qu’il y a un hiatus entre le début de leur contrat et la date d’entrée en vigueur de la loi italienne qui a permis de commencer le processus de stabilisation (Dlgs.75/17 de 2017 dite ” legge Madia “). Actuellement le gouvernement italien discute d’une réforme du recrutement pour lutter contre le précariat, d’autres travailleurs disposant déjà des conditions établies par la “legge Madia” pour leur stabilisation. Il serait donc souhaitable que le CNR annonce de nouveaux concours réservés aux travailleurs temporaires.Stay tuned!

Precari Uniti CNR – trad. Ch. Rabier d’après Deepl

Twitter : @PrecariUnitiCNR
Facebook : Precari Uniti CNR
Instagram : precariuniti.cnr

On November 18th a permanent presidium at Italian National Research Council of Italy (CNR) was started by its precarious workers together with trade unions in order to express their disappointment at the unwillingness to complete the stabilization process. The mobilization had a strong media impact and a large amount of newspaper articles were published and several news reports were aired. Various politicians, from different parties, supported the temporary workers, even the former prime minister Giuseppe Conte, who has addressed an appeal directly to the president of CNR:

“The economic resources are there! The second Conte government has allocated 22.8 millions in the 2020 Relaunch decree, 3.3 millions have been allocated to this in the 2021 budget law and a further 10 millions are included in the manoeuvre under discussion. We cannot talk everyday about “young people”, “future” and “hope” and fail to intervene decisively on a crucial issue like this. Removing the blackmail precariousness from their lives and from those of many Italian excellences is a moral duty for the entire Italian ruling class”.

He added:

“Investing in research is an indispensable prerogative for Italy and the last two years of the pandemic have newly affirmed the importance of this investment at a global level. Research means social and economic development, progress, protection of the health of all humanity. If it is not financed the hope of a better Country will die”.

On November 30th the CNR’s board of directors deliberated the hiring of all temporary workers already included in the rankings of the contest performed in 2018 (they would expire in a few days)! This is a great success for “Precari Uniti CNR” movement and it was made possible thanks to their motivation, unity and coordination. Unfortunately, the historical precariat at CNR has not yet been defeated because competitions for the recruitment of technicians and administrators have not yet been announced. Also, less than one hundred of researchers are waiting for their hiring: they have the same requirements as the staff hired at the end of 2017 except that they had a contractual gap at the date of entry into force of the Italian law that allowed to start the stabilization process (Dlgs.75/17 of 2017 known as “legge Madia”). In the meantime, the Italian government is discussing a recruitment reform to tackle precariat, other workers have already accrued the requirements established by “legge Madia” for stabilization. So, it would be desirable that CNR announced new competitions reserved for temporary workers. Stay tuned!

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 14 décembre). Italie : victoire totale pour Precari Uniti CNR. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj08

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.