Un appel à projets pour les gouverner tous…

Un AAP pour les gouverner tous
Un AAP pour les trouver
Un AAP pour les ramener tous et dans les ténèbres les lier.

Il y a quelques années, l’Agence nationale pour l’excellence scientifique (ANES) promettait monts et merveilles.1 Lors de son appel à projets (AAP) 2019, elle proposait notamment le si disruptif AAP Bollorex:

Bollorex : Il s’agit de la classe d’appels à projets la mieux dotée, avec des financements allant de 200 à 500 millions d’euros. Cette catégorie est réservée à des appels à projets d’excellence absolue, dont les retombées certaines se feront sentir sur des décennies. Grâce à ce financement, il devient possible pour les plus excellents de nos chercheurs de se faire construire leur propre laboratoire, juste à côté de leur laboratoire d’origine en voie d’écroulement, et d’y faire ériger leur statue dans un métal hors de prix comme le tantale. (…) Une part importante du financement Bollorex devra être consacrée à la communication et à l’ouverture au grand public : les moyens offerts donnent la possibilité de financer des pages de publicité pendant les grands événements sportifs internationaux, ou d’acquérir une chaîne de télévision privée. D’un point de vue pratique, les fonds alloués seront domiciliés à la Bank of Excellence à Guernesey, et les porteurs des projets auront toute latitude quant à l’emploi de cette somme faramineuse. L’objectif recherché est également de susciter des jalousies chez les chercheurs normaux i.e. non-excellents.

La rédaction d’Academia est heureuse de vous annoncer que, parmi les lauréat·es de l’appel à projet Générique de fin2 , figure en bonne place la Directrice générale de l’enseignement et de l’insertion professionnelle. À moins qu’Anne-Sophie Barthez n’ait tout simplement été nommée à la tête de l’ANES, for a better science and beyond.

*
*   *

Dès juin 2021, le MESRI, sous la houlette d’Anne-Sophie Barthez, lançait le fabuleux appel à projet “L’excellence sous toutes ses formes (ExcellencES)”3.

L’appel à projets “Excellence sous toutes ses formes” vise à reconnaitre l’excellence sous toutes ses formes et à accompagner les établissements d’enseignement supérieur et de recherche porteurs d’un projet de transformation ambitieux à l’échelle de leur site dans la mise en œuvre de leur stratégie propre, élaborée à partir de leur dynamique territoriale et de leurs besoins spécifiques.

Accompagner les établissements d’enseignement supérieur ? Oui, vous avez bien lu. L’AAP précise que “par transformation, on entendra ci-après toute évolution significative de l’établissement ou du site contribuant à développer leurs potentialités dans l’ensemble de leurs missions, ou dans les missions qui auront été choisies comme les plus importantes pour l’établissement ou le site dans le cadre de leur projet stratégique” (nous soulignons).

Il ajoute cependant, dans la logique d’excellence qui est la sienne, que “Il accompagne donc la différenciation entre établissements d’enseignement supérieur en reconnaissant davantage les différentes formes d’excellence dont ils font preuve dans l’accomplissement des missions que leur fixe la Loi, et en les aidant à atteindre, dans leur(s) domaine(s) d’excellence, les meilleurs standards internationaux” (nous soulignons).

Assez simplement, on passe ainsi (“donc”) de la dotation des établissements de façon équitable, selon des critères applicables à tous,pour accomplir les missions fixées par le législateur, à une politique darwinienne tous ne seraient pas choisis. Grand projet 2021 pour l’ANES : affaiblir encore davantage les non-excellents, en distribuant de façon inégale, arbitraire, et en utilisant à perte le temps de travail des personnels chargés de répondre à l’appel, un budget de fonctionnement. 

Mais la DGESIP ne s’arrête pas là : allant au-delà de la better science, elle propose désormais des financements pour financers les réponses aux appels à projets.

Nous en sommes donc là : un appel à projets pour financer des réponses à appel à projets. Si le ridicule tuait, l’équipe ministérielle se trouverait déjà six pieds sous terre. Le problème, c’est que le montant déboursé (200 millions d’euros4 ) — à un moment où les étudiant·es manquent de tout, à commencer par des enseignant·es — représente 1,5 fois l’augmentation du budget de l’Agence nationale pour la recherche promise par la Ministre — 131 millions d’euros.

L’avant-veille, Anne-Sophie Barthez avait inauguré un séminaire au CNAM sur la CVEC (Contribution à la vie étudiante et au campus), impôt de 92€ inauguré en 2018, versé par tous les étudiants et les étudiantes en formation initiale5 dont l’usage n’a pour l’instant fait l’objet d’une évaluation très insuffisante selon la Cour des comptes (p.109 sq) qui en estime le montant levé à 138 millions d’euros, répartis a minima . Tandis que les associations étudiantes critiquent avec virulence ce dispositif opaque et inefficient — puisque seuls 30% de la collecte doivent être consacrés aux associations et à l’action sociale, et 15% à la médecine — la Conférence des présidences d’université (CPU)  invite à désormais donner plus de souplesse dans l’usage de la CVEC tout en la conservant bien sûr, sur la vie étudiante” (Alain Bui).

Taxer les étudiant·es, jeter l’argent de la recherche par les fenêtres : telles sont donc les ambitions du Ministère et de sa Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle.

Beau bilan !

Au vu de ces réussites dépassant l’imagination, l’ANES se propose6 d’accompagner la DGESIP dans l’accomplissement de son projet Générique de fin.

  1. Le titre en référence au maître anneau de Tolkien a été inspiré par un tweet de Pierre Verschueren ; merci à Martin Clavey et Hendrik Davi pour leurs commentaires dont s’est inspiré ce billet. []
  2. “Votre projet ne rentre dans aucune case ? Vous l’avez déjà soumis au minimum 8 fois sans succès ailleurs (ERC, IDEX, etc.) ? Il est à long terme ? Il porte sur des recherches fondamentales ? Vous ne savez pas quels résultats vous allez obtenir ni si ces résultats pourraient avoir des retombées économiques immédiates ? Vous pouvez déposer une candidature à l’AAP Générique de Fin. L’ANES vous aidera, par le biais d’un conseiller et sans financement, à mettre fin à votre projet. Si vous le souhaitez nous vous accompagnerons pour mettre également fin à votre carrière.” []
  3. La modification du cahier des charges vient d’être approuvée le 22 octobre 2021 au Journal officiel. []
  4. 200 millions d’euros : c’est l’équivalent de 1000 projets de recherche financés ou encore de l’emploi de 6000 chercheurs ou chercheuses. []
  5. Les inscrit·es en habilitation à dirigier les recherches en sont exclus, sans toujours le savoir. Cf. DGESIP, p. 11. []
  6. Exclusivité Rédaction d’Academia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.