Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble

Sciences Po Grenoble : relaxe pour les étudiants passés en conseil de discipline

La décision prise par le Conseil de discipline de l’Université de Clermont-Auvergne, où l’affaire avait été dépaysée sur la suggestion de l’Inspection va à l’encontre du souhait de la ministre de l’enseignement supérieur de voir sanctionnés les dix-sept étudiants poursuivis pour avoir participé à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs au début de 2021.

Extraits.

La décision a été prise à l’unanimité. La commission de discipline de l’université de Clermont-Auvergne a relaxé, le 19 novembre, les dix-sept étudiants de Sciences Po Grenoble poursuivis pour leur participation, entre le 8 janvier et le 22 février 2021, à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs de l’établissement. Les noms de ces enseignants avaient ensuite été placardés sur les murs de l’institut, le 4 mars, accolés à cette phrase : « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue. » Une enquête de police est toujours en cours pour déterminer l’identité des poseurs d’affiches. (…)

Cette relaxe, dont Le Monde a eu copie, va à l’encontre des préconisations de la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui avait appelé à sanctionner ces étudiants, membres de l’Union syndicale (US) (…).  Dans son rapport remis à la ministre le 7 mai, l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) avait jugé sévèrement ces mêmes étudiants, accusés d’avoir créé « un climat de peur ». L’inspection appelait la directrice de l’établissement à engager sans délai une procédure disciplinaire à leur encontre, et lui intimait l’ordre de dépayser l’affaire dans un autre établissement pour éviter tout risque de trouble à l’ordre public et garantir l’impartialité des membres de la section disciplinaire.

Pour rappel, le 9 janvier, les élus étudiants de l’US avaient demandé, dans un mail à la directrice de l’IEP, de « statuer » sur le cas d’un des deux enseignants et de « prendre des mesures pour lutter contre l’islamophobie dans l’établissement ». (…)

Pour leur défense, les étudiants se sont notamment appuyés sur la “charte pour l’égalité, contre les discriminations, le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles” de Sciences Po Grenoble, qui interdit toute mesure qui mettrait en cause des personnels et/ou étudiants dénonçant ce type de comportements. Ils ont fait valoir que les actions de leur syndicat s’inscrivaient dans ce seul dessein, « la pratique des appels à témoignage étant parfaitement courante en la matière ». En conséquence, estiment-ils, « aucune accusation de fascisme et d’islamophobie n’est matérialisée, le syndicat ayant simplement exercé son objet statutaire et sa liberté d’expression syndicale ».

Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.