Le sens de l’histoire. Deux entretiens avec Sylvie Bauer

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

Sylvie Bauer a récemment accordé deux entretiens à des organes spécialisés (AEF et Newstank). Compte tenu de l’importance de ce qu’elle précise, Academia en publie des extraits, en invitant ses lecteurs à se référer aux articles originaux

Extraits

« De toute évidence le Mesri veut se débarrasser de la CP-CNU . Ils souhaitent que nous nous contentions d’harmoniser les pratiques entre les différentes sections, mais le côté plus politique de notre démarche les dérange. Or, il s’agit d’un lieu de mise en perspective de nos pratiques, de concertation, de vision collective au-delà des établissements ou des disciplines, mais cela pose visiblement des problèmes à notre tutelle. » (Newstank)

Elle ajoute n’attendre « aucune espèce de loyauté de leur part. « Nous ne sommes pas naïfs, malgré des démentis du cabinet de la ministre, face aux propos très clairs de la CPU qui ne souhaite plus que le CNU soit un organe de décision. Ils veulent bien de nous pour faire le travail, mais ensuite il faut que toutes les décisions reviennent aux établissements. »

Et de conclure :

« Le président de la commission des moyens et des personnels de la CPU nous a indiqué qu’il nous fallait aller dans le sens de l’histoire et le sens de l’autonomie des universités. Cela nous fait aussi craindre la multiplication des statuts et le détricotage du statut de fonctionnaire d’État. »

Réforme du recrutement des E-C

« Il est difficile de se passer du CNU , composé de sections spécialistes de leur discipline. C’est ce qui fonctionne très bien avec les deux voies, nationale et locale, dont les décisions respectives se fondent sur des critères différents », déclare Sylvie Bauer à News Tank.

Selon elle, « les collègues sont très remontés », rappelant qu’une motion a été adoptée en AG le 18/06 « demandant que le système d’articulation CNU/local continue à fonctionner, notamment dans le cadre du repyramidage à venir, avec une moitié des postes affectée par le CNU ».

« Un appel aux enseignants-chercheurs qui dénonce les réformes et projets de décret en cours a également été adopté à l’unanimité. C’est assez remarquable, car cela signifie que, quelle que soit l’origine disciplinaire, l’orientation politique, la syndicalisation ou non, tout le monde est d’accord sur ce point. »

Elle indique « enregistrer le soutien de certaines universités qui défendent les deux voies, dont Montpellier 3, Paris 8 ou Rennes 2. Nous travaillons à un état des lieux de ces établissements qui peuvent constituer des appuis politiques et qui nous permettent aussi de recueillir des points de vue de chefs d’établissement ».

Suppression de la qualification du CNU : « Une impression partagée de brutalité »

Sylvie Bauer appelle par la suite à « faire un bilan à partir des chiffres de la DGRH et des universités. Il sera intéressant de constater dans quelle mesure cette procédure a favorisé ou non les recrutements locaux. On peut s’imaginer que ce fonctionnement va peut-être se développer. L’HDR est pour le moment encore demandée, mais nous ne savons pas si ce sera le cas dans le futur ».

HDR et suivi de carrière : CPU, Cdefi et CP-CNU « travaillent à répondre à la demande ministérielle »

Une première réunion a eu lieu le 15/09 entre la CPU , la Cdefi et la CP-CNU pour « discuter sur la demande faite par la ministre de travailler sur l’HDR et le suivi de carrière », indique Sylvie Bauer qui ajoute que les trois institutions « travaillent à répondre à la demande ministérielle », sans enthousiasme.

« Le cabinet a indiqué que cette mission servait aussi à leur montrer que nous étions “capables de travailler ensemble”, formule quelque peu infantilisante… »

 

Évolution du statut des E-C : « Nous ne sommes consultés sur rien »

« Globalement sur l’évolution du statut des enseignants-chercheurs et du décret de 1984, nous ne sommes consultés sur rien du tout. Lorsque l’on veut se débarrasser d’une instance, on fait déjà comme si elle n’existait pas. »

« Nous entretenons par ailleurs des rapports extrêmement tendus avec la DGRH qui nous empêche de mener à bien nos missions. On nous a fait comprendre que nous étions là pour faire le travail d’expertise et certainement pas pour faire entendre la voix des E-C qui nous ont mandatés pour le faire.

Cela rejoint bien la vision un peu hors-sol qu’a le nouveau directeur de cabinet de la ministre qui nous a indiqué lors de notre seule rencontre en juillet 2020, en visioconférence, que la CP-CNU et son bureau étaient au service de la ministre. »

Sylvie Bauer indique que la commission permanente a « l’impression d’un détricotage des choses et en particulier des statuts des E-C qui ont été mis à mal ces derniers temps. Encore une fois, nous préférons développer des formes de précarités plutôt que de consolider le statut de fonctionnaire, ce qui est néfaste tant aux personnels qu’à l’université comme service public ».

Chaires de professeur junior : une mesure « pas nouvelle » mais jugée « catastrophique »

« Concernant les chaires de professeur junior, des universités et des disciplines répondent, mais elles répondaient avant dans d’autres cadres, ce n’est pas nouveau. Nous avons aussi vu des établissements refuser de demander des CPJ , avec des motions votées en CA », dit-elle.

« Tout cela fait craindre la disparition des postes de MCF, car on n’en aurait plus besoin. Nous ne sommes pas certains que la mise en application de ces mesures ait été bien pensée. »

Concernant les demandes de CPJ, elle observe « un clivage net entre d’un côté les SHS et le droit, et de l’autre les sciences du vivant; les mathématiques sont par ailleurs plus ambiguës. Ce clivage est un peu historique, puisque des chaires existaient déjà dans les disciplines qui en demandent ».

Sylvie Bauer « trouve que la mesure est catastrophique », pour plusieurs raisons :

  • « Il s’agit d’une création ad hoc, et peut donc être organisé un AAP scientifique en ayant quelqu’un en tête. Cela ferme donc des postes à certains collègues alors qu’il n’en existe déjà pas beaucoup.
  • Il s’agit d’un court-circuitage des parcours plus classiques.
  • Cela inscrit aussi des différences de statuts entre les collègues, notamment pour la charge d’enseignement, les CPJ étant dites “environnées”. Ainsi, plus certains auront du temps pour la recherche, plus ils produiront une recherche de qualité.
  • Nous sommes là pour faire de l’enseignement et de la recherche, le contact avec les étudiants est essentiel, faire de la recherche c’est aussi pour la transmettre.
  • La réduction des heures de cours peut être une bonne chose ponctuellement, mais dans une situation de pénurie de postes, cela reste un peu problématique. »

Fonctionnement de la CP-CNU : « On ne nous donne pas les moyens de travailler »

« On ne nous donne pas les moyens de travailler. Il faut que je me bagarre depuis le début de mon mandat pour obtenir un amphithéâtre afin de tenir les AG statutaires. Excepté l’AG d’élection en janvier 2020, aucune ne s’est déroulée dans les locaux du ministère », déclare Sylvie Bauer.

« Pire, alors que nous souhaitions organiser une AG consacrée à la LPR en février 2020, les négociations ont été sans fin, et la DGRH nous a demandé pourquoi nous organisions cette AG puisque le texte ne nous concernait pas, d’après eux. »

Elle indique devoir donc trouver des amphithéâtres dans des universités acceptant d’accueillir les membres de la commission permanente, « alors que les AG tout comme les réunions statutaires du bureau, du comité consultatif et des groupes de travail sont prévues par le règlement intérieur ».

« Aucun GT ne s’est ainsi tenu en présentiel, car leur légitimité est mise en cause par la DGRH qui refuse également d’envoyer les ordres de mission pour les réunions du comité consultatif. »

 

Bureau de la commission permanente : « Nous travaillons très bien ensemble »

« Le travail au sein du bureau de la CP-CNU est absolument passionnant. Le bureau est composé d’un représentant de chacun des 12 groupes disciplinaires et d’une présidente. Nous travaillons très bien ensemble et échangeons absolument sur tout », dit sa présidente.

Elle ajoute que les membres du bureau échangent régulièrement avec les présidents de section et indique communiquer les informations importantes aux membres de la CP-CNU. Le bureau « essaie de communiquer et diffuser au maximum sur ce que nous faisons, mais nous n’avons pas de moyens ».

« Notre site Internet est par exemple complètement obsolète. Un groupe de travail de communication réfléchit à d’autres modalités de communication, car il faut avouer que certains collègues ne savent même pas que la CP-CNU existe. »

 

Climat social : « Il y a de la rancœur évidemment »

« Il y a de la rancœur évidemment, au-delà de la CP-CNU, tout a été très brutal. Nous savions que la LPR arrivait, mais le président de la République avait annoncé la suspension de toutes les réformes le temps que la crise soit passée. Visiblement cela ne comprenait pas l’ESR. Cela a été une succession d’épisodes violents, notamment avec le retrait des dossiers juste avant la session de qualification », indique Sylvie Bauer.

Selon elle, « c’est facile à faire pour eux, car ce n’est pas la réforme des retraites, c’est donc plus difficile de mobiliser l’opinion publique. Avec le retour en présentiel, la mobilisation des collègues sera sans doute plus facile, mais ils sont déjà bien mobilisés par rentrée. Une rentrée qui reste difficile après des mois à distance ».

Elle indique donc « attendre de voir comment se déroule la rentrée, et ce qui va nous tomber dessus de la part du ministère. Les 18 derniers mois ont été éprouvants physiquement, intellectuellement et moralement, et la situation continue à être inédite. Il sera intéressant de voir comment mobiliser les collègues dans ces conditions ».

Rentrée en présentiel : malgré les inquiétudes, « l’espoir que cela va durer »

« La plupart des collègues se réjouissent de revenir sur site, avec une reprise qui n’est pas tout à fait normale, mais pas comparable à ce que nous avons vécu ces 18 derniers mois. C’est également le retour des activités de recherche sur site, autrement que sur un petit carré d’écran, ce qui est fondamental pour faire vivre les échanges nécessaires à la recherche », constate la présidente de la CP-CNU.

« Nous espérons que cela va durer, mais il y a de vraies inquiétudes après l’expérience de la rentrée 2020. (Nous sommesdans l’attente de voir comment les choses vont se dérouler, notamment pour les collègues exerçant dans des salles sans détecteur de CO2 ou sans possibilité d’ouvrir les fenêtres. »

Elle ajoute que « la situation des étudiants n’a pas changé en cette rentrée, la précarité étudiante continue. Concernant les personnels, les situations de difficulté perdurent également. Nous voyons toujours passer des annonces pour recruter des contractuels parce que les composantes ont des difficultés à faire le plein ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (30 novembre 2021). Le sens de l’histoire. Deux entretiens avec Sylvie Bauer. Academia. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aizt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.