Le directeur de cabinet de Frédérique Vidal manifeste contre la décision du Conseil constitutionnel

A Nice, Estrosi et le directeur de cabinet de Frédérique Vidal soutiennent les policiers contre l’Etat de droit

Christian Estrosi a pris la pose, vendredi 21 mai, entouré de quelques-uns de ses adjoints, venus eux aussi soutenir les policiers municipaux rassemblés place Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes). Sur la photo de l’événement, on aperçoit Anthony Borré, son ancien directeur de cabinet, devenu premier adjoint chargé de la sécurité ; Gaël Nofri, ex-conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui adjoint délégué à la circulation ; ou encore Graig Monetti, qui partage son temps entre la mairie de Nice, où il est délégué à la jeunesse, et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, où il est chef de cabinet et conseiller spécial de Frédérique Vidal1.

Tous sont là pour « protester, selon les mots du maire de Nice, contre la censure du Conseil constitutionnel sur l’expérimentation de pouvoirs accrus aux polices municipales pour mieux protéger nos concitoyens ». La veille, l’institution du Palais-Royal a en effet censuré totalement ou partiellement plusieurs mesures clés de la loi dite « Sécurité globale », dont l’article relatif à l’usage de la vidéosurveillance par drone. Une décision qui passe mal auprès de Christian Estrosi, qui a tout récemment renforcé le dispositif sécuritaire de sa ville – qui compte déjà plus de 3 400 caméras de vidéoprotection – avec trois drones, acquis pour 64 000 euros.

Gaël Nofri, Christian Estrosi, Anthony Borré et Graig Monetti avec les policiers municipaux de Nice, le 21 mai. ©Twitter/@cestrosi

Lire l’article sur Mediapart

  1. Nous soulignons. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.