Pierre Glaudes, Principal Ministre du Hcéres en attendant le retour du Roy…

L’actualité du Hcéres s’emballe ces temps derniers. Est-ce qu’on arriverait à la conclusion  du recours contre la nomination des membres du collège et de son président en exercice, encore il y a quelques mois aux ordres dans le palais élyséen? Les derniers soubresauts concernent la démission du directeur du département d’évaluation des établissements et à son nécessaire remplacement.
Désormais, c’est à Pierre Glaudes, étonnant principal ministre du Hcéres, aux entrées à l’Action française, que revient le contrôle de deux départements majeurs du Hcéres. Academia revient également sur les conditions du renouvellement de son « deuxième mandat » de directeur du département d’évaluation de la recherche, suivant le décompte officiel, avec de nouveaux éléments et quelques surprises. Alors que les généraux de réserve se tiennent prêts à abattre la 5e République sur un appel de son monarque, cela ne manque pas de cohérence.

Démission du directeur du département d’évaluation des établissements

20 avril 2021, 17h. La dernière missive du Conseiller présidentiel, dit « président du collège », aux personnels du HCERES.

« Suite au départ d’Abdelaziz Mouline de ses fonctions de Directeur du département d’évaluation des établissements, j’ai proposé à Pierre Glaudes, après avoir consulté le Comité de direction, d’assurer l’intérim des fonctions de Directeur du DEE, en plus des fonctions qu’il exerce déjà en tant que Directeur du département d’évaluation de la recherche, ce qu’il a accepté. Cette décision prend effet immédiatement. […]
Le Président du HCERES. »

Abdelaziz Mouline, professeur des universités en économie de l’Université de Rennes-1, venait pourtant d’être nommé au 1er mars 2021. Selon les mots de Thierry Coulhon, Pierre Glaudes lui succède. Pierre Glaudes enfile donc les anneau et barrette cardinalices, comme d’autres les perles : le voici de fait intronisé Principal ministre d’une partie du royaume de l’évaluation. Rappelons que l’intéressé occupe depuis fort longtemps une position tout à fait singulière dans la Maison Hcéres, au sens propre comme au sens figuré.

Les « talents » du Hcéres changent, Pierre Glaudes reste

Au sens propre tout d’abord, puisque son grand bureau se situe, symboliquement, pile « au-dessus » du bureau du Président (du collège)1. En sociologie des espaces de travail, la position et la taille des bureaux en dit généralement long sur la personne qui l’occupe… Gageons que cette singularité ne déplaise pas à l’intéressé car les caractéristiques géographiques de ce cabinet de travail format XL, à savoir l’altitude, la localisation et la surface, le distinguent délicieusement de ses petits camarades des autres départements… et le placent en nombre de toises carrées à surface quasi équivalente de moquette par rapport au Conseiller Présidentiel Evaluator One.

Au sens figuré maintenant, si l’on se réfère à son ahurissante ancienneté dans la place, qui est contraire, soit-dit au passage, à tous les standards internationaux auxquels  pourtant le HCERES nous biberonne, qui veut que les personnes en charge du pilotage national des évaluations changent très régulièrement…. Pierre Glaudes n’est pas un perdreau de l’année dans le monde de l’évaluation, puisque rentré à l’AERES en 2007, il a déjà été directeur de la section des unités de recherche de l’AERES entre 2011 et 2014 et directeur du département d’évaluation de la recherche du HCERES, « officiellement » de mars 2016 à mars 2021, les mandats en cours ayant été prolongé d’un an durant l’interminable intérim de 2020-2021 qui a conduit à la nomination abracadabrantesque de Thierry Coulhon.

Autre détail singulier, l’intéressé dont les hauts faits scientifiques n’émeuvent personne2. Le chantre des fameux « indicateurs d’activités » et des « produits de la recherche », piliers des évaluations en tous genres que glorifient la LPR, est au coude-à-coude avec une autre championne de la catégorie, Frédérique Vidal en personne !)), n’a également jamais dirigé de laboratoire au sens d’une unité mixte de recherche (UMR), ce qui est pourtant la norme pour l’immense majorité des laboratoires labellisés en France… Sur son CV officiel, en ligne sur le site internet du HCERES, on peut y lire dans la rubrique « Direction d’unités de recherche et de réseaux de recherche » qu’il a été responsable de trois « équipes » à Grenoble et à Toulouse. Celui qui a en charge l’évaluation de l’ensemble des unités de recherche françaises depuis de (trop) longues années ne s’est donc jamais frotté à la direction d’une structure dépassant, soyons généreux, une quinzaine de permanents. Amusant ! C’est un peu comme si le responsable des manuels d’instructions de vol sur Boeing ou Airbus n’avait jamais piloté qu’un Piper Cherokee. Tant que l’on reste sur Flight Simulator, après tout…

Mais l’essentiel n’est pas là.

Pierre Glaudes exercerait contînûment la fonction de directeur de département du Hcéres depuis 2014

Dans l’un de nos précédents billets « Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance » sans nul doute transporté d’enthousiasme de voir ce grand spécialiste de la littérature maurassienne, co-auteur du Livre noir de la Révolution française ((gros succès à la librairie du Puy-du-Fou)), reconduit dans ses éminentes fonctions, nous avions, un peu trop vite conclu : »Le voilà en piste pour un 2e mandat, cette fois au sein du HCERES, avec remise du compteur à zéro ».  C’est désormais un point du CV de Pierre Glaudes qui intrigue la rédaction d’Academia. Le document stipule :

« Il est depuis novembre 2014 en délégation partielle au Hcéres, où il a été nommé en avril 2015 directeur du département d’évaluation de la recherche. »

Nous avons donc reconstitué précisément la chronologie des évènements, à partir d’une archéologie des documents officiels disponibles en ligne et détreré l’os.

L’urne contenant le cœur attribué à Louis XVII, fils de Louis XVI et conservée à la basilique de Saint-Denis (Seine Saint-Denis). Crédit: Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes, CC-BY

Commençons par le début. Le Hcéres est créé par le Décret n° 2014-1365 le 14 novembre 2014. Son article 9 stipule :

« Le Haut Conseil peut s’organiser en départements chargés, sous la responsabilité du président, de mettre en œuvre une ou plusieurs des missions énoncées à l’article L. 114-3-1 du code de la recherche. Les responsables de ces départements sont nommés pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois (nous soulignons). »

Au passage, notons également que l’article 13 du même décret fixant les dispositions transitoires entre AERES et Hcéres ne mentionne nullement une quelconque prolongation des mandats des directeurs de section de l’AERES jusqu’à la mise en place des départements du Hcéres, ce petit détail est à retenir.

Conformément au décret et une fois nommé et installé, le collège du Hcéres procède donc, dans sa séance du 7 mars 2016 et sur proposition du Président du collège de l’époque, Michel Cosnard, à la nomination de Pierre Glaudes comme directeur du département « évaluation des entités de recherche »renommé par la suite département d’évaluation de la recherche — pour un mandat de 4 ans. Cette décision de nomination est publiée au Bulletin Officiel du ministère de la recherche du 14 avril 2016 ((Voir aussi sur le site du Hcéres.))

La question qui se pose alors est assez évidente : comment se fait-il que le curriculum vitae de Pierre Glaudes indique une date de nomination en avril 2015 et non pas en mars 2016, soit un an avant ? Simple erreur de date, étourderie ou bourde rédactionnelle ? Les documents officiels du Hcéres et les faits sont limpides : Pierre Glaudes était effectivement bien directeur de département avant mars 2016, de nombreuses preuves l’attestent.

Prenons l’exemple du compte-rendu de la réunion du collège du Hcéres du 14 décembre 2015 disponible en ligne. Par trois fois dans ce document3, on peut lire :

« Pierre Glaudes, directeur du département évaluation des entités de recherche. »

Et il ne s’agit pas d’une fonction par « intérim », comme on pourrait éventuellement le penser dans cette phase de démarrage du Hcéres. Non, dans le cas de Pierre Glaudes, il s’agit bien d’une direction de département en titre, contrairement par exemple à Nadine Lavignotte, dont il est bien précisé dans le même document qu’il s’agit de la directrice par intérim du département évaluation des établissements.

D’autres documents le confirment. Un arrêté de délégation de signature daté du 30 octobre 2015 mentionne également Pierre Glaudes en qualité de directeur de département. Si nous remontons plus loin dans la chronologie des documents disponibles, deux arrêtés de délégation de signature, en date du 17 novembre 2014 et du 5 mars 2015 désignent également Pierre Glaudes comme « directeur ».

Rendons-nous à l’évidence : Pierre Glaudes a bien été nommé directeur de département du HCERES bien avant mars 2016, ce qui pose le problème d’une nomination de trop ou d’une durée de mandat excédant 4 ans car l’article 9 du Décret de 2014 est formel : « Les responsables de ces départements sont nommés pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois« . Et tant bien même que cette « nomination » n’ait pas fait l’objet d’une publication au Bulletin Officiel, de fait, comme l’attestent les documents du HCERES, Pierre Glaudes exerçait bien la fonction de directeur de département à partir de 2015, voir 2014.

La reconduction de Pierre Glaudes le 1er mars 2021 à un « deuxième mandat de 4 ans » à la tête du département d’évaluation de la recherche pose donc un problème juridique patent car les fonctions exercées entre 2015 et mars 2016 l’ont été dans le cadre d’un « mandat » de fonctions décidé par le président du collège du Hcéres de l’époque, sans jamais qu’elles aient été qualifiées de « par intérim » dans les documents officiels datant de cette période. La jurisprudence administrative est formelle dans ce cas précis : la période antérieure à mars 2016 et durant laquelle Pierre Glaudes a exercé les fonctions de « directeur du département d’évaluation des unités de recherches » ne peut être ignorée dans le dénombrement de ses mandats.

Le Hcéres ferait bien de communiquer sur cette étonnante arithmétique des mandats de Pierre Glaudes et de fournir des explications sur ce tour de passe-passe administratif que tout un chacun est en droit de connaitre de la part d’une autorité publique. Dans le cas contraire, la justice administrative pourrait s’intéresser utilement à cette question.

À qui profite le départ précipité d’Abdelaziz Mouline du département en charge des établissements ?

Nous finissons ce billet par une dernière remarque sous forme d’interrogation : à qui profite le départ précipité d’Abdelaziz Mouline du département en charge des établissements ? Objectivement à … Pierre Glaudes qui se retrouve en position de force, en particulier pour l’un des gros chantiers de l’année pour lequel l’obéissant collège du Hcéres devra entériner des décisions sans moufter : redéfinir, à l’aune des nouvelles dispositions de la LPR, les référentiels d’évaluation pour les prochaines vagues. Autant dire que notre évaluateur perpétuel aura les coudées franches pour imposer ses vues.

Est-il utile de rappeler ici que Pierre Glaudes a été l’un des artisans de la désastreuse expérience de notation des laboratoires aux temps de l’AERES ?… Et que le principe fondateur du coulhonisme est toujours dans les tuyaux, à savoir établir, sinon une bijection du moins une application, entre résultats de l’évaluation, d’une part, et allocation des moyens d’autre part.

Les questions sont donc nombreuses dans la communauté et Académia s’en fait l’écho: pourquoi ces très nombreuses « dérogations » et « pouvoirs spéciaux » accordées à la personne de Pierre Glaudes ? Ce dernier semble aussi solidement attaché à son titre de principal ministre perpétuel du royaume qu’une statue vissée sur son socle.

Même si les statues, elles aussi, peuvent finir déboulonnées…

Jacques-Antoine Dulaure, Esquisses historiques des principaux événemens de la révolution, v. 2, Paris, Baudouin frères, 1823. Dessinée par ur Dessiné et gravé par : Couché fils
Terminé par : Le Jeune. Wikimedia Commons

Bandeau : Statues du tombeau du Cardinal de Richelieu (1585-1642) dans la Chapelle de la Sorbonne, par François Girardon (aux environs de 1675-1694), Paris. Crédit: NonOmnisMoriar, Wikimedia, 2011

  1. Au 6e niveau pour celles et ceux qui connaissent les lieux. []
  2. Pierre Glaudes peut s’enorgueillir d’un score bibliométrique littéralement stratosphérique ((h-index = 9 tout mouillé sur Google Scholar. []
  3. Pages 12, 31 et 36. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.