Budget 2022 au CNESER: un camouflet pour la Ministre

Le 15 novembre 2021, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) vient de rendre son avis sur le budget 2022 prévu par les équipes de Frédérique Vidal. Le résultat est sans appel : il ne recueille que 3 voix favorables sur 74 (39 contre, 32 abstentions).

Etudiant-es de Saint-Quentin en Yvelines attendant la distribuntion alimentaire. (Union des Étudiant•e•s des Yvelines)

Après différents points généralement non soutenues, le projet de décret relatif à la répartition d’un préciput entre les établissements participant au service public de la recherche lauréats d’un appel à projets financé par l’Agence nationale de la recherche fait l’objet d’un rejet lié à la politique par projets, décriée, en particulier pour “l’effet Matthieu” (L’Alternative) qu’elle entraîne.

À la reprise, c’est en l’absence de la Ministre que le Conseil donne son avis sur les dispositions ESR du projet de loi de finances 2022, présenté par Lloyd Cerqueira, directeur-adjoint au cabinet de Frédérique Vidal, ainsi que d’Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP) et de Claire Giry, directrice générale de la recherche et de l’innovation (DGRI).

Les organisations syndicales personnel et étudiantes ont déploré la faible augmentation des moyens alloués, en euros constants, très insuffisant pour réduire les difficultés de vivre des étudiants et des étudiantes (34 000 en plus cette année, +500 000 étudiant·es en dix ans) et garantir les conditions de travail des personnels. La CGT demande un “choc d’investissement” et un “choc démocratique”. Une motion proposée par les organisations FSU  et votée par 56 voix déplore la communication mensongère du Ministère et fait même remarquer qu’en euros constant, le budget du programme 150 consacré à l’enseignement supérieur diminue !

Distribution alimentaire étudiante par l’Union Pirate, Rennes, 17 novembre 2021

Présentation des programmes 150 et 172 du projet de loi de finances 2022 au CNESER, en l’absence de la Ministre, 15 novembre 2021. Photo: M. Samama

La Conférence des présidences d’universités, représentée par Guillaume Gellé, a déploré l’absence d’accompagnement financier de la réforme santé, la diminution continue du budget par étudiant·e depuis 2011 et la non-compensation du GVT (Glissement vieillesse technicité).

Le réprésentant de la CPU fait, en outre, le constat d’une sous-dotation historique qui perdure

Une enveloppe de 18 M€ a été dégagée par le MESRI en 2021 pour abonder quelques établissements en sous-dotation historique. La CPU se félicite de cette première enveloppe mais hélas ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux 540 M€ chiffrés par le MESRI qui permettraient de ramener tous les établissements à la moyenne. La CPU souhaite qu’en 2022 une mise à niveau des établissements sous-dotés soit prévue par une enveloppe supplémentaire spécifique dédiée.  

Gellé conclut en soulignant que

le CNESER doit se prononcer aujourd’hui sur 80 % des crédits ; mais les 20 % des crédits restants seront-ils présentés au CNESER en 2022 ? Cela n’a été le cas ni en 2020 ni en 2021. On ignore comment ils ont été répartis. La CPU dénonce le manque de transparence dans les crédits alloués par le dialogue stratégique et de gestion 2020-2021, qui peut apparaitre comme une politique de guichet.

 

Après ce discours au vitriol, qui détonne avec les petits arrangements entre amis qui avaient pré-éxistés, la CPU s’est néanmoins… abstenue
*
*   *
La répartition des moyens alloués à l’ESR, entre les programmes 150, 231 et 172, est officiellement rejeté au cours d’un vote historique où seule une député LREM, un représentant du CEA et un représentant du Medef ont voté pour. Un an quasiment jour pour jour après le vote de la Loi de programmation de la recherche, c’est un réel camouflet. Les candidat·es à l’élection présidentielle en tiendront-iels compte?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.