En Italie, les précaires occupent le Conseil national de la recherche jusqu’à nouvel ordre

English below

Depuis le 18 novembre [2021], le Conseil national scientifique italien (CNR), soit la plus grande institution de recherche1 en Italie est occupée de manière continue par les syndicats et par des représentant·es des “Precari Uniti” (Précaires unis). “Precari Uniti” est un mouvement spontané, né en 2016, qui rassemble plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses temporaires du CNR (chercheurs et chercheuses, technicien·nes et employé·es administratifves).

Pour quelles raisons ?

Le 18 novembre, le directeur général du CNR,  Dr G. Colpani a brièvement rapporté aux syndicats le projet du CNR : le CNR n’utilisera que 3,3 millions d’euros en vue de prolonger les contrats de seulement 50-60 travailleurs et travailleuses temporaires parmi les 400 personnes qui peuvent y prétendre. Ces dernières y ont le droit à la suite de concours réservés qui se sont tenus en 2018, dans les même domaines stratégiques de l’ERC, dans le cadre de la loi italienne Dlgs.75/17 de 2017, connue sous le nom de “loi Madia”. Les classements, obtenus lors de ces concours, expireront en décembre prochain. Sans poste permanent, ces travailleurs et travailleuses seront exclu·es du système de recherche italien. Leurs contrats de recherche ne peuvent être renouvelés au-delà de la sixième année, selon une autre loi italienne. Qui plus est, en réalité, la chance d’avoir un contrat à durée déterminée — similaire à un poste permanent au vu des protections de l’emploi — est presque impossible au CNR.

Les syndicats considèrent la décision du CNR “immorale, absurde, incompréhensible et inacceptable”. En prenant en compte qu’il y a près de 33 millions d’euros disponibles, financés par différentes lois ayant l’objectif d’élever le niveau de la recherche italienne. Pour parachever le tout, le même directeur avait rassuré les syndicats il y a un mois, à l’occasion d’une réunion, sur le fait que le processus de stabilisation serait bien mis en œuvre. Au cours de la même réunion, il avait même indiqué le calendrier de la procédure !

Dans ce moment historique, alors que le monde fait face à une pandémie et à la crise climatique, tout le monde a pu prendre conscience de l’importance des activités de recherche. Les hommes et femmes politiques eux-mêmes soutiennent notre cause et font pression pour que le processus de stabilisation s’achève à la fin de décembre 2021.

“Precari Uniti” maintiendra la mobilisation syndicale jusqu’à ce qe toutes celles et ceux qui peuvent prétendre à une stabilisation soient effectivement recruté·es.

Suivez nous !

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

English version

Since November the 18th the Italian National Research Council (CNR), the largest non-academic research institution in Italy, has been permanently manned by the trade unions and by a representation of “Precari Uniti”. “Precari Uniti” is a spontaneous movement born in 2016 and including several hundreds of temporary CNR workers (researchers, technologists and administrative employees).

What is the reason?

On November the 18th, the CNR general director, Dott. G. Colpani, briefly referred to the trade unions, the CNR intent: the CNR will just use 3.3€ millions to hire only 50-60 temporary workers among the entitled 400. The latter are eligible based on a reserved competition held in 2018, on the same strategic areas of ERC programme, in agreement with the Italian law, Dlgs.75/17 of 2017 known as “legge Madia”. The rankings, obtained from these competitions, will expire next December. Moreover, without a permanent position, these workers will be expelled by the Italian research system. Their research fellowships cannot be renewed beyond the sixth year, according to another Italian law. Furthermore, actually, the possibility of having a fixed-term contract (similar to permanent position as regards the employment protections) is almost impossible at the CNR.

The trade unions consider this leadership CNR’s choice “immoral, absurd, incomprehensible and unacceptable”. Taking into account the availability of 33€ millions, founded by different laws with the aim to raise the Italian research field. On top, just a month ago, the same general director reassured the trade unions, during a meeting, that the stabilization process would be completed. In that meeting he had even indicated the timing of the procedure!

In this historic moment, where the world faces pandemics and climate changes, everyone can realize the importance of research activities. Also politicians are supporting the cause and pressing for the stabilization process to end by December 2021 .

“Precari Uniti” will keep the trade union mobilization until it comes to the recruitment of all those entitled to it! Stay tuned

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

Sur Academia, les précaires italien·nes

  1. NDLR ie sans enseignement []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.