L’église de la scientométrie

En créant l’Église de Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard, dit L. Ron Hubbard, introduisit la pratique essentielle d’audition des adeptes à l’aide d’un E-Meter ou « électro-psychomètre », instrument supposé pouvoir mesurer l’état ou les changements d’état spirituel de la personne auditée ou de l’être vivant.

L Ron Hubbard utilisant son Hubbard E-Meter pour déterminer si les tomates éprouvent de la douleur, en 1968

L’appareil n’est en réalité qu’un simple ohmmètre (ou pont de Wheatstone) permettant de mesurer des variations de résistance de quelques micro-ohms, évidemment en rien liées à l’état psychique de la personne qui tient les électrodes conductrices, tout au plus induites par une sudation ou une sécheresse des mains qui modifie la résistance des contacts main-électrode. Pour l’affaire qui nous concerne, l’intérêt de cette mise en scène ne vient pas du caractère grotesque de la mesure ou de son interprétation délirante. Cette pratique montre que L. Ron Hubbard, en fin connaisseur – manipulateur – de la psychologie humaine et de ses failles, avait parfaitement saisi l’importance d’un marketing de type Canada Dry (« Ça a la couleur de la science, le goût de la science… mais ce n’est pas de la science ! ») pour ancrer les principes fondateurs de sa « religion » dans une soi-disant vérité scientifique et par là même promouvoir son entreprise sectaire.

Quoi de plus convaincant, en effet, que de confier l’évaluation des états d’âmes des adeptes à un « instrument de laboratoire » plutôt qu’à un oracle ? Dans le cas de l’audition scientologue, la démarche est théâtralisée, ritualisée même ; elle consiste à effectuer des « mesures » et à générer des données personnelles relatives à la personne ainsi « auditée » grâce à ce fameux électromètre. Cette dernière se soumet à l’examen et est généralement convaincue (sinon elle ne serait pas là) que l’audition va lui apporter des informations sur son état psychique et l’aider à progresser dans sa quête de spiritualité.

Alléluia.

La science de la technobureaucratie — ou sa religion

Quel lien entre l’Église de Scientologie, l’électromètre de Ron Hubbard et l’évaluation de la recherche en France ? Aucun, a priori, tant les deux mondes sont antinomiques à tous points de vue. Sauf que, à y regarder de plus près, certains éléments de cette pratique de la scientologie pourraient se retrouver dans la nouvelle religion qui enflamme la haute technobureaucratie de la recherche française depuis les années 2000 : la scientométrie.

La scientométrie est apparue en France au tournant doctrinal des années 2000 à qui l’on doit la fameuse loi organique relative aux lois de finances (LOLF), source intarissable de bien des malheurs pour le monde de l’ESR. À l’origine, le terme scientométrie désigne la science de la mesure et de l’analyse de la science. D’après la définition de Wikipédia,

« elle recoupe en partie la bibliométrie et peut être considérée à la fois comme une réduction et une extension de celle-ci. Réduction puisqu’elle n’applique les techniques bibliométriques qu’au champ des études de la science et de la technologie, en comptabilisant les publications scientifiques. Extension puisqu’elle n’analyse pas seulement les publications mais également les financements, les ressources humaines, les brevets, etc… »

Quant au terme « religion », si l’on s’en tient à sa définition la plus générale, c’est un système de pratiques et de croyances en usage dans un groupe ou dans une communauté. Comment les pratiques habituelles de la bibliométrie raisonnée ont-elles pu dévier, ces vingt dernières années, vers un système de pratiques et de croyances « quasi religieux » au niveau du pilotage de la recherche scientifique en France ?

Le cheminement est assez simple à comprendre : la volonté, inscrite dans la LOLF, de développer une véritable culture de la performance et de la responsabilité dans la gestion des finances publiques a introduit un biais important et qui n’a fait que se renforcer, année après année, depuis maintenant près de deux décennies : celui d’appréhender la recherche comme une banale activité de l’État relevant essentiellement du secteur… de la production de biens manufacturiers. Certains agents de l’État « produisent » des gardes à vues ou des contraventions, d’autres gèrent des lits d’hôpitaux ou des kilomètres de route nationale, et bien d’autres encore produiront des publications et des grades de docteurs, quelle est la différence ? Vu de Bercy, pas d’exception possible : le système des poids et mesures sera le même pour tous. Il a été conçu pour mesurer, le plus bureaucratiquement possible, à l’aide de nomenclatures et de systèmes codifiés les plus variés, l’ensemble des activités de l’État dans ses différentes missions. Les douanes ont saisi 1500 kg de fraises Tagada ? Et bien, qu’à cela ne tienne, le CNRS a créé, lui, 1500 startups ! Il suffit de reporter 1500 dans la bonne case du formulaire idoine pour quantifier les résultats des uns et des autres. Pour un contrôleur financier pétri de certitudes comptables, il y a même strict équivalence 1500 kg de poudre de perlimpinpin et 1500 projets ERC, si du moins la table d’équivalence le prévoit ainsi. Et même les plus brillants cerveaux s’y mettent.

Objectif « lune »

Dans sa désormais célèbre intervention au colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, organisé par le HCERES en septembre 2019, Thierry Coulhon justifie pleinement cette façon de procéder en ces termes :

« Comment irions-nous négocier des moyens nouveaux à Bercy si nous ne sommes pas capables d’objectiver ce que nous savons faire et ce que nous apportons ? »

https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/618965

Thierry Coulhon lors de son discours devant l’HCERES, octobre 2020

« Objectiver », le terme est posé. Mais comment procéder ? Pour la technobureaucratie, la réponse est simple et sans appel : il faut aligner des chiffres. En grand nombre. À la pelle même. Bienvenue dans le monde fabuleux des « indicateurs d’activités« . Ou comment la doctrine de la LOLF, fondée sur le principe d’une budgétisation non plus par nature de dépenses, mais orientée vers les résultats à partir d’objectifs définis, a créé un appel d’air pour la mise en place accélérée d’instruments analytiques capables de mesurer les performances de la recherche française. Les fameux électromètres de Ron Hubbard, nous y voilà !

Dans leur obsession croissante à tout vouloir mesurer, quantifier, tabuler pour évaluer l’efficacité — ou plus pernicieusement l’efficience1 — du monde académique, l’AERES puis le HCERES ont opéré, depuis les temps reculés de l’antique CNE (Comité National d’Evaluation), une transformation profonde des processus d’évaluation grâce à un outil magique : le tableur Excel. À la base, un outil de bureautique plutôt astucieux qui est devenu, par son usage abusif, une arme de destruction massive pointée sur l’enseignement et la recherche ((Voir, sur Academia, De la paperasse à la numérasse. Des outils de notre domination académique, par Florence Maraninchi, 23 février 2021.)). Ses petites cases diaboliques renseignent tout, à la virgule près, jusqu’à l’overdose numérique. Vous voulez connaitre la durée moyenne des thèses dans une école doctorale X ? Pas de problème : 38,4 mois. Ah oui, nettement mieux que sa voisine, l’école doctorale Y où l’on atteint 38,9 mois, rendez-vous compte ! Au fait, telle unité a déposé 14 brevets au cours du contrat quinquennal. C’est bien mais si je divise par la cellule $E$17, cela ne représente finalement que 0.046 brevet/permanent/an alors que la moyenne nationale dans cette discipline est plutôt à 0.055, comme reportée dans la colonne F de l’onglet « performances à atteindre ». Mais la puissance créatrice d’Excel ne s’arrête pas là.

Le croisement des données entre fichiers permet également d’accéder à des métriques totalement nouvelles : ainsi une présentation estampillée « DRRT » (directions régionales de la recherche et de la technologie) introduisait-elle, il y a déjà quelques années, le nombre de publications par kilomètre carré pour comparer les territoires. Fabuleux mais que l’on ne se mente pas : un pont synaptique a dû sauter ce jour-là dans le cerveau d’un haut fonctionnaire du ministère de la recherche. On trouve dorénavant de tout et n’importe quoi dans les « évaluations Excel » de l’ESR, le système des sous-unités a littéralement explosé : €/permanent, m2/ETP (le fameux équivalent temps plein recherche), nombre de publications/ETP/an (vous le voulez par km2 également ? Ou bien par kg/an d’ETP ?)… Nous sommes à deux doigts de mesurer l’ESR à l’aune de la distance à la lune.

Explosion du Falcon 9 de Space X survenue le 1er septembre 2016 à Cap Canaveral (Floride, États-Unis). Crédit: USLaunchReport

Quantophrénie aïgue

Avec le progrès, l’électromètre s’est aujourd’hui mué en multimètre numérique connecté qui annonce l’avènement du cloud et du Big Data ou plutôt du « bide data ». Chaque variation d’un digit sur l’écran est scruté attentivement par les « comités d’experts » qui viennent, périodiquement, procéder à des mesures sur le terrain. Certains s’affolent bien des calibres mal utilisés, des mesures non reproductibles, du nombre ahurissant de chiffres significatifs, mais rien n’y fait. Il faut alimenter les serveurs des établissements, des agences et des ministères toujours plus gourmands en chiffres, jamais rassasiés de fichiers aux références croisées et de « voulez-vous activer la macro ? ».

À quoi servent ces nouvelles données dites « intelligentes » (sic), extraites du Big Data? Que mesurent-elles exactement ? L’originalité des travaux d’un chercheur ou la sudation de ses mains, comme chez Ron Hubbard ?  « Classements internationaux, Cour des Comptes, ERC, innovation, allocation de moyens ou encore pilotage fin » vont répondront, condescendant, les grands stratèges de la recherche française entre deux clics compulsifs sur une feuille Excel ouverte à l’écran.

On l’aura compris, en matière d’évaluation aussi, le marketing Canada Dry a de l’avenir. Si tout est mesuré au télémètre laser suivant le référentiel qualité machin-bidule, ce côté faussement rassurant d’une mesure bien faite cache la triste réalité de processus gadgets qui font perdre un temps infini à toute la recherche française, à commencer par les chercheuses et les chercheurs eux-mêmes, sommés d’alimenter en mode d’auto-évaluation permanente, ce pipeline de l’inutile. Inutilité pour l’immense majorité du monde de l’ESR sauf peut-être pour ses dirigeants les moins scrupuleux qui ont trouvé dans cette accumulation de données disparates tous les leviers dont ils rêvaient pour justifier leurs choix ou leurs décisions. Dans un océan de données, il y en a toujours qui conviennent… comme p ou le nombre d’or peuvent surgir de n’importe quel tableau ou photographie, il suffit de « mesurer » à la règle des dimensions judicieusement choisies.

Au-delà de cette utilisation biaisée de l’évaluation, c’est surtout de la quantophrénie aigüe dont souffrent aujourd’hui son approche et sa mise en œuvre dans l’ESR dont il est urgent de se déprendre. Une orientation radicalement opposée en somme à celle défendue par Thierry Coulhon devenu, entre temps, président de l’Église française de Scientométrie, le HCERES, et qui déclarait toujours en 2019 en guise de conclusion :

« À nous de réfléchir pour rendre le résultat de l’évaluation précis et subtil mais net et utilisable. »

Comme l’aiguille sur le cadran de l’électromètre de Ron Hubbard en quelque sorte…

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=86746

‘E-meter’, machine rituelle utilisée par l’église de scientologie Crédit:Salimfadhley, 2007

Sur Academia

  1. Sur ce point, voir L’absurdité des classements universitaires, par Jelena Brancovic,  28 mars 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.