L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse :

L’Université de Montpellier transformée en Établissement Public Expérimental : quel impact pour les étudiantes et étudiants ?

Le 13 avril 2021, à l’occasion du Conseil d’Administration de l’Université de Montpellier (UM), notre élu SCUM de la liste « Salade Tomates Oignons » a pris connaissance de projet d’évolution statutaire de l’université. L’Université de Montpellier deviendra donc, d’ici janvier 2022, un « Établissement Public Expérimental » (EPE). Ce statut, introduit par l’ordonnance gouvernementale n° 2018-1131 du 12 décembre 2018, permet à l’université de déroger au Code de l’éducation, qui cadre tout le fonctionnement des universités. Ainsi, ce serait désormais à l’université elle-même de définir son mode de fonctionnement institutionnel, pédagogique, financier et de recherche. En résumé, avec l’EPE, tout semble possible, dans la bonne direction comme dans la pire. A la lumière des processus de création d’EPE à Lille ou encore ceux déjà crées comme l’Université Côte d’Azur de Nice, il apparaît que ces évolutions statutaires se traduisent par une intégration poussée dans les logiques concurrentielles internationales, au détriment des conditions d’études étudiantes et des conditions de travail des personnels.

Vendredi 30 avril, une délégation du SCUM a donc rencontré, à notre demande, la présidence de l’Université de Montpellier, afin d’aborder certaines questions cruciales pour les étudiantes et étudiants au regard de cette évolution statutaire : les frais d’inscription, le cadrage des évaluations (compensation semestrielle et rattrapages), et la gouvernance.

Lors de cette réunion, étaient présents, en plus de deux représentants du SCUM, Philippe Augé (président de l’université), Jean-Patrick Respaut (vice-président de la Commission Formation et Vie Universitaire), Bruno Fabre (vice-président du Conseil d’Administration) et Agnès Fichard-Carroll (vice-présidente déléguée à la responsabilité sociale).

En préambule, le président de l’université Philippe Augé nous explique qu’il souhaite cette évolution statutaire pour pouvoir englober l’ENSCM (École Nationale Supérieure de Chimie) dans l’Université de Montpellier et changer la composition du Conseil d’Administration. Ce changement dans la gouvernance de l’université a été demandé par le jury qui a attribué l’initiative d’excellence « MUSE » à l’université. Cette initiative d’excellence, aussi appelée I-Site, a été obtenue en 2017, dans une logique de mise en concurrence inter-universitaire.

Pas d’augmentation des frais d’inscription, mais un manque d’ambition concernant les exonérations.

Une des craintes majeures entraînée par la transformation de l’Université de Montpellier en Établissement Public Expérimental (EPE) est la possibilité d’une augmentation des frais d’inscription, puisque l’université pourrait s’affranchir des tarifs légaux d’inscription en Licence (170 €) et Master (243 €). Lors de l’entretien avec la présidence de l’université, le SCUM a demandé que les frais d’inscription restent les mêmes qu’actuellement. Il nous a été répondu qu’effectivement les frais d’inscription en Licence et Master resteraient les mêmes pour tous les diplômes nationaux, comme actuellement. Afin que l’offre de formation reste majoritairement composée de diplômes nationaux (aux frais d’inscription maintenus), le président de l’université nous a proposé de rajouter dans le règlement intérieur que « l’université a vocation à développer son activité dans le cadre des diplômes nationaux », ce qui signifie qu’il n’y a pas de hausse de frais d’inscription à l’horizon.

L’exonération des frais d’inscriptions pour les étudiants précaires et pour les élèves étrangers hors-Union Européenne est un des combats majeurs du SCUM. Nous avons proposé à la présidence de l’Université de Montpellier de relever le seuil maximal de bénéficiaires qui peuvent bénéficier d’un remboursement des frais d’inscription. En effet, l’article R719-50 du code de l’éducation fixe comme plafond maximal un nombre d’étudiantes et étudiants exonérés allant jusqu’à 10 % des non-boursiers. Avec l’évolution statutaire de l’Université de Montpellier, nous avons voulu saisir l’occasion que la sortie du cadrage du Code de l’Éducation puisse se faire, sur ce sujet précis, d’une façon plus positive. Nous avons proposé d’augmenter le plafond maximal exonérable à 15 % au lieu des 10 % actuels. Celà permettrait de garantir l’exonération des élèves étrangers hors Union Européenne, qui sinon doivent payer depuis 2019 des frais différenciés de 2770€ (en Licence) jusqu’à 3770€ (en Master). Sur ce point, nous regrettons l’absence d’ambition de la présidence de l’université, qui justifie son refus par un argument budgétaire : « les résultats [financiers] de l’université sont sur le fil du rasoir ». Un curieux aveu sur les finances de l’université, qui confirme ce que le SCUM annonçait en 2019 en la matière. Cependant, l’excuse invoquée par Philippe Augé est irrationnelle. En effet, quelle que soit la capacité budgétaire de l’Université de Montpellier, les exonérations de frais d’inscription sont toujours décidées au cas par cas, en prenant en compte les possibilité financières de l’établissement. Ainsi, donner la possibilité d’exonérer davantage d’étudiantes et d’étudiants n’entraîne pas nécessairement une augmentation obligatoire des bénéficiaires. Le manque d’ambition de la présidence en matière d’innovation sociale impactera durablement les étudiantes et étudiants précaires et étrangers.

Pédagogie et examens : le conservatisme au service de 50 nuances d’inégalités.

Au niveau pédagogique, le SCUM a proposé au président de l’université qu’il s’engage par écrit sur un règlement des études garantissant la seconde évaluation ainsi que la compensation entre les semestres en Licence. Nous avons aussi évoqué une harmonisation entre les différentes composantes concernant les conditions d’études et d’examens.

Après nous avoir indiqué que les MCC (Modalités de Contrôle de Connaissances) actuelles garantissent déjà les rattrapages et la compensation semestrielle pour les étudiantes et étudiants en Licence, les membres de la présidence de l’université ajoutent qu’ils souhaitent laisser aux composantes (UFR, Facultés, écoles et instituts) des « marges de manœuvre au niveau pédagogique, ce qui est nécessaire pour un établissement de grande taille ».

Ainsi, que ce soit au niveau des enseignements comme des évaluations, rien ne changera vis à vis de la situation actuelle, avec des disparités fortes entre les étudiantes et étudiants, selon la composante de l’UM à laquelle ils sont rattachés. Ici, il apparaît clairement que l’évolution statutaire de l’université permet de maintenir les inégalités.

Gouvernance de l’Université : la Banque Populaire entre, les élus et l’écologie sortent.

Au niveau de la gouvernance de l’université, l’évolution statutaire entraîne un jeu de chaises musicales au sein du Conseil d’Administration, l’instance dirigeante. Sur 36 membres, le nombre de membres élus baisse de 28 à 24 membres, dont un siège étudiant de moins, tandis que le nombre de personnalités nommées augmente de 8 à 12, dont 4 représentants d’entreprises. Sur ce point, le SCUM a fait une proposition constructive, demandant à ce qu’à la mention « représentants d’entreprise » il soit ajouté « représentants d’organisations représentatives de salariés ou d’associations ». Cet ajout permettrait de laisser davantage de liberté et de flexibilité au Conseil d’Administration dans la proposition et la désignation de personnalités extérieures. Ce sera un « non » catégorique de la part de Philippe Augé et de son vice-président du Conseil d’Administration, Bruno Fabre. Une volonté nette de faire entrer davantage d’entreprises, et uniquement elles, au Conseil d’Administration, qui serait justifiée par un engagement pris en 2019 afin de conserver le bénéfice de « MUSE », l’initiative d’excellence dont l’Université est lauréate depuis 2017.

Le groupe Banque Populaire-Caisse d’Épargne (BPCE) est accueilli avec une place réservée au sein du Conseil d’Administration de l’Université de Montpellier, deuxième meilleure université en écologie dans le classement international de ShanghaiUn curieux paradoxe pour une banque épinglée dans un rapport de l’ONG OXFAM, avec 3 autres banques … pour son financement massif du secteur des énergies fossiles, à hauteur de 4,5 fois plus de CO2 que l’ensemble des émissions de CO2 de la France.

Les étudiants, cinquième roue du carrosse d’un engrenage bureaucratique et concurrentiel.

En définitive, il apparaît que cette évolution statutaire de l’Université de Montpellier n’est que la suite logique de l’engrenage infernal dans lequel l’université s’est engagée il y a quelques années en candidatant à une initiative d’excellence et en s’étant vu attribuer l’I-Site « MUSE ».
Comme le SCUM prévenait déjà en 2019 : « c’est l’éventualité, de plus en plus probable au vu de l’absence d’intégration d’école, de perdre l’I-Site qui agite la présidence de l’UM. ». Cette agitation concurrentielle s’est désormais muée en obsession et trouve son point d’orgue dans cette évolution statutaire, qui fait entrer dans l’Université de Montpellier , l’école de chimie, ce qui permet, pour l’instant de conserver l’I-Site « MUSE ».
Lors de cet entretien avec la présidence de l’Université de Montpellier, un autre point a aussi retenu notre attention : les finances de l’université sont exsangues. Comme on l’annonçait déjà il y a 2 ans, la politique complètement tournée sur la création d’un objet de recherche marketing pour capter des subventions arrive désormais en bout de course. Plutôt que de chercher à construire un autre modèle, l’université semble décidée à poursuivre son chemin dans cette toile d’araignée dans lequel elle s’est elle-même prise au piège.

Pendant ce temps, les étudiantes et étudiants de l’Université de Montpellier sont encore une fois la cinquième roue du carrosse des politiques universitaires. Pourtant, une évolution statutaire aurait pu intégrer de nouvelles avancées sociales et pédagogiques. Demain dans le futur Établissement Expérimental, comme aujourd’hui dans l’université, ce sera la capacité collective des étudiantes et étudiants à établir un rapport de force qui permettra d’améliorer les conditions de vies et d’études.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.