Il est temps de s’attaquer aux violences sexuelles dans le domaine de la santé mondiale universitaire

Les auteurs et autrice de l’article1 qui suit ont eu la gentillesse de traduire pour Academia l’article publié dans le BMJ Global Health, appelant à la fin des violences sexuelles signalées dans le champ de la santé globale. À partir d’analyses de témoignages de terrain et d’une (re)prise de conscience du problème, nourrie de références bibliographiques nombreuses, iels font des recommandations qui peuvent s’appliquer à tout l’enseignement supérieur et à la recherche français. Alors que s’ouvre une semaine de manifestations à l’appel d’associations féministes, de droits humaines et de syndicats, pour demander la fin des violences sexistes et sexuelles, il est plus que temps d’avancer sur le sujet dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. #MeTooESR

Il est temps de s’attaquer aux violences sexuelles
dans le domaine de la santé mondiale universitaire

par Valéry Ridde, IRD (Institut français de recherche sur le développement durable), CEPED (IRD-Université de Paris), ERL INSERM SAGESUD
Christian Dagenais, Département de psychologie, Université de Montréal
Isabelle Daigneault, Département de psychologie, Université de Montréal

Introduction

Si l’on se penche sur la première année du mouvement mondial #MeToo qui a permis de révéler au grand jour les violences sexuelles (du harcèlement à la coercition et à l’agression) [1], on constate que cette question a reçu peu d’attention dans le milieu universitaire de la santé mondiale. Des cas récents d’inconduite sexuelle à l’ONUSIDA [2] et à Oxfam montrent que la communauté de la santé mondiale doit agir [3]. En quelques mois, le mouvement #MeToo a sensibilisé l’opinion publique, stimulé de nouveaux débats et placé cette question au cœur des préoccupations des milieux politiques, économiques et du divertissement. Mais la santé mondiale universitaire ne prépare toujours pas suffisamment les étudiants (femmes et hommes)2 et les universitaires à ce problème ; et les discussions récentes sur la formation en santé mondiale l’ignorent [4]. En effet, il est urgent de mettre en œuvre des stratégies de prévention globales et intégrées fondées sur des preuves pour lutter contre la violence sexuelle dans la recherche universitaire en santé mondiale [5].

La collaboration entre des partenaires issus de pays où les revenus et le pouvoir sont inégaux est courante dans le domaine de la santé mondiale universitaire [6,7]. Alors que les défis liés au pouvoir, à l’argent, à la publication, à l’utilisation des données, etc. au sein de ces collaborations sont largement discutés [6,8-10], la question de la violence sexuelle reste relativement silencieuse. L’inégalité entre les sexes dans le domaine de la santé mondiale fait de plus en plus l’objet de discussions [11] – les groupes scientifiques étant souvent composés d’une majorité d’hommes (ou uniquement d’hommes) et le travail des jeunes femmes non rémunérées représente une grande partie des stages en santé mondiale [12]. Il existe un nouveau mouvement visant à mettre en avant les femmes leaders en santé mondiale [13], et les jeunes chercheuses appellent à dépatriarcaliser la science pour les femmes francophones [14]. Malgré ces discussions, le manque général de prise en compte des questions de sexualité dans le travail de recherche sur le terrain demeure [15,16]. En 1985, Gurney a déclaré que ” pour les femmes qui travaillent sur le terrain, la réciprocité… peut être problématique si les hommes puissants du milieu s’attendent à des faveurs sexuelles en échange de l’accès à la recherche ” [11]. Il peut également exister une culture du harcèlement sexuel dans le domaine de la santé mondiale, car on s’attend à ce que le niveau d’ouverture et de confort en matière de sexualité (requis pour travailler dans certains aspects du domaine) se traduise par une ouverture aux avances sexuelles [17] — “même les sexualisations apparemment inoffensives ont un effet considérable sur la façon dont le genre et la sexualité sont négociés pendant la rencontre de recherche” [18].

Il existe de nombreux guides pour aider les chercheurs engagés dans des partenariats en santé mondiale à s’assurer que les collaborations sont équitables et éthiques [19,20], mais aucun n’aborde de front la violence sexuelle. Bien que les données sur le contenu de chaque cours ne soient pas disponibles, la même lacune semble s’appliquer à la préparation aux stages en santé mondiale [21-23]. Un examen systématique récent des stages en santé mondiale des étudiants en médecine aux États-Unis d’Amérique n’a révélé aucune mention du harcèlement ou des agressions sexuelles dans les programmes d’enseignement [24]. De même, les mouvements universitaires existants ne tiennent pas compte des particularités de la santé mondiale – par exemple, la charte Athena Swan pour la promotion de l’égalité des sexes dans l’enseignement supérieur [25] et la loi américaine sur les droits civils « Title IX » qui a permis aux étudiants d’obliger les collèges et les universités à prendre des mesures contre le harcèlement et les agressions sexuelles fondés sur le sexe sur les campus [26].

mecenatcardiaque
Mission Médicale – Rwanda © Baptiste Glorion, 2016

Comment sommes-nous impliqués en tant qu’universitaires ? Notre (re)prise de conscience du problème

Les histoires de harcèlement sexuel d’étudiantes par des universitaires (et de relations sexuelles entre universitaires et étudiantes) ne sont pas nouvelles. Mais elles ne sont que trop rarement abordées dans le cadre de la formation universitaire, en particulier dans les pays du Nord où les universités développent de plus en plus de programmes de formation en santé mondiale et envoient de plus en plus d’étudiants sur le terrain. Par rapport aux étudiants nord-américains, les étudiants étrangers courent un risque plus élevé de subir des violences sexuelles sur le campus [27,28] et sont moins susceptibles de demander de l’aide en cas d’agression [28]. Les établissements universitaires doivent être tenus responsables du bien-être des étudiants étrangers qu’ils accueillent et des étudiants nationaux qu’ils envoient à l’étranger.

Ces derniers mois, trois jeunes femmes ont partagé avec nous, lors de discussions informelles, leurs expériences de harcèlement sexuel sur le terrain. L’une d’elles a rencontré de nombreux acteurs impliqués dans son sujet dans le pays concerné. Elle a rapporté qu’un chercheur qu’on lui avait conseillé de rencontrer s’est montré très insistant, à plusieurs reprises. Et il n’était pas le seul. Après quelques jours de travail sur le terrain et trop de demandes insistantes, elle a acheté et porté une fausse alliance, se faisant passer pour une femme mariée pour éviter le harcèlement. En 1977, Carol Warren a rapporté avoir utilisé la même stratégie aux États-Unis d’Amérique [29], ce qui suggère que ce problème n’est pas confiné à un contexte social particulier et que cette stratégie d’adaptation est assez courante. Les deux autres jeunes femmes étaient en contact direct avec des personnes de haut rang au sein du gouvernement et d’une institution financière internationale pour mener des entretiens afin d’obtenir des données pour leur recherche. Les demandes insistantes de ces personnes de haut rang pour des rencontres plus informelles, hors service et très personnelles ont mis ces deux étudiantes dans une position très inconfortable, à risque pour leur intégrité et leurs recherches.

Comme dans le cas de la violence sexuelle dans les universités des pays du Nord [30-32], les victimes de harcèlement et d’agression à l’étranger sont souvent incapables ou réticentes à faire des révélations et doivent attendre la fin de leur travail sur le terrain, ou même l’obtention de leur diplôme, pour le faire. Elles peuvent ne le révéler qu’à des sources informelles de soutien, telles que des amis ou la famille. Dans les trois cas présentés ci-dessus, même s’il n’y a jamais eu de motif de suspicion, le superviseur a été indirectement responsable de la mise en contact des étudiants avec des collègues qui ont utilisé leur pouvoir à des fins de harcèlement sexuel. Cette situation – à savoir que les superviseurs sont eux-mêmes la cause indirecte de l’événement même s’ils ne sont pas forcément au courant de ces pratiques antérieures – peut retarder davantage la divulgation aux sources de soutien formelles/académiques et limiter notre capacité à agir préventivement lors de futurs stages.

Ces cas profondément troublants nous ont amenés à repenser notre rôle et nos responsabilités en tant qu’universitaires. Bien sûr, nous pourrions éviter la question en nous disant que ces cas se situent à la limite entre le harcèlement sexuel et la séduction ; que “la sexualité mise en œuvre sur le terrain peut être vécue à la fois comme menaçante et agréable” [18]. La frontière peut parfois être floue. Certains ont décrit comment “être une jeune étudiante diplômée a certainement des avantages dans un environnement dominé par les hommes” [11]. Et certains universitaires ont affirmé que les étudiantes les harcelaient pour obtenir de bonnes notes. Toutefois, ces cas sont probablement l’exception. Mais ce qui est peut-être moins exceptionnel, ce sont les étudiants masculins des universités du Nord qui, lors de stages de recherche en santé mondiale, adoptent un comportement sexuel inapproprié et parfois prédateur.

 Les conséquences du harcèlement sexuel sur les carrières universitaires, la santé et le bien-être des femmes sont désormais bien connues, notamment la baisse de la productivité, l’augmentation du stress et la diminution des financements [33]. Dans une enquête récente portant sur 198 organisations de santé mondiale, dont une seule université, seules 25 d’entre elles disposaient d’une politique en matière de harcèlement sexuel conforme aux quatre meilleures pratiques définies par Global Health 50/50 : engagement et définition, confidentialité et absence de représailles, formation du personnel, rapports et responsabilité [3]. Comme d’autres inégalités dans les partenariats de recherche en santé mondiale, la violence sexuelle continuera probablement “aussi longtemps que la culture de l’ignorance consciente de ce qui est connu ne sera pas remise en question” [8]. Nous sommes au cœur d’un ” secret public “, un concept bien connu en santé publique [34].

Que pouvons-nous (et nos institutions) faire en tant qu’universitaires ?

Nos actions doivent s’appuyer sur des directives de prévention actualisées en matière de violence sexuelle dans les universités. Mais celles-ci doivent être adaptées pour répondre aux problèmes spécifiques de la santé mondiale, avec des programmes destinés à tous les étudiants et universitaires (hommes et femmes) pour traiter à la fois la victimisation et la perpétration, et à des communautés universitaires entières afin que les spectateurs actifs puissent contribuer à changer les normes culturelles et les comportements entre pairs [5]. Ces approches devraient inclure : i) la sensibilisation ; ii) la reconnaissance des obstacles au changement ; et iii) le renforcement de l’action par la pratique des compétences. Mais en attendant qu’un tel ensemble de mesures de prévention soit adapté et mis en œuvre, que peuvent faire les universitaires et les institutions académiques ? Nous proposons ce qui suit :

  1. Sanctionner immédiatement les auteurs de ces actes conformément aux directives de la politique institutionnelle. Bien qu’il soit difficile pour les universités de sanctionner des partenaires de recherche internationaux qui ne sont pas sous leur juridiction, une sanction pour violation de la politique serait de cesser la collaboration.
  2. Adopter une politique globale en matière de harcèlement et de violence sexuels à l’échelle mondiale, sous l’impulsion des écoles de santé (publique) mondiale du Nord. Les accréditations données par le Council on Education for Public Health (CEPH) en Amérique du Nord et l’Association of Schools of Public Health in the European Region (ASPHER) devraient ajouter la présence de ces politiques comme critère d’évaluation. Ces politiques devraient être partagées avec les universités et les organismes de financement, qui sont bien placés pour sensibiliser les chercheurs à la violence sexuelle et exiger le respect des politiques de prévention de la violence sexuelle dans les recherches financées. Elles doivent indiquer clairement ce qui constitue la violence sexuelle, y compris le harcèlement. Elles doivent également faire référence à un code de conduite entre les professeurs/chercheurs/superviseurs et les étudiants, à des lignes directrices pour le signalement et à un ensemble clair de sanctions en cas de violation des politiques. Les partenaires du Sud doivent être informés de ces politiques, accepter d’y adhérer pour poursuivre le partenariat et être tenus responsables de la conduite de leurs employés et collaborateurs. Les politiques doivent être systématiquement incluses dans les guides de bonnes pratiques pour les partenariats scientifiques en santé mondiale et être diffusées à tous les universitaires, par exemple par le biais d’un cours en ligne ouvert et massif (MOOC).
  3. Cesser de participer à la culture du harcèlement sexuel. Cela signifie qu’il faut intervenir auprès de nos collègues harceleurs lorsque nous avons connaissance de telles situations, plutôt que de conseiller uniquement les jeunes femmes sur la façon de les “gérer” (par exemple, “porte une alliance”, “ne le rencontre pas seul”, etc.) En amont, les universitaires devraient être plus conscients de la situation en servant de mentors et en discutant systématiquement de la question pendant les cours et avant que les étudiants ne partent sur le terrain [35,36]. Les universitaires qui orientent les étudiants vers leurs collègues devraient avoir la responsabilité d’agir lorsqu’ils sont informés de violences sexuelles de leur part en suivant les procédures de la politique et en appliquant des sanctions. Les universitaires doivent également recevoir une formation sur la manière de recevoir les révélations et de soutenir les étudiants qui ont été harcelés ou agressés. Cette formation doit être centrée sur les victimes, accroître la sensibilisation aux politiques et aux services, et réduire le blâme des victimes. Ceci, à son tour, augmenterait la confiance dans les réponses institutionnelles et encouragerait les divulgations. Des espaces d’écoute confiants devraient exister, tant avant que pendant le travail de terrain, pour discuter et suggérer des solutions possibles. La littérature scientifique sur les défis auxquels sont confrontées les jeunes femmes faisant de la recherche dans un domaine dominé par les hommes devrait être mobilisée à des fins de formation [16,18,29,37,38]. Il est également important de mettre à disposition sur le terrain des mentors formés à la gestion du harcèlement pour soutenir toutes les personnes (femmes et hommes) impliquées dans ces situations et les aider à trouver des solutions appropriées, ou du moins à en parler.
  4. Financer et mettre en œuvre une formation sur le harcèlement sexuel et la résistance aux agressions pour les étudiants (en particulier les étudiantes) dans le cadre d’une stratégie intégrée de prévention de la violence sexuelle fondée sur les meilleures données disponibles [5]. Il existe des programmes fondés sur des données probantes pour aider les étudiants à devenir des spectateurs plus actifs [39] et à mieux résister à la violence sexuelle [40, 41], ainsi que des programmes prometteurs pour réduire la perpétration de la violence sexuelle par les étudiants masculins [42]. Si “la chercheuse ne peut pas se préparer à toutes les éventualités, … elle peut au moins entrer dans le milieu avec une certaine idée de la façon dont elle pourrait réagir aux remarques sexistes, aux comportements sexistes et à l’arnaque sexuelle” [11]. Par exemple, le programme Enhanced Assess, Acknowledge, Act (EAAA) a permis une réduction annuelle de la victimisation allant jusqu’à 63% pour cinq formes de violence sexuelle subies par les étudiantes au Canada [40]. Un groupe de travail devrait être mis en place pour déterminer si ce programme peut être spécifiquement adapté à la recherche en santé mondiale, testé et évalué.

Conclusion

L’éminente anthropologue Françoise Héritier, décédée un mois après le début de #MeToo, envisageait que “les conséquences de ce mouvement [pourraient] être énormes. À condition de soulever non pas un coin mais l’ensemble du voile, de tirer tous les fils pour repenser la question du rapport entre les sexes, s’attaquer à ce statut de la domination masculine et détruire l’idée d’un désir masculin irrépressible. [43]. Un an plus tard, rien n’a changé dans la santé mondiale académique. Les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine aux Etats-Unis d’Amérique viennent de proposer d’importants changements structurels pour se protéger contre le harcèlement sexuel [33]. Quand les institutions académiques impliquées dans la santé mondiale prendront-elles le relais ? Il est peut-être temps que la santé mondiale ait son propre mouvement #MeToo.

Remerciements

Nous tenons à remercier les personnes qui nous ont confié et permis de partager leurs histoires à des fins constructives, ainsi que les personnes qui ont accepté de lire une version antérieure de ce texte pour en améliorer l’argumentation. Merci également à Seye Abimbola pour son aide à la rédaction de l’éditorial en anglais.

Références

1          Basile KC, Smith SG, Breiding MJ, et al. Sexual violence surveillance : Définitions uniformes et éléments de données recommandés, version 2.0. Atlanta, Géorgie : 2014.

2          Groupe d’experts indépendants de l’ONUSIDA. Rapport sur les travaux du Groupe d’experts indépendants sur la prévention et la réponse au harcèlement, y compris le harcèlement sexuel, les brimades et les abus de pouvoir au Secrétariat de l’ONUSIDA. Genève : : Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA 2018.

3          Global Health 50/50. Rapport mondial sur la santé 50/50 2019 : l’égalité fonctionne. Londres : : University College London Centre for Gender and Global Health. 2019.

4          Oni T, Yudkin JS, Fonn S, et al. La santé publique mondiale commence à la maison : approches en amont de la formation en santé mondiale. Lancet Glob Health 2019;7:e301-2. doi:10.1016/S2214-109X(18)30558-8

5          Orchowski LM, Edwards KM, Hollander JA, et al. Integrating Sexual Assault Resistance, Bystander, and Men’s Social Norms Strategies to Prevent Sexual Violence on College Campuses : Un appel à l’action. Trauma Violence Abus 2018 ;:1524838018789153. doi:10.1177/1524838018789153.

6          Ridde V, Capelle F. La recherche en santé mondiale et les défis des partenariats Nord-Sud. Rev Can Santé Publique 2011;Mar-Apr;102:152-6.

7          Koplan JP, Bond TC, Merson MH, et al. Towards a common definition of global health. The Lancet 2009;373:1993-5. doi:10.1016/S0140-6736(09)60332-9

8          Gautier L, Sieleunou I, Kalolo A. Déconstruire la notion de ” partenariats de recherche en santé mondiale ” à travers les contextes nordiques et africains. BMC Med Ethics 2018;19. doi:10.1186/s12910-018-0280-7

9          Smith E, Hunt M, Master Z. Authorship ethics in global health research partnerships between researchers from low or middle income countries and high income countries. BMC Med Ethics 2014;15:42. doi:10.1186/1472-6939-15-42

10        Ouattara F, Ridde V. Expériences connues , vécues … mais rarement écrites . À propos des relations de partenariat Nord-Sud, 231-246. Nouv Prat Soc 2013;25:231-46.

11        Gurney JN. Pas un des gars : The female researcher in a male-dominated setting. Qual Sociol 1985;8:42-62. doi:10.1007/BF00987013

12        McBride B, Mitra S, Kondo V, et al. Travail non rémunéré, #MeToo, et jeunes femmes dans la santé mondiale. The Lancet 2018;391:2192-3. doi:10.1016/S0140-6736(18)30992-9.

13        Clark J, Zuccala E, Horton R. Les femmes dans les sciences, la médecine et la santé mondiale : appel à articles. The Lancet 2017;390:2423-4. doi:10.1016/S0140-6736(17)32903-3

14        Ouedraogo S, Gautier L, Mac-Seing M, et al. Dé-patriarcaliser et niveler la science pour les femmes francophones des pays à revenu faible et intermédiaire. The Lancet 2019.

15        Harries B. What’s sex got to do it ? Quand une femme pose des questions. Womens Stud Int Forum 2016;59:48-57. doi:10.1016/j.wsif.2016.10.002.

16        Jackson R, Kelly M, éditeurs. Les femmes qui font de la recherche en Afrique : The Impact of Gender. Cham : : Springer International Publishing 2019. doi:10.1007/978-3-319-94502-6

17        Herbenick D, van Anders SM, Brotto LA, et al. Harcèlement sexuel dans le domaine de la recherche sur la sexualité. Arch Sex Behav Published Online First : 1 February 2019. doi:10.1007/s10508-019-1405-x

18        Kaspar H, Landolt S. Flirting in the field : shifting positionalities and power relations in innocuous sexualisations of research encounters. Gend Place Cult 2016;23:107-19. doi:10.1080/0966369X.2014.991704

19        Larkan F, Uduma O, Lawal SA, et al. Développer un cadre pour des partenariats de recherche réussis en santé mondiale. Glob Health 2016;12. doi:10.1186/s12992-016-0152-1

20        Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale. Créer des partenariats respectueux et coopératifs pour la recherche en santé mondiale – Ressource pédagogique. Ottawa : : Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale, sans date.

21        Drain PK, Mock C, Toole D, et al. The Emergence of Undergraduate Majors in Global Health : Examen systématique des programmes et recommandations pour les orientations futures. Am J Trop Med Hyg 2017;96:16-23. doi:10.4269/ajtmh.16-0687

22        Crump JA. Considérations éthiques pour les expériences à court terme des stagiaires en santé mondiale. JAMA 2008;300:1456. doi:10.1001/jama.300.12.1456

23        Elit L, Hunt M, Redwood-Campbell L, et al. Ethical issues encountered by medical students during international health electives : Ethical issues in international health electives. Med Educ 2011;45:704-11. doi:10.1111/j.1365-2923.2011.03936.x

24        Lu PM, Park EE, Rabin TL, et al. Impact of Global Health Electives on US Medical Residents : Une revue systématique. Ann Glob Health 2018;84:692. doi:10.29024/aogh.2379

25        Rosser SV, Barnard S, Carnes M, et al. Athena SWAN et ADVANCE : efficacité et leçons apprises. The Lancet 2019;393:604-8. doi:10.1016/S0140-6736(18)33213-6

26        Département de la Justice. Vue d’ensemble du titre IX des modifications apportées à l’éducation en 1972. 2015.https://www.justice.gov/crt/overview-title-ix-education-amendments-1972-20-usc-1681-et-seq

27        Bergeron M, Hébert M, Ricci S, et al. Violences sexuelles en milieu universitaire au Québec : Rapport de recherche de l’enquête ESSIMU. Montréal : : Université du Québec à Montréal 2016. http://essimu.quebec/wp/wp-content/uploads/2015/12/Rapport-ESSIMU_COMPLET.pdf

28        Bonistall Postel EJ. Violence Against International Students : Une lacune critique dans la littérature. Trauma Violence Abuse 2017;:1524838017742385. doi:10.1177/1524838017742385.

29        Warren CAB, Rasmussen PK. Sex and Gender in Field Research. Urban Life 1977;6:349-69. doi:10.1177/089124167700600306

30        Sabina C, Ho LY. Réponses des victimes des campus et des collèges aux agressions sexuelles et aux violences dans les fréquentations. Trauma Violence Abuse 2014;15:201-26. doi:10.1177/1524838014521322

31        DeLoveh HLM. Where Do I Turn ? Une enquête qualitative sur les décisions de recherche d’aide des collégiens après une victimisation par agression sexuelle. 2014.https://search.proquest.com/docview/1556433113?accountid=12543 http://opurl.bib.umontreal.ca:9003/sfx_local?url_ver=Z39.88-2004&rft_val_fmt=info:ofi/fmt:kev:mtx:dissertation&genre=dissertations+%26+thèses&sid=ProQ :ProQuest+Dissertations+%26+Theses+Global&atitle=&title=Where+Do+I+Turn%3F+A+Qualitative+Investigation+of+College+Students%27+Helpseeking+Decisions+After+Sexual+Assault+Victimization&.issn=&date=2014-01-01&volume=&issue=&spage=&au=DeLoveh%2C+Heidi+L.+M.&isbn=9781303995156&jtitle=&btitle=&rft_id=info:eric/&rft_id=info:doi/

32        Nogrady B. Sexual harassment rife in Australian science, suggests first workplace survey. Nature 2019;https://www.nature.com/articles/d41586-019-00736-3.

33        Fairchild AL, Holyfield LJ, Byington CL. Rapport des Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine sur le harcèlement sexuel : Argumenter en faveur d’un changement institutionnel fondamental. JAMA 2018;320:873. doi:10.1001/jama.2018.10840.

34        Geissler PW. Public secrets in public health : Savoir ne pas savoir tout en faisant de la connaissance scientifique. Am Ethnol 2013;40:13-34. doi:10.1111/amet.12002

35        Cole DC, Johnson N, Mejia R, et al. Mentoring health researchers globally : Diverses expériences, programmes, défis et réponses. Glob Public Health 2016;11:1093-108. doi:10.1080/17441692.2015.1057091

36        Hamelin A-M, Paradis G. Formation à la recherche interventionnelle en santé des populations : l’intérêt des stages et du mentorat en santé publique. Revue de santé publique 2018;39. doi:10.1186/s40985-018-0084-9.

37        De Craene V. Fucking geographers ! Ou les conséquences épistémologiques de la négligence du corps du chercheur lascif. Gend Place Cult 2017;24:449-64. doi:10.1080/0966369X.2017.1314944.

38        Johnstone L. Landscapes of Desire : The Effect of Gender, Sexualized Identity, and Flirting on Data Production in Rwanda and Zimbabwe. Dans : Johnstone L, ed. The Politics of Conducting Research in Africa. Cham : : Springer International Publishing 2019. 75-95. doi:10.1007/978-3-319-95531-5_5

39        Moynihan MM, Banyard VL, Cares AC, et al. Encourager les réponses dans la prévention de la violence sexuelle et relationnelle : quels sont les effets du programme qui demeurent 1 an plus tard ? J Interpers Violence 2015;30:110-32. doi:10.1177/0886260514532719

40        Senn CY, Eliasziw M, Barata PC, et al. Efficacité d’un programme de résistance aux agressions sexuelles pour les femmes universitaires. N Engl J Med 2015;372:2326-35. doi:10.1056/NEJMsa1411131

41        Senn CY, Eliasziw M, Hobden KL, et al. Résultats secondaires et à deux ans d’un programme de résistance aux agressions sexuelles pour les femmes universitaires. Psychol Women Q 2017;:0361684317690119.

42        Gidycz CA, Orchowski LM, Berkowitz AD. Prévention de l’agression sexuelle chez les hommes des collèges : Une évaluation d’un programme de normes sociales et d’intervention auprès des témoins. Violence Women 2011;17:720-42. doi:10.1177/1077801211409727

43        Cojean A. Françoise Héritier : ” Il faut anéantir l’idée d’un désir masculin irrépressible “. Le Monde. 2017.

  1. Traduction par ses auteurs de l’article original : Ridde V, Dagenais C, Daigneault I. It’s time to address sexual violence in academic global health. BMJ Glob Health 2019;4:e001616. doi:10.1136/ bmjgh-2019-001616). []
  2. Ndt: Nous avons laissé le style d’écriture de départ sans écriture inclusive à laquelle nous souscrivons. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.