Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna

Depuis mercredi dernier, 10 juin 2021, nous assistons à un embrasement général de l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, suite à une vidéo postée sur Twitter par le laboratoire Autrichien Böttcher (groupe de recherche en chimie basé à Vienne et Constanz. Cette vidéo realisée par le Ministère de l’éducation et de la recherche fédéral allemand BMBF se présente comme un tutoriel d’information pour les chercheurs et chercheuses en début de carrière ; il y met en scène une jeune universitaire fictive prénommée Hanna, qui joue le rôle d’une doctorante à qui sont accordées six années de financement pour stimuler l’innovation à l’universitaire. Hanna n’est pas seulement une jeune femme qui a réussi à faire la preuve de son intelligence en terminant son doctorat en trois ans ; elle stimule également l’innovation dans le paysage universitaire allemand avant l’expiration des six ans. Nous devrions tous être fiers du choix difficile, mais conscient, d’embrasser la carrière universitaire que fait Hanna; car elle utilise à bon escient ces six généreuses années sans encombrer (sic!) le système, afin que d’autres jeunes diplômé∙es prometteuses puissent faire exactement la même chose pour servir la société et stimuler l’innovation.

La shitstorm est devenue une « tendance », restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

Comme on peut l’imaginer, 92% des universitaires en Allemagne, qui survivent dans un marché compétitif défini par des lois néolibérales et des contrats temporaires, ne sont pas restés sans rien faire : iels ont aussitôt déclenché  un formidable shitstorm sur les réseaux sociaux. Le nombre de tweets a atteint son maximum vendredi 11 juin, mais la campagne continue sous le hachetague #IchbinHanna (#JesuisHanna) depuis, avec le soutien de chercheurs et chercheuses du monde entier.

Avec l’aide de  plusieurs twitt@s qui se sont saisi∙es de l’occasion pour publier des éclaircissements sur les particularités du système allemand, je vous propose un résumé des récentes lois du travail et les inquiétudes qu’elles suscitent.

Capture d’écran de la vidéo réalisée par le BMBF, où figure Hanna, la jeune chercheuse à succès.

  • L’Allemagne dispose de lois du travail strictes. Avec la problématique du nombre croissant de contrats temporaires, qui sont reconduits plusieurs fois, et l’insécurité qu’ils produisent, une loi a été mise en place pour limiter le nombre d’années passées en contrat non-permanents. C’est la Wissenschaftszeitvertragsgesetz (WissZeitVG), qui régit l’attribution de contrats temporaires par les universités et instituts de recherche. Instaurée en 2007, elle a été amendée en 2016. L’impact majeur de la pandémie du COVID19 a placé un grand nombre de chercheurs et de chercheuses dans des conditions de précarité, et exacerbé les incertitudes sur la suite de leur carrière, et ce, dès la première année de leur doctorat.
  • Puisque vous ne pouvez obtenir de poste permanent sans qui ne soit pas un poste de professeur, cela signifie que vous disposez de 12 ans pour être titularisé∙e, sous peine d’être exclu du marché de l’emploi académique. Il y a un peu plus de 15 ans, le gouvernement allemand a remarqué qu’il était nécessaire d’offrir des options d’emploi plus précoces dans la carrière des jeunes chercheurs et chercheuses car les offres étaient plus attractives dans d’autres pays. C’est ainsi que les postes de professeur∙e « junior » ont vu le jour, tout en restant — ironie du sort — des postes temporaires. Il s’agissait de facto de recruter des post-doctorants pour assurer des tâches d’enseignement. L’autre aspect « intéressant » (sic) de ces postes, au-delà du fait qu’ils ne soient pas permanents, c’est qu’ils ne peuvent être attribués qu’à des chercheur.ses n’ayant pas plus de 4 ans d’expérience post-doctorale. Pourquoi ? Car cela entrerait en conflit avec la loi WissVG des 12 ans !
  • La fuite des cerveaux se poursuivant, l’Allemagne décide d’enclencher il y a quelques années une politique de “tenure-track” (contrats temporaires devant mener à des postes fixes). Un ensemble de règles déterminent les critères de titularisation et le nombre d’années passées en contrat temporaire.
    Problème résolu ? En pratique, le gouvernement allemand a dû user d’incitations pour créer ces postes. Pourquoi ? Parce que les universités devaient créer de nouveaux emplois permanents ou engager des personnes inexpérimentées qui risquaient d’ « encombrer » un poste de professeur pendant six ans. Il fallait donc une incitation financière : tous les postes tenure-track furent soutenus financièrement par l’État fédéral. Un grand nombre de ces postes en tenure-track remplacent en fait des postes existants – d’universitaires partant à la retraite ! Et, surprise !, les postes proposés étaient le plus souvent des postes de professeur junior, ce qui implique que l’on ne peut postuler que si l’on a moins de 4 ans de post-doctorat. Bien entendu, ce n’était pas une bonne nouvelle pour les personnes qui tentaient de trouver des postes permanents, parce qu’en fait, le marché de l’emploi déjà très tendu se trouvait désormais réduit à peau de chagrin.
  • Cela signifie également que si l’on souhaite réussir dans le monde universitaire en Allemagne, il est indispensable de  choisir son contrat post-doctoral avec le plus grand soin mais aussi  d’y être très performant∙e. La chance ne sourit qu’une fois. Ou alors il faut partir à l’étranger.

*
*   *

Et donc, quelles sont les solutions ? Il n’y a pas de solution qui puisse satisfaire  tout le monde car la recherche en Allemagne est un système pyramidal. Il n’y aura jamais assez de contrats permanents pour toutes et tous. Cependant, le nombre de postes administratifs est clairement bien plus élevé que le nombre de postes de recherche permanents. Il y a donc un besoin de postes permanents bien plus nombreux, incluant des postes pour celles et ceux qui ne souhaitent pas monter ou gérer un laboratoire mais qui souhaitent poursuivre la recherche et ou l’enseignement. Cela permettrait également d’éviter de concentrer l’attention sur les pôles d’excellence et d’encourager le surfinancement des méga-labos, en favorisant ainsi l’équité entre universitaires à différents stades de leur carrière. Il faut également augmenter les financements pour la formation afin d’améliorer les salaires des doctorant∙es et des jeunes docteur∙es.

À tout le moins, nous devons laisser aux chercheurs et aux chercheuses elles-mêmes le choix de décider s’ils ou elles souhaitent quitter la recherche ou non ; c’est pourquoi abroger la loi WissZeitVG représenterait un important début ! Plusieurs organisations, à l’instar du  NGAWiss (Network for Decent Labor in Academia), duFrist ist Frust campaign, travaillent depuis longtemps à proposer des modèles alternatifs d’emploi dans l’ESR et s’opposent à la WissZeitVG (95 Theses against WissZeitVG). Dernièrement, les voix de précaires universitaires se sont fait entendre sous la bannière de « Precarious International, avec un manifeste proposant un nouveau départ plutôt qu’une simple réforme. Les injustices systémiques sont appelées à subsister à moins que ces différentes initiatives ne convergent, dépassent les frontières, et n’appellent à des changements radicaux qui mettent la priorité sur la dignité humaine des travailleurs et des travailleuses de la connaissance. En conséquence, #JesuisHanna.

Humbold Universität. Crédit: Naval S., 2018

Rise Up in German Academia: #IchbinHanna

We are witnessing a rise up in German academia since Wednesday, 10 June 2021 as the Böttcher Lab (a Chemical Biology research group in Vienna and Konstanz) posted a video by BMBF (Federal Ministry of Education and Research in Germany) in twitter. The video poses as an info-guide for early career researchers, featuring a fiction young academic named Hanna, who role-plays the six years a doctoral candidate is offered for boosting innovation in the academic landscape. Hanna is not only a successful young woman who proves her intellect for completing her PhD in 3 years, she also boosts innovation in the German academic landscape before the six years expire. All should be proud of Hanna`s tough, but conscious choice for being an academic since she cherishes these grand 6 years without clogging (!!) the system so that other young, promising graduates can do exactly the same to serve the society and boost innovation.

La shitstorm est devenue une « tendance », restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

As can be imagined, 92% of academics in Germany, who are left to survive in a competitive job market with neoliberal measures under the rule of temporary contracts, did not remain with eyes closed after that post and started a worthwhile shit-storm immediately. The peak times were on Friday, June 11, but the storm continues under #IchbinHanna since, with international support and inquiries from fellow academics.

Thanks to some tweeps who felt the urge and posted on the specificities of the German academic job market and regulations, here is a short compiled explainer on the recent employment laws and the related concerns:

  • Germany has strict employment laws. With the growing problem of having fixed-term contracts in academia that are extended over and over again and the insecurity associated with this, there is a law in place that puts a cap on how long you can be on non-permanent contracts. It is called the Wissenschaftszeitvertragsgesetz (WissZeitVG), the Academic fixed-term Contract Act, and provides the legal framework for fixed term contracts in science and academia. It was first introduced in 2007 and amended in 2016. Now with the drastic impact of the COVID19 pandemic, it places a great majority of scientists and academics in precarious conditions in the workplace and exacerbates uncertainty for their lifeworlds starting from the first year of PhD.
  • Since almost nobody wants to give you a permanent position if you aren’t a professor, this means you have 12 years to be tenured, or you’re out. Now, a little over 15 years ago, Germany noticed they should offer younger academics an option earlier because such options for permanent jobs are much more attractive in other countries. This is when « Junior » professorships were introduced, which were, ironically, fixed-term contracts with no option for tenure. Effectively, it meant hiring postdocs for teaching
  • Germany noticed that academic talent was still leaving the country, so a few years ago, the tenure-track initiative was started: There would be rules according to which you would receive tenure after a fixed number of years. Problem solved? It turns out that the government had to create incentives for these positions. Why? Because: universities would have to create new permanent jobs, or hire inexperienced people which may « clog » the professorship for up to 6 years. This required a financial incentive: All tenure-track positions are financially supported centrally. Thus, a large number of positions are indeed announced as tenure-track, but many of these positions existed already – from retirees! And to one`s surprise, the initial positions are still junior professorships, which means you cannot apply if you have been a postdoc for >4 years. Of course, this was not so great news for everyone who was working towards a tenured position, because, effectively, an already extremely narrow market just became a lot narrower.
  • Germany noticed that academic talent was still leaving the country, so a few years ago, the tenure-track initiative was started: There would be rules according to which you would receive tenure after a fixed number of years. Problem solved? It turns out that the government had to create incentives for these positions. Why? Because: universities would have to create new permanent jobs, or hire inexperienced people which may « clog » the professorship for up to 6 years. This required a financial incentive: All tenure-track positions are financially supported centrally. Thus, a large number of positions are indeed announced as tenure-track, but many of these positions existed already – from retirees! And to one`s surprise, the initial positions are still junior professorships, which means you cannot apply if you have been a postdoc for >4 years. Of course, this was not so great news for everyone who was working towards a tenured position, because, effectively, an already extremely narrow market just became a lot narrower.
  • What it also means is that if you want to succeed in academia in Germany, choose your postdoc position extremely wisely and perform really well. You literally only have one shot. Or move to another country!

*
*   *

So what is the actual solution? There is no solution that will make everyone happy because academia is a pyramid scheme. There is never going to be permanent contracts for everyone.

However, if you look at permanent admin jobs in academia, they strongly outweigh permanent academic jobs. We need a much broader set of permanent positions, including positions for those who don’t want to run labs but continue research and/or teaching. This would also divert the stress on excellence clusters and over-financing of megalabs, creating equity for academics in different career stages. Funds for training must be increased so that PhD candidates and early career researchers are paid decently. .

At the very least, we need to offer academics the option to decide for themselves if they want to leave academia or stay, which is why getting rid of WissZeitVG would be a great first step! For that do refer to the selfless efforts of NGAWiss (Network for Decent Labor in Academia), the employment model proposed, the Frist ist Frust campaign as well as 95 Theses against WissZeitVG. Lately, the voices of precarious academics are uniting under Precarious International, also through a manifesto calling for a fresh start rather than a mere reform. The systemic injustices are here to stay unless these initiatives unite, become transnational and call for a systemic change that prioritizes human dignity for knowledge workers. Hence #IchbinHanna  


1 réflexion sur « Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna »

  1. Ping : „Eine Kette von Befristungen“ – Über die Situation an deutschen Hochschulen und was sich ändern muss › JuWissBlog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.