HCERES : Vague C, la jouissance bureaucratique

Dans son enseignement de la psychanalyse, le psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan (1901-1981) a identifié sept versions de la jouissance1 : de la Chose, de l’Être, de l’Autre, de l’image du corps, de l’image phallique, la jouissance sexuelle et celle de la vie. Près de cinquante ans plus tard, une révision des fondamentaux lacaniens est en train de s’opérer sous nos yeux : les universitaires et cliniciens, spécialistes de la question, ont en effet découvert très récemment une huitième déclinaison de la jouissance : la jouissance bureaucratique.

Pas besoin d’aller bien loin pour la découvrir, elle s’étale sous nos yeux depuis quelques années dans le monde de l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et récemment, elle a pris tous les stigmates d’une névrose obsessionnelle dont le HCERES constitue la formidable boîte de pétri pour l’étudier in vitro. Son tableau clinique est maintenant bien établi : elle affecte des technocrates en fin de carrière dont la principale prédisposition est le désœuvrement intellectuel. C’est bien triste. Après avoir virevolté un trop grand nombre d’années dans les sphères célestes de tous les pouvoirs, les voilà prisonniers d’une sorte d’ivresse, un delirium administrativum, quête insatiable de jouissance que seule une bureaucratie poussée à son paroxysme peut assouvir.

Temporairement s’entend. Les crises ont malheureusement tendance à augmenter et en fréquence et en intensité.

Lacan ajoute que la jouissance est toujours de l’ordre de la tension, du forçage, de la dépense, voire de l’exploit. De la dépense et de l’exploit, voilà exactement les sujets qui nous préoccupent en ce qui concerne un opuscule visiblement rédigé dans une moment de rare démence bureaucratique : le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche, récemment publiée par le HCERES, et les procédures qui vont avec.

Disons-le d’emblée : des esprits insensibles à cette huitième jouissance lacanienne n’auraient pu en aucune façon pondre un tel chef d’œuvre. Inutile d’en faire le catalogue in extenso, des phrases piochées au hasard du document, comme celle-ci par exemple, permettent d’en mesurer la magnificence analytique :

« Le profil d’activités peut être décliné à l’échelle de l’unité ou de ses équipes. Il permet à l’unité ou à ses équipes de se positionner selon sept grandes catégories d’activités. L’unité ou ses équipes dispose de 100 points à répartir sur les sept catégories d’activités. »

Avant d’ajouter avec un brin d’humour involontairement bravache : « Le total doit impérativement être égal à 100 ». Fermez le ban.

Vous n’êtes pas convaincu ? Et bien essayez de répartir au pourcentage près (le sens d’une échelle de 0 à 100 ! mathématiques élémentaires…) les différentes activités que vous venez de réaliser dans une journée de travail. Puis, généralisez l’exercice à vos six dernières années et étendez le à une centaine de collègues avant d’en faire la synthèse. Invraisemblable pour des esprits normalement constitués car dénué de toute rationalité. Seule la recherche d’un plaisir extatique, conscient ou inconscient, à produire des données parfaitement inutiles peut expliquer la folle motivation des auteurs de ce document. En ce sens, ce texte est donc un exploit : personne, jusqu’à présent n’avait réussi à produire une pareille bouillie à un tel niveau de bêtise et d’inutilité pour la recherche française.

Après l’exploit, la dépense.

Rassurez-vous, elle est miraculeuse ! En quantité de temps de recherche sacrifiée et d’énergie perdue pour un cinquième des laboratoires publics de ce pays2, les chiffres donnent le vertige. Pour s’en convaincre, il suffit d’en évaluer l’ordre de grandeur, comme savent si bien faire les astronomes. Pour la seule rédaction du document d’autoévaluation — hors annexes, nous y reviendrons plus bas — prenons une fourchette basse très raisonnable pour les quelques 600 entités évaluées par an : taille moyenne 100 permanents, 10 équipes de recherche de 10 personnes, chaque membre passe 2h de rédaction et 10h en réunion d’équipe, et au niveau de l’unité le comité de direction (4 personnes) y consacre 20h par personne et réunit 3 fois 2h son conseil scientifique (15 personnes) et 3 fois 2h son conseil d’unité (20 personnes) pour son bouclage, les relectures et la validation. Une fourchette réellement basse quand on connait la musique… On arrive rapidement à 1,500 heures de temps consacré à cette seule tâche au niveau d’un laboratoire, ce qui représente près de… 900,000 heures pour 600 unités évaluées ! Considérant un temps de travail annuel de 1,600 h pour un fameux « équivalent temps plein recherche », ce joli pactole d’heures ne représente pas moins de 562 ETPR, soit environ 110 postes de chercheurs statutaires et 900 postes d’enseignants-chercheurs si l’on considère un ratio chercheur/EC de 1/5 dans les laboratoires. Proprement hallucinant ! Et évidemment, cette destruction du temps de travail effectif de recherche est annuelle puisque les vagues de l’évaluation, telles les Shadocks, ne s’arrêtent jamais : « il faut évaluer pour chercher donc il faut chercher à évaluer ! ».

Contraindre ainsi toute une communauté à s’interrompre dans son travail de recherche pour lui demander de remplir des documents aussi stupides qu’inutiles entraîne, au niveau du budget de l’État, une perte sèche évaluée à environ un millier de postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. Uniquement pour les laboratoires scientifiques. Et nous n’avons parlé ni des formations, ni des écoles doctorales, ni des établissements. Pour ces derniers, l’évaluation dite « intégrée » est prête à repousser jusqu’à l’inconcevable les limites de la gabegie financière. Quant aux futurs experts panelistes du HCERES, n’en parlons pas. Ces gens-là se porteront volontaires, ils sont hélas déjà perdus pour la recherche3. Voilà la vraie réalité des chiffres et combien coûte à la Nation la folie de son évaluation bureaucratique.

Michel Crozier, Le Phénomène bureaucratique, 1971

Mais ces chiffres n’émouvront sans doute pas nos évaluateurs zélés. Shootés aux endomorphines secrétées par leur jouissance bureaucratique, ils ont décidé que le délice du document d’autoévaluation ne suffisait pas et récidivent de plus belle avec les sensationnelles annexes au format Excel4: deux fichiers « multi-onglets » qui représentent des dizaines de milliers de case à remplir pour un seul laboratoire. Leur temps de compilation et de vérification pour un seul labo, même de taille moyenne, dépasse l’entendement. Saisir ne serait-ce que « les produits annuels de la recherche » (sic) nécessitera plusieurs dizaines d’heures de travail. Démonstration : 300 références annuelles toutes catégories confondues  ´ 11 champs Excel à renseigner ´ 6 ans = 19,800 champs à remplir, à raison d’un copier-coller (menu collage spécial… coller texte seulement) toutes les 8 secondes en moyenne = 44 heures de saisie ! ´ 600 laboratoires = 26,400 heures de travail, soit près de 17 ETPR. Une dinguerie solidement cadenassée pour que personne ne soit tenté de faire exploser le format des fiches Excel… Celles-ci seront toutes prêtes à être avalées par des algorithmes qui, tels des distillateurs de numérasse, en feront ressortir la liquoreuse substance, les fameux « indicateurs de performances » et autres produits de synthèse. Les ravages que produisent ces concentrés de données sont dévastateurs dans les strates dirigeantes de l’ESR. Leur pouvoir d’envoutement décuple la course à la jouissance bureaucratique qui, le rappelle Lacan, peut déboucher sur une toxicité et des effets destructeurs… En ce sens, et parce qu’il est toxique pour l’ESR, le HCERES est bien une folie française ((* Librement inspiré de l’excellent livre d’Ariane Chemin, Didier Raoult, une folie française, 2021.)) ; la psychanalyse et la psychiatrie ont beaucoup à nous apprendre des désordres névrotiques de ceux qui en ont abusivement la charge et le pilotage.

  1. G. Dimitriadis. La jouissance comme concept psychanalytique et son potentiel destructeur sur l’organisme. 2017. hal-01468828 []
  2. NdA : le monde universitaire français est évalué en cinq vagues, de A à E. []
  3. Academia y consacrera prochainement un billet. []
  4. Pour en finir avec Excel, on se reportera utilement au billet de Florence Marinichi, “De la paperasse à la numérasse“. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.