Qui a peur de la non-mixité à l’UNEF et ailleurs ?

Communiqué de la section LDH EHESS, 14 avril 2021

Le 1er avril dernier, le Sénat votait un amendement au projet de la loi confortant le respect des principes de la République (dit « projet de loi contre le séparatisme ») ; il visait à dissoudre toute association qui interdirait « à une personne ou un groupe » de participer à une réunion, « à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion ». Dans le viseur : l’UNEF, coupable d’organiser des groupes de paroles entre racisé.es. Ce n’était nullement un poisson d’avril, mais un déni, voire une méconnaissance de l’histoire et de la mémoire des luttes qui ont jalonné à la fois les revendications pour la mixité et le recours à des espaces non-mixtes permettant aux dominé.es de se ménager un sas de réassurance pour mieux accéder à une parole plus égalitaire dans des groupes mixtes.

La polémique contre l’UNEF a la mémoire courte, qu’on en juge au prisme de l’histoire des femmes en France depuis 50 ans. La République, forte du monopole masculin de l’universel, a longtemps vécu sans le vote et la représentation des femmes, et il a fallu les lois sur la parité des années 2000 pour que l’accès à des postes de représentation au niveau national ne soit plus une exception.

Mais la loi fut aussi le résultat d’une mobilisation autonome des femmes. Les groupes « femmes » dans les syndicats, « le groupe G » au parti socialiste, « les groupes de paroles » au MLF, sont quelques-unes des façons de débattre pour mettre en forme des revendications acceptables dans les groupes mixtes. Dans tous les cas, il fallait arriver en force, c’est-à-dire après des délibérations entre femmes pour que la préséance et la rhétorique masculine bien huilée par des siècles de prises de parole aient quelques chances de baisser la garde.

La mémoire flanche encore au moment de se souvenir combien la non-mixité fut longtemps la règle dont la moitié masculine de l’humanité a bénéficié : les clubs anglais, l’automobile club de France, n’étaient pas mixtes, et personne pour s’en émouvoir. Qui s’élève par exemple contre le fait que la prêtrise catholique soit interdite aux femmes ? Qui se préoccupe de l’absence ou de la sous-représentation des minorités racisées dans les grandes écoles, les instances de pouvoir ou dans l’espace médiatique ? Va-t-on aller jusqu’à interdire les syndicats au motif du séparatisme, en les obligeant à négocier directement avec le patronat, sans au préalable fourbir leurs arguments, en non-mixité ?

La longue lutte pour une mixité sexuée s’est donc toujours adossée à des moments de non-mixité, et ce constat oublié à mauvais escient vaut pour toutes les autres discriminations. Que les personnes racisées discutent entre elles et eux n’est pas un séparatisme identitaire, ou une entorse faite à la République : c’est une manière de préserver un espace où les paroles seront comprises parce qu’elles sont sorties de la bouche de celles et ceux qui subissent le racisme ordinaire, sans être tenu.es de se justifier à chaque mot et à chaque proposition.         Partager des expériences, les mettre au clair et leur donner une visibilité collective pour que la honte de soi suscitée par les stigmatisations ne soit plus vécue comme un attribut individuel, est un acte politique pour accéder à l’engagement collectif. La non-mixité sexuée, certes acceptée du bout des lèvres, devient intolérable s’agissant de l’autonomie temporaire de groupes racisés, ce qui en dit long sur la cécité des effets des discriminations et sur la recherche des façons de s’en sortir.

Que les pouvoirs de toutes sortes, et notamment les ministères de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche, tombent à bras raccourcis sur les manières dont les racisé·es s’organisent au sein de l’UNEF au motif qu’il s’agirait d’un « enfermement identitaire » est une manière de nier et d’occulter l’inégalité d’accès aux droits, au respect et à la dignité de personnes, accusées de surcroît d’attiser la haine raciale.

À un moment où les cours sont désorganisés, les étudiant·es désemparé·es contraint·es de faire la queue aux restos du cœur universitaire, où la solitude et l’absence d’horizon d’attente incitent certain·es au suicide, les attaques ministérielles et les groupes conservateurs de tous horizons politiques ne trouvent rien de mieux que de lancer des polémiques sur l’islamo-gauchisme, ou le pseudo-identitarisme de l’UNEF. En visant l’UNEF, c’est plus largement l’auto-organisation des citoyens et des citoyennes qui est mise en cause, et celle des jeunesses au premier chef, sorte de ballon d’essai pour museler et surveiller les manières de débattre. Ces coups de sonde pour savoir jusqu’où l’abject peut aller et en repousser les frontières en bâillonnant les racisé·es soulignent combien la République qui se réclame de l’universalisme entend ignorer et réprimer toute recherche visant à pluraliser l’universel. Ce n’est donc pas seulement un soutien à la seule UNEF qu’il faut réaffirmer, mais un soutien à la manière dont les adhérents de toutes institutions démocratiques entendent fonctionner pour débattre. La section EHESS de la LDH restera vigilante et ferme face à toutes les tentatives d’annexion de la liberté d’expression et d’auto-organisation par les pouvoirs en place, leurs alliés et affidés.

Ensemble et séparé.es

Pour tout contact : ldh-ehess@protonmail.com

Bandeau: Together.  Pablo Fernández, 2012


1 réflexion sur « Qui a peur de la non-mixité à l’UNEF et ailleurs ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.