Le témoin oculaire

« D’un seul coup, il n’y eut plus d’Europe, les frontières étaient fermées, et partout coulait le sang. C’en était fini du cosmopolitisme. Il n’y avait plus de droits à l’individu, plus de liberté de presse, donc de liberté de pensée, plus de liberté de recherche. Pus de critique. Pus de raison. Ce qui régnait, c’était le droit de la guerre, le droit de l’état d’urgence, ce n’était donc pas le droit. »
in: Ernst Weiss, Le témoin oculaire, 2000 [1963], Gallimard, p.163.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.