Gisèle Halimi, là où est son véritable honneur

Gisèle Halimi à la Fête de l’Humanité, 2008. Crédit: toutoune25.

Gisèle Halimi – de son véritable nom Zeiza Taïeb – est née à quelques encablures de Tunis, en 1927, au sein d’une modeste famille juive. Si la mère est admirative de chacun de ses fils, leur témoignant au quotidien tendresse et affection, elle se montre, au contraire, bien plus distante avec sa fille. Disante, car sa fille est une fille. De cet amour inégal où la hiérarchie sociale des sexes, déjà, se donne à voir, la jeune Gisèle garde un profond sentiment d’injustice. Se forge alors en elle, au creux de cet écheveau familial, une disposition contestataire qui ira en s’affirmant. Un jour, Gisèle entamera une grève de la faim pour ne plus avoir à faire le lit de ses frères. Un autre jour, elle refusera d’épouser l’homme avec lequel ses parents espéraient l’unir. Mais l’écheveau qui enserre la jeune fille n’est pas que patriarcal. Il est aussi colonial. Dans la Tunisie dominée, les minorités juives affrontent la montée des fascismes et, là ­encore, la jeune Gisèle est saisie par l’ampleur de l’oppression ­politique à laquelle les plus forts destinent les plus faibles.

La disposition de Gisèle Halimi à la lutte, en quelques années, se transforme alors en un chemin militant et intellectuel marqué par deux combats fondamentaux : au mitan des années 50, l’accès de l’Algérie à l’indépendance à travers la défense du Mouvement national algérien (MNA), du Front de libération ­nationale (FLN) et de l’une de ses illustres membres, Djamila Boupacha, violée et torturée par des soldats de l’armée française ; au début des années 70, la criminalisation du viol ainsi que le droit des femmes à avorter.

Quand décède Gisèle Halimi, le 28 juillet 2020, c’est une voix de femme devenue la voix des opprimé·es, en France et bien au-delà, qui s’éteint. Et le président de la République, Emmanuel ­Macron, de saluer celle qui « s’éleva pour défendre les syndicalistes tunisiens, puis plaida d’une rive à l’autre de la Méditerranée pour l’indépendance de [la Tunisie] et celle de ses voisins, condamnant les exactions commises par la France durant la guerre d’Algérie ». Pétitions, après appels, après propositions, on réclame alors que les cendres de l’avocate soient transférées au Panthéon, aux côtés de cinq femmes – Simone Veil, Germaine Tillion, Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Sophie Berthelot – et de soixante-quinze hommes. Interpellé, Emmanuel Macron ­répond par la positive, annonçant ouvert ledit processus d’hommage par la ­ritualisation funéraire.

Or, il y a quelques jours, un ­article de France Inter révélait qu’Emmanuel Macron projetait d’abandonner la panthéonisation de ­Gisèle Halimi.

Pour raison poli­tique – et non des moindres : son engagement anticolonial. Si l’on poursuit le raisonnement présidentiel, qu’est-ce à dire ? Qu’Emmanuel Macron aurait préféré que Gisèle Halimi soutienne le ­régime de la violence coloniale ? Qu’elle prenne fait et cause pour l’Algérie française ? Qu’elle soit l’avocate des violeurs et des tortionnaires ? Est-ce donc cela qu’Emmanuel Macron appelle « l’équilibre des mémoires » ; celui-là même qui l’aura rendu davantage sensible aux plaintes de certaines associations de harkis et de pieds-noirs qu’aux propositions du rapport de l’historien Benjamin Stora dans lequel le nom de Gisèle Halimi est cité comme celui d’une opposante à la guerre d’Algérie ? Ces derniers mois, Emmanuel Macron juge-t-il qu’il n’a pas suffisamment donné de gages à l’extrême droite ? C’est alors, à n’en pas douter, le propre des panthéonisations : en dire ­paradoxalement toujours plus sur la personne qui panthéonise que sur celle qui est panthéonisée.Très rapidement, et au nom du ­féminisme, des associations et quelques dizaines de milliers de pétitionnaires en ligne ont alors tempêté contre cette reculade du Président, espérant qu’il revienne sur sa décision, et fasse de Gisèle Halimi la sixième habitante du temple de la République.

Et là en-core, je m’interroge : en tant que féministes, sommes-nous à ce point sans horizon politique qu’il nous faille attendre que l’État célèbre l’une des nôtres, lui donne une place, une plaque, une valeur officielle – État dont la structure est patriarcale, inégalitaire et ­violente ? D’un point de vue féministe et antiraciste, l’État ne saurait être considéré comme notre allié. Il le démontre du ­vivant des femmes. Pourquoi en serait-il autrement une fois ces femmes mortes ? La cause féministe ne devrait avoir d’obsession pour l’État que dans le but de le faire reconnaître comme puissance de domination et non dans celui de se faire reconnaître par lui. Aussi, qu’Emmanuel Macron renonce désormais à faire entrer la fervente avocate des minorités sexuelles et raciales au Panthéon, là est peut-être son véritable honneur.

Bandeau : « Merci Gisèle Halimi » placardé à Marsac s/l’Isle (Dordogne), août 2020. Crédit: Mylenos, 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.