« Une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations » : le Hcéres selon la Cour des comptes

Clap de fin d’année universitaire pour le HCERES qui termine cette désastreuse séquence inaugurale de l’ère Coulhon par une opération de communication soigneusement orchestrée : interview à tout va de son Président dans différents médias spécialisés1, sortie de son rapport annuel sur papier glacé réalisé par une agence de pub, communication web vibrionnante, etc… Objectif unique : montrer « quoi qu’il en coûte » que le HCERES est « utile » à l’ESR et qu’il « n’est pas une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations » (sic), d’après les mots mêmes de celui qui le dirige depuis maintenant près de neuf mois.

Les bureaucrates de l’inutile

Il faut dire que la principale attaque ne vient pas, ces dernières semaines, des vilains enseignants-chercheurs islamo-gauchistes qui ravagent l’université française ou des hackers russes, trop occupés à saboter les grandes œuvres de Jean-Michel Blanquer. Non, l’ignoble estocade vient…des très sérieux juges de la Cour des Comptes. Le texte de leur référé qu’ils ont adressé en mars dernier à Matignon est un véritable démontage en règle des activités du haut conseil. Largement commenté lors de sa parution, le premier paragraphe du référé se doit être cité in extenso :

Les rapports d’évaluation du Haut conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements et plus encore, sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques ».

Étonnante diatribe qui dit tout ou presque, avec économie des mots chère à la rue Cambon : défiance de la communauté vis-à-vis du machin, bureaucratie chronophage et papivore, inutilité des évaluations, perte de temps pour tous les acteurs de l’ESR, etc… La Cour dresse ainsi le portrait d’un véritable monstre bureaucratique que plus personne ne semble contrôler et tire le signal d’alarme : « L’inflation du nombre des rapports […] s’avère aujourd’hui intenable : pas moins de 5 185 rapports ont été produits entre 2017 et 2019 soit entre quatre et cinq par jour ». On imagine avec amusement la tête du magistrat qui a sorti sa calculatrice et qui a tapé : 5185/3/365 = 4,7 ! Et encore, le réquisitoire de la Cour des comptes ne tient pas compte de l’inflation des recrutements de ces derniers mois initiée par la nouvelle gouvernance. C’est simple, on n’arrive plus à suivre le rythme effréné de publication des offres d’emplois destinés à gonfler cette technostructure de l’inutile : directeurs et chefs en tous genres, chargés de projets, coordinateurs, secrétaire général adjoint,…. Le HCERES, c’est dorénavant une véritable armée mexicaine, les ponchos et les sombréros en moins.

Les tontons Macoutes de l’évaluation

Pendant ce temps donc, Thierry Coulhon se démène dans les médias avec une communication doucereuse, la main sur le cœur : promis, juré, craché, le HCERES c’est une évaluation bienveillante par les pairs, elle est conduite de façon collégiale, elle est transparente, elle est contradictoire. Magnifique. Qui voudrait s’opposer à une telle approche, à part quelques irréductibles zozos ? Sur le terrain, pourtant, un tout autre son de cloches remonte des contrées de la vague B, qui correspond aux campagnes d’évaluations actuellement réalisées. Ainsi, ce témoignage particulièrement éclairant que nous avons choisi de publier, parmi d’autres :

« Notre unité fait partie de la vague B et était donc en évaluation Hcéres en 2021. Les événements récents qui agitent l’enseignement supérieur et la recherche ont conduit certains collègues à poser une question en Conseil d’unité sur l’opportunité d’une action voire d’un boycott de la visite du comité. Cette question a été posée en Assemblée Générale de notre unité en janvier dernier. Notre Assemblée Générale a affirmé le bien-fondé des évaluations d’unité en exprimant le souhait de conduire cette évaluation à son terme (raison pour laquelle ce message est envoyé maintenant que le processus d’évaluation est terminé), mais a souhaité exprimer un avis sur les événements qui se sont déroulés entre le dépôt de notre dossier d’autoévaluation (octobre 2020) et la visite du comité (mars 2021). Cet avis émanant de l’ensemble du collectif (ce n’était ni un message syndical, ni un message individuel), il nous est apparu légitime d’en demander la lecture lors de la visite du comité, seul moment institutionnel pendant lequel le Hcéres rencontre chacun de nos collectifs.

Le Hcéres nous a interdit cette lecture, menaçant de ne pas mener l’évaluation à son terme, ce qui était contraire à l’avis émis lors de notre AG : […] il nous semblait important de vous informer que la dialogue avec le Hcéres n’est pas possible au niveau des unités de recherche ».

Autre message des collègues de Rennes concernant les formations cette fois :

« Alors que plusieurs départements de l’université Rennes 2 avaient voté de ne pas rendre à l’HCERES leur auto-évaluation des formations (cela concerne des licences importantes, et une longue série de master), ladite instance a prévenu que les formations qui n’ont pas pu être évaluées par l’HCERES ne feront à ce stade pas l’objet d’une accréditation par la DGESIP (DGESIP et cabinet). »

Interdictions du moindre débat contradictoire, dialogue impossible avec les comités, menaces, invectives, chantage à l’accréditation, la liste est longue pour qualifier les agissements des comités Hcéres ou du Hcéres lui-même, car on ne peut imaginer que ces comportements zélés sur le terrain soient tout à fait spontanés et ne suivent pas des consignes strictes dictées depuis Paris. À l’occasion de ces comités, de nombreux collègues se disent d’ailleurs stupéfaits par l’arrogance et l’autoritarisme de certains conseillers scientifiques (CS) ou des chargés de mission scientifique (CMS) du Hcéres qui « accompagnent le comité d’experts au cours de la visite pour veiller au bon déroulement de l’évaluation et au respect des procédures » (page 18 du rapport d’activités 2020).

Visiblement, « l’accompagnement » des comités et le « respect des procédures » donne des ailes à certains qui se prennent dorénavant pour de véritables Tontons Macoutes de l’évaluation… avec la bénédiction du Saint-Siège de la rue Descartes. Et tant pis pour la bienveillance, tant pis pour la conduite collégiale, tant pis pour la transparence, tant pis pour le débat contradictoire. Tout ça, c’est pour la communication sur papier glacé et les interviews de complaisance. En la matière, on n’est plus à une trahison près.

Ce terrible constat montre les excès où nous conduit l’évaluation managériale et toxique de la recherche, voulue par la loi scélérate de programmation de la recherche, et contre laquelle la mobilisation doit se poursuivre et s’amplifier dès la prochaine rentrée. Academia y prendra toute sa part. En attendant, le monde de l’ESR n’en peut déjà plus de ces toxiques dérives de l’évaluation. Il faudra bien qu’un jour où l’autre, elles cessent.

  1. Nous n’en ferons pas ici la promotion. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.