« Concertation » sur le recrutement des enseignant∙es-chercheur∙ses : rapide lecture du rapport remis à la Ministre le 19 avril 2021

  • par Véronique Beaulande

Le rapport demandé par Frédérique Vidal le 2 février 2021 à Fabienne Blaise, Patrick Gilli et Pierre Desbiolles est lisible ici :

En voici quelques éléments. Je précise que ce qui suit est une synthèse du document et ne représente pas mon avis sur telle ou telle proposition.

En voici quelques éléments. Je précise que ce qui suit est une synthèse du document et ne représente pas mon avis sur telle ou telle proposition.

  • Le point de départ est l’article 5 de la LPR sur l’expérimentation de recrutement de maîtres de conférences sans exigence de qualification par le CNU. On peut noter que la « concertation » a lieu alors que l’expérimentation est d’ores et déjà autorisée, et semble la clef d’entrée dans une réflexion générale sur le recrutement des EC.
  • Les 5 thématiques retenues sont : « Reconnaissance du doctorat et valeur de l’habilitation à diriger des recherches », « Rôle et fonctionnement du comité de sélection (COS) », « Rôle et fonctionnement du Conseil national des universités (CNU) », « Conditions de l’expérimentation d’un recrutement de maître de conférences sans qualification (article 5 de la LPR) » et « Évolution des voies d’accès au corps des professeurs des universités ».
  • Le fil rouge du rapport est l’accompagnement des EC tout au long de leur carrière; la commission plaide pour un véritable suivi de carrière. La question de l’articulation entre les instances locales et l’instance nationale qu’est le CNU est un des « nœuds » de toutes les questions abordées.

Beeper, by tony_duell, 2013

  • Le constat de départ est la défiance envers les modes de recrutement actuels, et plus encore ceux proposés par la LPR.
  • Sur le doctorat, sont évoqués : la question de la formation doctorale et de sa définition en blocs de compétences ; la question de l’information préalable et pendant la thèse sur les débouchés ; la question des financements (avec un passage pas clair qui rappelle à la fois que la LPR envisage le financement de tous les doctorants en formation initiale, et que l’inscription en doctorat en parallèle d’une activité professionnelle reste possible, sans que le rapport la dise « en formation continue », alors même qu’il semble la distinguer de la formation initiale. Ceci me semble un point d’attention important à avoir) ; la question de la soutenance de la thèse, avec notamment une proposition de s’inspirer du modèle des soutenances en deux temps pratiquées par exemple à l’université de Louvain-la-Neuve (défense privée à huis-clos devant le jury, qui fait ses remarques au doctorant, qui corrige son manuscrit avant défense publique).
  • Sur l’HDR, la mission souligne que « ses attendus restent à définir », notamment en ce qui concerne l’accès au corps des professeurs qu’elle est censée ouvrir, d’autant plus avec la suppression de la qualification. L’hétérogénéité entre disciplines est soulignée et le besoin d’un cadrage national semble partagé par beaucoup. Les différences d’âge à l’HDR selon le genre de manière générale, et les disciplines, doivent être interrogées et dans la mesure du possible réduites. La mission ne s’est pas engagée dans la réflexion sur une éventuelle suppression de l’HDR, considérant qu’elle n’est envisageable qu’avec la mise en place d’un véritable suivi de carrière et d’une définition précise des fonctions spécifiques des professeurs, dont les conditions ne sont pas réunies.
  • Sur les CoS, le constat est celui d’une méfiance, notamment sur les conditions de choix des extérieurs. La question du « localisme » est discutée (y compris celle de sa définition). Le temps consacré au recrutement est trop contraint, avec notamment des auditions courtes au regard de l’engagement qu’elles représentent dans une carrière longue. L’écart entre « les exigences du recrutement et la réalité de l’exercice du métier » est également souligné (p. 16), avec ce qu’il entraîne de difficultés pour les « jeunes » collègues (les guillemets sont de moi : le rapport souligne également l’ampleur des dossiers de candidatures aux postes de MCF, présentés par des docteurs qui ont souvent enchaîné un ou plusieurs post-docs ou d’autres expériences). Surtout, la question de la transparence des procédures est évoquée avec insistance.

Dans les propositions et préconisations : La commission propose des CoS entièrement internes, ayant recours à des avis d’experts extérieurs ne participant pas aux délibérations et au vote ; d’améliorer drastiquement la transparence des procédures, en affichant notamment sur le site de l’université la liste des candidat∙es auditionné∙es ; de demander expressément aux candidat∙es d’expliciter dès la première phase de candidature la manière dont leur profil correspond à celui du poste (profil que la commission encourage à définir de manière assez large) ; de défrayer les candidat∙es auditionné∙es ; de développer les mises en situations professionnelles, déjà permises par la réglementation actuelle ; de former les CoS à la déontologie et aux biais de recrutement, en particulier de genre ; d’examiner les demandes de mutation en amont des autres demandes.

  • Sur le CNU, la commission constate des incertitudes sur ses missions et ses modes de recrutement ; invite à mieux définir l’articulation entre les instances locales et le CNU ; plaide pour un suivi de carrière qui serait un réel soutien aux EC.
    La commission rappelle plusieurs fois que la qualification par l’instance nationale n’est pas, juridiquement, la garantie d’un statut de fonctionnaire d’Etat, qui n’est pas menacé par une procédure de recrutement qui ne reposerait pas sur cette instance. La commission plaide pour l’établissement d’un dossier unique par EC, utilisé par les instances locales comme par la CNU et utilisé pour chaque procédure qu’un EC peut être appelé à mener dans sa carrière (recrutement, CRCT, promotion etc.), pour réduire le temps que cela représente pour les candidat∙es et faciliter la circulation de l’information. La commission alerte également sur l’attention particulière à porter aux dossiers interdisciplinaires, qui semblent actuellement potentiellement défavorisés par la division du CNU en 50 sections.
  • Sur l’expérimentation du recrutement de MCF hors qualification, la commission insiste sur la nécessité de la transparence, de justifier la procédure si elle est choisie et d’en faire un rapport ensuite, s’interrogeant notamment si le recrutement aurait été différent par la voie classique.
  • Sur l’évolution de carrière entre MCF et PR, la commission invite à augmenter le ratio des PR parmi les EC et à uniformiser ce ratio entre disciplines (sur une base 40 / 60 ; et préconise de définir clairement une voie de promotion interne, affichée telle quelle, par liste d’aptitude pour les MCF depuis plus de 10 ans, par un autre moyen (pas clairement explicitée) pour des carrières qu’un établissement souhaiterait accélérer, tout ceci en maintenant comme majoritaire la voie du concours (46-1).

Le rapport se termine par un appel au dialogue, qui doit prendre en compte les réalités internationales. Dialogue certes, mais sur quelles bases?

Concluons brièvement. Il y a beaucoup à dire sur ce rapport, qui mériterait d’être commenté point par point. Tout n’est pas à jeter, mais de fait, le préalable à la réflexion devrait être « il faut des postes en nombre suffisant pour les besoins, et après on pourra réfléchir aux meilleures modalités« .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.