Salaires mirobolants, entre-soi et simulacre de démocratie universitaire à PSL

  • par PSL Contre-attaque

Les huiles de Paris Sciences et Lettres s’en mettent plein les poches. Officiellement, les mastodontes bureaucratiques regroupant des écoles ou des universités, à l’instar de PSL, ont un objet — faire monter artificiellement des établissements du supérieur dans le classement de Shanghaï — et à concentrer toujours plus les financements dans les établissements qui sont déjà les plus favorisés. Mais on aurait tort de minimiser un autre objectif : ils servent aussi à contourner les règles s’appliquant aux universités : gouvernance plus autoritaire et plus opaque, communauté étudiante et personnels moins représenté·es dans les instances décisionnelles; salaires mirobolants pour les dirigeant·es. PSL est un exemple prototypique de ces dérives. Prenons le temps d’objectiver cette réalité.

Grâce à la liste d’élu·es au CA de PSL « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL », le salaire d’Alain Fuchs, le président de PSL, a été documenté.1

Il est — tenez-vous bien — de 160.000 € bruts par an, plus de 13.000 € par mois !, hors primes éventuelles2. Les vices-président·es, pour leur part, peuvent gagner jusqu’à 126.000 € par an (10.500 € par mois). Des salaires indécents, rares pour des postes équivalents dans la fonction publique classique.
Les élu·es de cette liste, avec d’autres, ont bien tenté de critiquer publiquement des salaires aussi hauts, mais il leur a été rétorqué qu’Alain Fuchs ayant été reconduit après un premier mandat, il ne serait pas gentil de lui baisser son salaire. Au passage, Alain Fuchs avait été très mal réélu3, et a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des présidents d’établissements du supérieur spécifique à des constructions comme PSL4

Déjà Thierry Coulhon, le prédécesseur d’Alain Fuchs à la tête de PSL, n’était pas en reste : 150.000 € nets annuels (12.500 € par mois)5.


Energy feed. Cables going though the old K-Fet, Ecole Normale Superieure, Paris, par Izys, 2003

Passons maintenant à des débats plus récents au sein du Conseil d’administration (CA) de PSL. Lors de la séance du 15 avril 2021 était à l’ordre du jour l’attribution d’une prime au président du Sénat académique (SA) de PSL. Alain Fuchs proposait ainsi l’octroi d’une prime importante à Claude Catala, président du SA depuis sa création fin 2020. Comme on peut le voir dans le compte rendu6, une partie des élu·es a manifesté une très vive opposition. Le montant de la prime n’est pas rendu public, mais on sait grâce à l’intervention orale d’un élu qu’elle équivaut à « trois mois de salaire d’un enseignant-chercheur, qui viennent s’ajouter à un temps plein rémunéré ». Sans compter qu’une prime est défiscalisée.

Malgré l’opposition franche des élu·es, la prime a été votée (23 pour, 10 contre, 4 abstentions). C’est une des délibérations les moins bien votées depuis que PSL existe. Notons au passage qu’il avait été précédemment question d’attribuer également une prime au vice-président étudiant du Sénat académique, pour récompenser son investissement. Cela n’a pas gêné Alain Fuchs de renoncer rapidement à cette idée-ci.

Pourquoi la prime a-t-elle été octroyée malgré une si forte opposition au sein du Conseil d’administration ? Parce que cette instance, pourtant délibérative, est un simulacre de démocratie universitaire. Avec 15 membres élu·es et 23 membres nommé·es (par la présidence) (soit moins de 40 % d’élu·es)7, le Conseil d’administration n’est qu’une chambre d’enregistrement des vraies décisions, prises en Comité exécutif ou en Conseil du directoire. Ces deux dernières instances, au fonctionnement remarquablement opaque, ne comprennent aucun·e élu·e, seulement des proches de la présidence, et leurs réunions ne font l’objet d’aucun compte rendu public.

Le tableau ne serait pas parfait si Claude Catala, le président du SA bénéficiaire de cette prime — qu’on peut donc évaluer à plus de 6.600 € bruts annuels — n’avait pas été pistonné par Alain Fuchs. En effet, Alain Fuchs a proposé au Sénat académique d’élire, démocratiquement, son ou sa président·e, en partant d’une liste de propositions fournie par lui-même et comportant… un nom unique (cf. le document ci-dessous), avec seulement trois jours de réflexion avant le vote. Il est à noter que Claude Catala était le président du « Comité de recherche » chargé, dans la plus grande opacité, de faire un semblant d’appel à candidatures pour succéder à Alain Fuchs après son premier mandat.

*
*     *

Profitons enfin de la publication du Projet de loi de finances 2022 pour se renseigner sur les rémunérations des pontes des établissements de PSL. En effet, depuis quelques années, certains établissements publics, ministères ou collectivités territoriales à partir d’une certaine taille doivent publier annuellement non pas le montant de la plus grande rémunération qu’on y trouve, mais la somme des dix plus grandes (part variable comprise, ce qui est important car il est par ailleurs possible de demander communication du salaire de tout·e agent·e public·que, mais seulement la part fixe).

PSL n’y figure pas, mais certains établissements le composant, oui8. Voici les chiffres les plus récents, bruts :

  • Chimie Paris : 869.000 €
  • Conservatoire national supérieur d’art dramatique : 539.000 €
  • École nationale des chartes : 717.000 €
  • École normale supérieure : 1.029.000 €
  • École pratique des hautes études : 876.000 €
  • Observatoire de Paris : 835.000 €
  • Université Paris-Dauphine : 1.265.000 €.

En moyenne, les dix personnes les mieux payées à Dauphine gagnent donc chacune 10.500 € bruts mensuels, probablement répartis de façon très inégale.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 2 décembre). Salaires mirobolants, entre-soi et simulacre de démocratie universitaire à PSL. Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aizy

  1. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  2. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  3. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=158 []
  4. Alain Fuchs a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des président·es des EPSCP (établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) : fixé à 68 ans par le Code de l’Éducation, il est sans limite générale pour les EPE (établissements publics expérimentaux, dont fait partie PSL à ce jour) depuis une ordonnace du gouvernement en 2018 et a été fixé à 73 ans pour PSL (statuts de PSL, article 22), un nombre apparemment évoqué par la DGESIP mais qui semble tomber miraculeusement à point dans le cas d’Alain Fuchs. Ce régime de faveur personnalisé existe aussi pour Christine Clerici, à la tête de l’Université de Paris,. []
  5. Voir “Rémunération des présidents de Comue : « Un débat naturel et nécessaire » (Thierry Coulhon)“, News Tank, 25 novembre 2015 et “150 000 euros annuels“, Histoires d’université, 25 novembre 2015. []
  6. Voir https://psl.eu/sites/default/files/CR_Conseil_administration_UniversitePSL_15042021_%20adopte_24062021.pdf, p. 3–5. []
  7. Voir la composition du CA de PSL. []
  8. Voir https://www.budget.gouv.fr/documentation/documents-budgetaires/exercice-2022/le-projet-de-loi-de-finances-et-les-documents-annexes-pour-2022/jaunes-budgetaires-2022, chercher « Opérateurs de l’État », p. 158-193. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.