Depuis la Suisse: Communiqué de solidarité aux collègues de l’ESR en France

Contre la stigmatisation des sciences humaines et sociales, pour l’indépendance de la recherche !

Face aux attaques du gouvernement français et de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal dirigées contre la communauté universitaire et en particulier les sciences humaines et sociales, nous, chercheur·e·s des universités suisses, tenons à affirmer notre soutien aux collègues de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) en France.

Nous condamnons fermement la stigmatisation des recherches en sciences humaines et sociales sur les rapports sociaux de race, l’intersectionnalité ou le postcolonialisme. Les attaques récurrentes du gouvernement français qui s’intensifient depuis octobre 2020 et la volonté exprimée récemment par Frédérique Vidal de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène l’université » remettent non seulement profondément en cause la liberté académique, mais semblent également s’inscrire dans un recul net de la démocratie et des libertés individuelles en France.

Ces remises en cause de l’autonomie de la recherche, qui présentent des similarités glaçantes avec la rhétorique illibérale et les mesures d’intimidation des gouvernements hongrois, turc et indien contre les universitaires de leurs pays, stigmatisent de plus un secteur déjà visé par les politiques néolibérales de privatisation. Elles interviennent en effet dans un contexte de précarisation croissante de l’ESR français avec la loi de programmation de la recherche, couplé à une mauvaise gestion de la crise sanitaire dont pâtissent en premier lieu les étudiant-es, doctorant-es, chercheur-es précarisé-es et l’ensemble du corps enseignant.

Enfin, elles s’inscrivent dans un contexte alarmant de remise en cause des libertés individuelles, marqué par une islamophobie croissante et un racisme anti-Musulmans si décomplexé qu’il peut désormais être déployé sur le mode de l’évidence comme une arme de délégitimation. Nous sommes préoccupé·e·s par la dérive autoritaire du gouvernement et de la classe politique française qui s’attaquent désormais au secteur de la recherche et semblent vouloir instrumentaliser la production scientifique à des fins politiques et idéologiques. Comme celles d’autres disciplines connexes, les recherches académiques en sciences sociales visent à documenter les logiques sociales de discrimination et d’exclusion, non à y participer.

Pour ces raisons, nous, chercheur·e·s des université suisses, soutenons les organisations et institutions universitaires françaises (CNRS, ANCMSP, ASES, et d’autres) qui demandent que soit préservées l’indépendance de la recherche et la liberté académique en France.

*** Signataires ***

Agnès Aubry, Université de Lausanne
Alain Kaufmann, Université de Lausanne
Alain Simon, Association Pouvoir d’agir
Alix Heiniger,Université de Lausanne
Anastasia Koukouna, Université de Lausanne
André Berchtold, Université de Lausanne
Anne-Christine Trémon, Université de Lausanne
Anne-Laure Bertrand, Université de Neuchâtel
Annelise Erismann, Université de Lausanne
Anouk Jasmine Albien, UNIL
Baptiste Dufournet, Université de Lausanne
Barbara Duc, IFFP
Bennani-Chraïbi Mounia, Institut d’études politiques, Université de Lausanne
Bernard Debarbieux, Université de Genève
Bernard Voutat, Université de Lausanne
BOCCO Riccardo, The Graduate Institute, Genève, Suisse
Boris Beaude, UNIL
Bruno Corthésy, chercheur indépendant
Camille Bajeux, Université de Genève
Camille Jaccard, Unil
Carole Christe, Université de Lausanne
Cécile Péchu, Institut d’Etudes Politiques, Université de Lausanne
César Jaquier, Université de Neuchâtel
Charlène Calderaro, Université de Lausanne
Charles-Antoine Courcoux, Université de Lausanne
Christian Staerklé, Université de Lausanne
Christin Achermann, Université de Neuchâtel
Claske Dijkema, Université de Bâle
Claudio Bolzman, HES-SO
Collet Isabelle, UNIGE
Cynthia Kraus , Université de Lausanne, Suisse
Damian Rosset, Université de Neuchâtel
Dana Landau, Universität Basel
David COMTE, Université de Lausanne
Déborah Da Silva, Université de Lausanne
Dr Jeremy Moulard, UNIL
Ehemann, Université de Lausanne (UNIL)
Eléonore Lépinard, Université de Lausanne
Elisabeth Militz, Universität Bern
Ellen Hertz, Université de Neuchâtel, Suisse
Elsa Raynal, Université de Lausanne
Emilie Martini, Université de Lausanne
Emmanuel Charmillot, Université de Neuchâtel
Eva NADA, Université de Genève
Farinaz Fassa, Université de Lausanne
Fautras Mathilde, Université de Fribourg
Felix Bühlmann, Université de Lausanne
Fiona Friedli, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
François Allisson, Université de Lausanne
François Schoenberger, Université de Lausanne
Françoise Grange Omokaro, IHEID Genève
Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne
Frédérique Leresche, Université de Genève
Garance Clément, Laboratoire de Sociologie Urbaine – EPFL
Gardey Delphine, Université de Genève
Gil Viry, University of Edinburgh, UK
Giraut, Université de Genève
Gottraux Philippe, UNIL-IEP Institut d’études politiques
Graziella Moraes Silva, IHEID
Hagen Steinhauer, Universität Bremen
Ibrahim Soysüren, Université de Neuchâtel
Ilana Eloit, Université de Lausanne, Centre en Études Genre
Irene Maffi, Université de Lausanne
Iris Stricker, Université de Berne
Jackie Vorpe, IFFP
Janick Marina Schaufelbuehl, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Université de Neuchâtel
Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Joanna Menet, Université de Neuchâtel
Jobin Raphaël, Université de Lausanne
Johanna Yakoubian, UNIL et UNIGE
Jonas Masdonati, Université de Lausanne
Jonathan Klemp, Université de Lausanne
Karel Héritier, Université de Lausanne
Karin Schwiter, Universität Zürich
Karine Duplan, Université de Genève
Kate Schipper, Université de Lausanne
Kerstin Duemmler , IFFP
Koorosh Massoudi, Université de Lausanne
Kornelia Imesch Oechsin, Université de Lausanne
Kristine Balslev, Université de Genève
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Laura Nkula-Wenz, Universitaet Basel
Laura Perler, Universität Bern, Universität St.Gallen
Laure Kaeser, Université de Lausanne
Laurence Bachmann, Haute école de travail social, Genève (HES SO)
Lucile Franz, Université de Lausanne
Lucile Maertens, Université de Lausanne
Lucile Quéré, Université de Lausanne
Lysiane Adamini, Université de Lausanne
Maëlys Tirehote-Corbin, Université de Lausanne
Magali Feller, Institut Fédéral des hautes études en formation professonnelle
Marc Perrenoud, Université de Lausanne
Marianne Modak, HES-SO
Marine Kneubühler, Université de Lausanne
Maroua Sbyea, UNIL – CEG
Martina Avanza, Université de Lausanne
Martine Schaer, Université de Neuchâtel, Suisse
Marylène Lieber, Université de Genève
Meier Daniel, Université de Genève
Michael Strebel, Université de Lausanne
Milana Aronov, Université de Lausanne, University of Warwick
Miriam Odoni, Université de Neuchâtel
Muriel Bruttin, Université de Lausanne
Nadia Lamamra, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle – IFFP
Nelly Valsangiacomo, Université de Lausanne
Nicholas Pohl, Université de Lausanne
Nicolas Bancel, Université de Lausanne
Nils Kapferer, Université de Bâle
Nora Komposch, Institute of Geography, University of Bern
Olivier Ejderyan, ETH Zurich
olivier fillieule, Institut d’Etudes Politiques de Lausanne
Olivier Voirol, Université de Lausanne
Oriane Sarrasin, Université de Lausanne
oscar mazzoleni, université de Lausanne
Pascal Roman, Université de Lausanne
Patricia Roux, Revue Nouvelles Questions Féministes
Philip Balsiger , Université de Neuchâtel
Pierre Eichenberger, UNIL
Prof. Grégoire Mallard, Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), Genève
Prof. Laure KLOETZER, Université de Neuchâtel
Prof. Véronique Mottier, Université de Lausanne
Quentin Tonnerre, Université de Lausanne
Rafaël Lazega, Université de Lausanne, Centre Walras Pareto
Rahel Kunz, Université de Lausanne
René Levy, Université de Lausanne
Rey Séverine, Haute école de santé Vaud HES-SO
Robert Avery, University of Lausanne
Robin Stünzi, Université de Neuchâtel
Roca escoda marta, Université de Lausanne
Romaine Girod, Université de Lausanne
Sabot Cléolia, UNIL – Université de Lausanne
Sandrine Billeau, Université de Genève
Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Silvia Wojczewski, Université de Lausanne
Stefan Manser-Egli, Université de Neuchâtel
Stefan Schlegel, Université de Berne
Stefanie Boulila, Hochschule Luzern
Stéfanie Prezioso, Université de Lausanne
Stephane Rothen, Université de Genève
Stéphanie Ginalski, Institut d’Etudes politiques, Université de Lausanne
Sunčana Laketa, Université de Neuchâtel
Tamara Constantin, Université de Lausanne
Thomas Bouchet, Université de Lausanne
Verschuuren, Université de Lausanne
Vonnard Philippe, Université de Lausanne
Yves von Roten, Université de Lausanne

Pour lire le communiqué en allemand, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.