« Ici le HCERES. Importante voie d’eau DEE. Coulons ! » Le TITANIC de l’ESR envoie un message de détresse

Ce devait être une croisière triomphale. Le HCERES, navire amiral de l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche, avait récemment appareillé et commençait un long périple de quatre ans à travers les mers et océans de l’ESR…

Le naufrage du Titanic, dessin de Willy Stöwer (source : Wikipédia)

Malgré quelques déboires à quai concernant le recrutement grossier de son pacha et des seconds mariniers1, tout était rentré dans l’ordre. L’équipage était enfin au complet – uniformes neufs, galons d’or de la macronie étincelants sous le soleil de printemps – et chacun à son poste commençait à dompter ce bâtiment rutilant, entièrement rénové l’hiver dernier dans les chantiers navals de la LPR. Depuis sa grande passerelle vitrée du 5e niveau faisant office de poste de commandement, le pacha, alias Evaluator One, avait actionné son transmetteur d’ordre à la salle des machines, poussant la manette sur « En Marche! toute », paré à affronter la vague B. Il savait qu’il pouvait compter sur un équipage dévoué, prêt à renvoyer l’ascenseur quelles que soient les circonstances. Prudent, il maintenait en permanence un matelot en observation à la proue ou à la mature du navire : chef de cabinet et secrétaire général se relayaient pour scruter l’horizon, vérifiant sans relâche le compas, cap au 20-22 et ses promesses de mer turquoise pour la suite.

L’équipage du TITANIC réuni autour du pacha, le capitaine Edward John Smith

Et puis, ce fut l’accident. Prématuré. Quasiment dans les eaux à la sortie du port. Une grossière erreur de navigation précipita le HCERES contre un iceberg le jeudi 15 avril 2021. Une voie d’eau se déclara dans un compartiment situé situé sous la ligne de flottaison : au niveau du DEE, le Département d’évaluation des établissements, le premier des départements dans le bel organigramme du HCERES où Thierry Coulhon, qui n’a toujours pas compris le principe de collégialité, s’est placé tout en haut.

Coïncidence extraordinaire ou ironie de l’histoire qui inspire cette brève métaphore maritime, le TITANIC sombra exactement le 15 avril 1912 au large de Terre-Neuve lors de sa traversée inaugurale entre Southampton et New York. 109 ans, jour pour jour entre les deux icebergs. Étonnant, non, comme aurait dit Monsieur Cyclopède. Le lecteur attentif se demandera quel message aurait pu envoyer le HCERES en cette funeste journée, sur ondes courtes 600 mètres avec code d’urgence CQD comme l’exigeait la procédure à l’époque. Academia l’a capté pour vous en exclusivité et l’a déchiffré :

·· −·−· ·· ·−·· · ···· −·−· · ·−· · ··· ·· −− ·−−· −−− ·−· − ·− −· − · ···− −−− ·· · · ·− ··− −·· · · −·−· −−− ··− ·−·· −−− −· ···
Ici le HCERES. Importante voie d’eau DEE. Coulons.

Les emails ont depuis remplacé les câbles TSF en morse et le message laconique d’Evaluator One envoyé à l’équipage vendredi 16 avril en début d’après-midi, et qu’Academia s’est procuré, est plus explicite :

Le Directeur du département d’évaluation des établissements « m’a fait part hier lors de notre point hebdomadaire de sa volonté de quitter les fonctions qu’il occupe et vous a fait part ce matin de cette décision, que je regrette tout en la respectant. Tout d’abord, je tiens à le remercier devant vous pour son engagement dans le projet de transformation du DEE tel que nous l’avions défini ensemble. Un directeur par intérim sera nommé prochainement pour continuer ce travail. […]. Le Président du HCERES »

C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases ! Fin de la métaphore. Au-delà de l’irrésistible boutade d’Audiard, le constat est sans appel : ce message de Thierry Coulhon porte, en filigrane, un terrible aveu d’échec, moins de cinquante jours après la mise en place du nouvel organigramme de la maison, du communiqué de presse et tutti quanti.

Beaucoup se sont interrogés, début mars, sur le sens de la séparation entre évaluation des établissements d’une part, et évaluation des organismes de recherche d’autre part. Quelle justification à part créer deux postes de directeurs, formule allégée, là où une seule personne faisait auparavant l’ensemble du travail et avait une vision globale des établissements ? Diviser pour mieux régner semble une explication plus plausible. A tout le moins, ce premier couac rappelle étrangement les bricolages hasardeux de celui qui a maintenant en charge l’évaluation des organismes (DEO), lorsqu’en 2006, alors DG du CNRS, il avait joué les apprentis-sorciers et proposé un redécoupage délirant des départements scientifiques. Un techno-bureaucrate, vous lui confiez un organigramme et une paire de ciseaux et il fait des dégâts ! L’ex-DGRI, alias Larrouturou, et Evaluator One, alias Coulhon, se sont bien (re)trouvés, parions qu’ils n’ont pas fini de faire des étincelles…

En attendant de nouveaux exploits dignes d’Apollo 13 ou des Marx Brothers à l’opéra, on rigole, mais tout ceci n’est pas très sérieux et montre l’amateurisme, la confusion et le doute pour certains qui règnent aujourd’hui dans la strate dirigeante du Haut Conseil.

On comprend mieux également, avec le recul de ces premiers mois désastreux, pourquoi l’ex-conseiller élyséen n’a publié aucun élément programmatique durant la phase de candidature à la présidence de l’institution. Il est désormais clair que son ambition réformatrice se limite à la mise en place d’un système de pouvoir personnel. Point barre. Il n’aura pas fallu longtemps à ce collègue, dorénavant ex-DEE, pour découvrir les véritables intentions du big boss, son appétence à cadenasser l’appareil du HCERES et son obsession à vouloir monter en douce un ministère bis pour prétendre piloter, depuis la rue Einstein, l’enseignement supérieur et la recherche française (à ce propos, il est intéressant de noter que les transferts du ministère vers le HCERES continuent, l’ex-DGRI ayant embarqué dans ses cartons des proches collaborateurs…).

Avec une telle feuille de route, la place n’est certainement pas à l’initiative partagée et encore moins à l’autonomie décisionnaire des départements. Nous avons une pensée mi-triste mi-amusée pour notre collègue démissionnaire et, devant sa naïveté touchante, nous sommes soulagés pour lui qu’il ait quitté prestement le navire, dorénavant dangereusement penché, et exposé comme jamais à une nouvelle avarie. Pendant ce temps-là et pour revenir à cet étonnant parallélisme avec le TITANIC, l’orchestre du HCERES continue de jouer. On connait la suite… et certain s’inquiètent déjà : y aura-t-il des canots de sauvetage pour tout le monde ? A suivre.

Canot standard N° 14 et pliable D du Titanic (source : Wikipedia)

  1. Nous renvoyons au recrutement de Larrouturou ou au renouvellement de Glaudes []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.