“Il y a des morts tous les jours” ou comment ignorer les violences sexistes et sexuelles à l’Université. Un témoignage

Omerta mode d’emploi #14

Il y a un peu plus d’un an, Academia publiait la dénonciation du suicide d’une doctorante en thèse que l’Université de Lorraine semblait vouloir passer sous silence. Depuis, analyses et témoignages sur l’omerta institutionnelle sur les violences sexistes et sexuelles à l’Université de Lorraine, l’ENS de Lyon et bien d’autres institutions s’accumulent. À quelques jours d’une manifestation féministe contre les violences sexistes et sexuelles (20 ou 27 novembre 2021), une maîtresse de conférences qui préfère taire le nom de son université choisit de relater son parcours du combattant après avoir subi des agissements sexistes. En attendant un véritable #MeTooESR, il est plus que temps de demander aux institutions universitaires à prendre enfin au sérieux le problème des violences sexistes et sexuelles.

J’ai choisi de rejoindre et de travailler dans mon Université. Après 5 ans en tant que maîtresse de conférences qui s’est donnée à fond en recherche pour son équipe sans compter son temps, j’y ai croisé un BIATSS d’un autre service dont l’absence de savoir-être en particulier envers les femmes était choquante.

L’agent a tout d’abord adopté des comportements inadéquats avec moi et a fini par chercher à m’humilier verbalement. Il s’est permis cela clairement parce que j’étais une femme et qu’il sentait que cela était possible sans remontrance dans mon milieu professionnel. Toutefois, je ne suis pas une femme impressionnable donc soit je l’ignorais, soit je répondais à ses propos de façon toujours polie et professionnelle. Dans les deux cas, cela coupait court à ses harangues. Cela n’a duré qu’un temps.

Son comportement physique m’inspirait la plus grande méfiance. J’ai pu tolérer beaucoup de comportements déviants et des paroles déplacées des membres de mon Université, néanmoins je n’ai jamais accepté d’être “touchée” par un collègue, avec des intentions sexuelles, ou faisant usage de la force pour impressionner ou menacer. Le BIATSS en question a fini par aller au bout de ses agissements sexistes en m’agressant physiquement au sein de mon unité de recherche. Rendu fou de rage par ma riposte verbale à une n-ième remarque sexiste, il s’est avancé vers moi, menaçant, préparant un geste pour m’étrangler — ce qu’il a reconnu auprès de l’Université, ajoutant que c’était “pour plaisanter”.

J’ai réussi à repousser cet homme pour qu’il ne me blesse pas comme il en montrait l’intention. Mais la peur suscitée par l’agression physique s’est instillée en moi et à cet instant mon monde professionnel s’est écroulé. Comment était-il possible que je vive cela dans les murs de mon Université? Était-ce vraiment cela, la réalité ? Dès lors, je ne me suis plus sentie en sécurité sur mon lieu de travail. J’ai essayé d’alerter mes supérieurs hiérarchiques suite à mon agression… J’ai vite déchanté.

Afternoon delight, by Franck von Dongen, 2012

Du statut de victime à celui de problème

L’agresseur ne faisait pas partie de mon service, mais était en terrain conquis quand il venait sur place, pour des raisons parfois non professionnelles.Il pouvait facilement fasciner des personnels n’ayant aucune compétence dans son domaine et se révéler indispensable. Il était devenu “l’ami”, comme cela m’a été rappelé par la suite, de nombreux membres de l’unité dont le directeur, sans compter d’autres membres de mon équipe dont un des responsables.

Ma direction et mes supérieurs hiérarchiques directs n’ont opposé que mépris à mon signalement. Je n’ai pas été prise au sérieux.  Pire, j’ai été traitée avec condescendance et c’est mon agresseur qui a été défendu malgré un lourd passif au sein de mon Université.J’ai été progressivement ostracisée et ma carrière en a fait les frais. Malgré cela, j’ai tenté de rester digne en poursuivant mon travail face au comportement hostile de mes collègues qui a progressivement changé.

Le directeur de mon unité étant un des “amis” du président de mon Université — dont un soutien de campagne affiché — et de nombreuses personnes importantes au sein de mon Université et du CNRS, il a passé les cinq années suivantes à me discréditer, tout en faisant croire que je lui faisais du mal. Il a même fait cela auprès de collaborateurs nationaux ou internationaux. Il n’a jamais assumé son défaut de management face à la situation que j’ai vécue. Bien au contraire, il a tout fait pour s’en laver les mains et a fait le nécessaire pour se couvrir en étouffant l’affaire.

Son autorité sur les membres du laboratoire est telle que des collègues m’ont refusé leur soutien car ils ont peur de son pouvoir de nuisance malgré la situation confortable de certains d’entre eux. Maintenant, lui et des membres de mon équipe se présentent comme étant victimes de mon comportement. J’ai été allègrement transformée de victime en agresseur, je suis devenue le problème à éliminer.

Fragiles soutiens

Me sentant démunie, j’ai contacté des associations féministes pour trouver du soutien. Leur retour a été qu’elles étaient très occupées et que mon cas n’était pas assez grave (je n’avais pas été battue ou violée…), donc qu’elles préféraient se concentrer sur des dossiers plus importants.

J’ai aussi eu une expérience mitigée en termes d’accompagnement syndical. Au début, je me sentais soutenue par les premières personnes qui m’ont accompagné à hauteur de ce qu’elles pouvaient faire lors de mes rencontres avec l’Institution. Elles m’ont notamment engagée à remplir le registre Santé et Sécurité au Travail (SST), ce que j’ai fait à plusieurs reprises. Un des représentants à l’échelon national du syndicat a même présenté mon cas au cabinet de la ministre mais sans aucun succès. Moi qui croyais qu’il ne fallait “rien laisser passer”…

Plus tard, il y a près de trois ans, lorsque le président de mon Université a décidé contre ma volonté de changer mon affectation en recherche pour que je quitte mon unité, je n’ai pas reçu le même soutien de mon syndicat lors que j’ai contesté cette décision. Le but était de m’exfiltrer de mon unité sans me proposer une affectation crédible. Peu importent mes objets de recherche, peu importe si je ne peux plus continuer la thématique de recherche qui est ma passion depuis que je suis étudiante. Ce qui compte, c’est que je sois dans des murs et que j’y reste dissimulée, sans porter ombrage.

Dans l’ “intérêt du service”

L’argument du président de mon Université a été que mon directeur l’a alerté sur mon comportement et que ce changement d’affectation est “dans l’intérêt du service”. Étrange, mon alerte n’a jamais été prise au sérieux et date de plusieurs années, mais mon directeur alerte et 3 mois après, je suis débarquée.

J’ai alors été accompagnée par des représentants du syndicat à une réunion pour discuter de ce changement d’affectation avec en particulier le vice-président Recherche. Mes accompagnateurs se sont révélés catatoniques et ne m’ont pas soutenue. Suite à cette réunion, j’ai dû interrompre mes recherches du jour au lendemain. Cela a entraîné la rupture d’une collaboration internationale, la perte de matériel périssable d’une valeur de plusieurs milliers d’euros, la non-exploitation d’expériences qui aurait permis de publier des articles de recherche et… cela ne pose de problèmes à personne, surtout pas au vice-président recherche.

Depuis plusieurs années, j’avais l’impression de me noyer et de ne pas être entendue. Lorsque cette fragilité a été évoquée auprès du VP Recherche en insistant sur le suicide d’un collègue qui avait eu lieu quelques mois auparavant, il a juste répondu froidement : “il y a des morts tous les jours”. Ce fut devant mon directeur et d’autres témoins. J’étais sidérée par la réponse de cet homme. Quand j’ai retrouvé mes esprits, j’ai souligné que ce manque d’empathie ne faisait pas partie des valeurs de notre Université, mais il a coupé court car il était là uniquement pour que je quitte mon unité le plus rapidement possible. J’ai eu l’impression que je n’étais pas un être humain à ses yeux, mais un outil déplaçable et jetable, quelque chose de sale et d’usagé, une immondice qu’il fallait éliminer rapidement.

Autumn falls, by Paul Bica, 2013

“Il y a des morts tous les jours”

La remarque du VP recherche ainsi que l’absence de réaction des personnes qui m’entouraient m’ont tellement choquée que je me suis effondrée dans ma voiture après la réunion. J’ai mis plus de deux heures avant de pouvoir retourner à mon domicile.  “Il y a des morts tous les jours” : cette remarque me fait toujours aussi froid dans le dos et résonne toujours en moi. J’avais l’impression que ma vie était finie et qu’elle n’avait d’importance pour personne, en tout cas pas pour les instances de mon Université. J’ai dû me battre de nombreux mois pour sortir de cet état d’esprit. Il est utile de vous préciser que pendant cette période, mes collègues les moins délicats ont surtout cherché à m’enfoncer plutôt qu’à essayer de faire sortir ma tête hors de l’eau. Quand j’essayais de parler de ma situation et de me confier à eux, je me retrouvais face à un mur. Un collègue m’a dit en interrompant mon récit car il ne voulait pas savoir : “Ça ne me regarde pas ! Pourquoi tu me racontes ça ? Tu crois que je vais faire quelque chose pour toi ? Pourquoi je te croirais toi ?” C’est assez cocasse finalement. Vouloir me faire plonger alors qu’ils appliquent la politique de l’autruche. J’en rirais si j’en avais encore la force.

Mon agression, mon signalement n’existent pas dans mon Université.

En choisissant de défendre mes droits, c’est comme si je ne faisais  plus partie de mon Université. Comme si j’étais venu rompre un équilibre qu’il fallait à tout prix restaurer, en me supprimant ou en me déplaçant comme un objet.

Quand je parle de mon agression, le président de mon Université me dit que ce “pauvre homme” (mon agresseur) ne sait pas ce qu’il a fait de mal. Il confirme que mon directeur est son ami et qu’il a toute confiance en lui et que moi, il ne me connait pas.

Quand je parle de mon agression, le VP Recherche dit que ça ne le regarde pas et qu’il est là uniquement pour me faire changer d’affectation pour donner suite aux desiderata du président.

Quand je parle de mon agression, l’ancienne VP RH dit que ça ne la regarde pas et qu’elle est là uniquement pour parler de ma carrière. Elle me dit aussi que mon directeur est tout puissant et qu’elle ne peut rien faire à son encontre. Que me dira la nouvelle VP RH ? Sans doute la même chose. Je préfère ne pas évoquer les propos du DRH concernant mon cas, le bilan étant qu’il ne connait pas mon dossier et qu’il n’en a cure.

Quand je parle de mon agression, le VP égalité, la cellule harcèlement ou la psychologue du travail me disent qu’ils ne peuvent enquêter car il n’y a pas matière à enquête, qu’ils ne peuvent m’aider car cela ne relève pas de leur mission. Ils insistent sur le fait que mon directeur a agi comme il aurait dû. Est-ce que m’ignorer dans un premier temps, puis me réduire au silence était donc la meilleure stratégie ?

Quand je parle de mon agression, le doyen de ma faculté dit que ça ne la regarde pas car mes problèmes viennent de mon activité de recherche et qu’il est concerné uniquement par mon activité pédagogique. Pour lui, les problèmes de pédagogie que je rencontre ne sont pas liés au fait que les collègues impliqués travaillent à la fois dans la même faculté et la même unité que moi.

Je suis “passée par tous les services de mon Université”, je n’ai jamais pu constater l’application de l'”humanisme” vanté sur la page d’accueil de son site internet, ni celle de son label d’excellence en RH.

Par ailleurs, on ne m’a jamais conseillé de porter plainte. Un des membres de ma direction m’a même précisé devant témoin que de toute façon, les membres de l’unité présents pendant l’agression s’étaient “concertés” et que leur version était différente de la mienne…

Quand j’ai voulu porter plainte, le policier qui m’a reçue a refusé ma plainte, il n’a pas arrêté de rire pendant mon récit et j’ai pu apprécier une image de femme à demi-nue accrochée derrière lui. Comme j’étais enseignante, il a même ajouté “qu’aujourd’hui, c’était lui le prof et qu’il allait m’apprendre des choses”. Ce jour-là, cela a renforcé mon opinion sur le fait que les victimes ne sont absolument pas prises au sérieux, peu importe le fonctionnaire à qui l’on fait face.

En dernier recours, j’ai saisi le Défenseur des Droits dont l’avis est sans équivoque : j’ai été victime d’agissements sexistes.

S’agissant du différend que vous avez eu avec X, la manière dont l’université a traité cette difficulté a appelé des observations de ma part.
L’université a confirmé que X avait parfois une attitude familière à l’égard de certains collègues.
Le Défenseur des droits s’attache à rappeler que de tels faits ne devraient pas être minimisés et qu’ils sont susceptibles d’être qualifiés d’agissements sexistes au sens de l’article 6 bis,alinéa 2, de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires qui dispose qu’
Aucun fonctionnaire ne doit subir d’agissement sexiste, défini comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant”.
Enfin, l’attitude de X, le [jour mois] 2016, ne pouvait pas être qualifiée de « plaisanterie » et être ainsi minimisée dès lors que vous avez expressément indiqué que vous vous étiez sentie menacée par ce geste.
À supposer que les intentions de X n’aient pas été malveillantes, l’humour ne peut pas être invoquée pour justifier de tels comportements et il est primordial de prendre en compte le ressenti de la victime pour apprécier de manière juste le comportement dénoncé.
Le Défenseur des droits estime donc que le comportement de X à votre égard était constitutif d’agissements sexistes et qu’il aurait été justifié, en application de l’article 6 bis, alinéa 6, de le sanctionner à ce titre.
Certes, l’université a pris des mesures pour, dans un premier temps, limiter les contacts entre vous et X, avant de muter ce dernier dans un autre service1. Cependant, comme indiqué précédemment, il aurait été justifié de prendre des mesures moins conciliantes afin de s’assurer que de tels faits, graves, ne se reproduisent pas.
Telles sont les éléments de droit que j’ai tenu à rappeler à l’université.

Grain de sable

Bref, cette succession d’expériences désastreuses m’a fragilisée car je n’ai pas rencontré le soutien  de mon administration ni celui  de mes supérieurs. J’ai le sentiment d’avoir été écrasée par un “système” plutôt que soutenue par mon employeur, pourtant responsable pénalement de ma sécurité.

Le pire est que les personnes que j’avais défendues et à qui j’ai tendu la main face à cette direction toute puissante ont été les premières à me tourner le dos. Merci l’entraide !

Des collègues, surtout des femmes, m’ont même dit qu’il fallait que j’arrête de jouer les victimes car cela les “saoulait” et qu’à cause de moi, il y avait une mauvaise ambiance. Leur parole de sagesse était que j’aurais mieux fait de ne rien dire, que cela n’aurait ainsi pas entaché ma carrière… que je ne me rendais pas compte de ce que je faisais au directeur et aux responsables de mon équipe.

Eh oui, on m’a fait comprendre que ma carrière au sein de mon Université est finie parce que je n’ai pas choisi l’omerta…

J’ai plusieurs fois entendu le directeur du laboratoire fanfaronner en poussant sa voix dans les couloirs en faisant savoir que “les gens qui disent des choses sur lui ne passeraient jamais professeure”, comme par hasard juste à côté de mon bureau lorsque ma porte était ouverte. Et là aussi, il y a eu des témoins, mais souvent ils associaient leurs éclats de rire à celui du directeur.

Une visite du CHSCT a dernièrement eu lieu au sein de l’unité. La restitution du CHSCT de mon Université (nous n’avons pas eu celle du CNRS) a été plus que succincte et ne met jamais en cause la direction. Aucune trace de mon agression et de l’ostracisation qui a suivi en dépit de mon témoignage. Malgré les nombreuses fiches que j’ai remplies dans le livret SST, il n’y a jamais eu de suite. La conclusion est toujours que cela est pris en charge par la présidence. Les Assistants de Prévention (AP) à qui je me suis confiée n’ont rien fait sauf me décourager de parler “parce que tu sais comment est le directeur, ça ne va pas lui faire plaisir”.

Le silence… voilà ce que je n’ai pas accepté et j’en paie depuis le prix tous les jours. Ma réputation est faite, même auprès de grandes “personnalités”, entre autres de la délégation du CNRS ou de mon Université (DRH, DGS…) qui ont une opinion très tranchée sur moi et soi-disant me « connaissent » alors qu’elles ne m’ont jamais rencontrée. Étrange célébrité…

Quand j’avais appelé à la RH du CNRS pour discuter de mon agression, il m’a été dit que bien que mon laboratoire soit une UMR CNRS, comme je n’étais pas un agent du CNRS, ni mon agresseur, cela n’avait pas à être traité par le CNRS et que seule mon Université avait voix au chapitre…

Autumn dawn, by James Jordan, 2007.

Voilà la Grandeur de l’Université que j’ai choisi de rejoindre… En théorie, il n’y a pas de copinage, il y a de l’éthique et de la morale, les femmes sont prises au sérieux lorsqu’elles rapportent des agissements sexistes (qui comme pour moi ont été reconnus par le Défenseur des Droits) et les instances sont justes.

Bravo à toutes les femmes et à tous les hommes de mon Université à qui j’ai fait confiance en lançant des alertes et en témoignant. Vous avez fait semblant de m’écouter, puis m’avez ignorée, décrédibilisée, ou fait de moi la personne à abattre. Vous avez maintenant réussi à m’étouffer et à laisser mourir lentement ma carrière dans un endroit où il n’y a même pas de placard pour m’accueillir. Mon suivi de carrière a pourtant par deux fois été salué par le CNU. Toutefois, il semble que les compétences humaines et professionnelles ne soient pas ce qui est recherché dans mon Université pour laquelle je me suis battue. Pour laquelle j’ai voulu défendre des valeurs et dont je pensais être un membre à part entière.

Lorsque j’ai évoqué ma situation auprès du CNU, je n’ai eu aucun retour malgré les signalements des représentants de ma section. En 2017, les représentants de ma section ont expliqué que je rencontrais de grandes difficultés relationnelles au sein de ma structure de recherche et que mon Université devait porter la plus grande attention à la souffrance exprimée par un enseignant- chercheur qui présente pourtant un très bon potentiel. En 2021 lorsque de mon dernier suivi de carrière , ils m’ont assuré avoir bien pris en compte les éléments cités dans mon dossier, mais aussi que les faits dépassaient leur champ de compétence…

Avant cela, je connaissais mes devoirs. J’ai essayé ensuite de savoir quels étaient mes droits. J’ai enfin compris que mes seuls droits étaient ceux de rester muette et de subir, en tentant de survivre. J’espère que j’arriverai à en payer le prix…

Vous ne me croyez pas ou vous trouvez ce témoignage trop long ou trop provocateur ? Alors prenez un temps de réflexion pour imaginer la synthèse édulcorée que j’ai dû faire et les propos que j’ai dû censurer sur ces 5 dernières années, c’est-à-dire depuis le jour de mon agression.

Mesdames, si par malheur vous êtes ou devenez victimes, que puis-je vous conseiller à la suite de ma désastreuse expérience ? De parler ? Je ne sais plus, je n’y crois plus. En tout cas, sachez-le, votre réputation et votre carrière risquent d’être en jeu et ce n’est pas ce qui vous fera avancer, dans mon Université et peut-être aussi dans la vôtre…

Épilogue

Dernièrement, j’ai finalement eu l’opportunité d’avoir un RDV avec la nouvelle VP RH. Accompagné cette fois-ci par un nouveau membre du syndicat prêt à s’investir pour résoudre ma situation. Le bilan a été que pour mon Université, je n’ai jamais été victime d’agissements sexistes et que je n’étais pas capable de le comprendre. Quand j’ai parlé de l’avis du Défenseur des Droits, elle m’a même dit ne pas le reconnaître car un expert (le VP égalité) avait évalué mon cas et qu’il avait conclu qu’il n’y avait rien eu. Elle m’a dit que l’affaire ne serait pas rouverte, malgré le Défenseur des Droits. Pour elle, l’accompagnement a été fait par l’Université et l’Université n’entend pas revenir sur ses conclusions..

  1. Dans les faits, mon Université n’a pris aucune mesures pour limiter les contacts entre moi et X. Il m’a toisée de nombreuses fois après mon agression. Je précise que c’est le responsable de site qui est le seul à m’avoir prise au sérieux et a fait en sorte que X soit déplacé… ceci a eu lieu plus de sept mois après mon agression. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.