L’ISBA de Besançon : déni, « ESR-style »

Omerta mode d’emploi #13

Tout commence en septembre 2020 par la création d’une page Facebook « Balance ton école d’art » qui relaie des témoignages glaçants au sein de l’école des beaux-arts bisontine. Violences sexuelles et sexistes, racisme, abus d’autorité, une partie du corps professoral est visée.

Face à cela, deux enquêtes sont lancées : une judiciaire et une administrative. A quelques jours de la publication des conclusions de cette dernière, un comité de soutien anonyme signe une lettre de soutien au directeur de l’école, accusé d’avoir couvert les faits et protéger les mis en cause.

Cette lettre de soutien, intitulée « QUI VEUT NOYER SON CHIEN L’ACCUSE DE LA RAGE »  est un archétype de réactions que l’on observe dans l’enseignement supérieur face à ces situations1

Elle commence par la victimisation, criant à la cancel culture :

« En tant que groupe de soutien à Laurent Devèze, nous souhaitons à présent prendre la parole car celle-ci doit être enfin entendue. Il est temps que d’autres voix s’élèvent. »

Vient ensuite la conclusion avant les conclusions :

« De nombreux témoignages ont été recueillis et nous avons aujourd’hui de bonnes raisons de penser que cette enquête n’a produit aucune conclusion corroborant ces dénonciations diffamatoires à l’égard de Laurent Devèze et son administration. »

Puis, on discrédite les témoignages :

« Madame la Maire est-elle fragilisée par l’influence agressive et idéologique exercée par le groupe balancetonecoledart et ISBAsta.x ? »

On place la réputation de l’institution et d’un homme au centre du jeu :

« Peut-on laisser l’incapacité de Madame la Maire à se dégager de l’influence d’un groupe de pression conduire l’ISBA à sa ruine et son directeur à l’humiliation ? »

Petit passage complotiste :

« Il n’aura échappé à personne que les derniers mois ont été, à l’échelle nationale, le théâtre de vastes entreprises de destitution de personnes à des postes à responsabilités sur la base de dénonciations calomnieuses et d’arguments idéologiques. Les sanctions, souvent prises avec hâte pour apaiser le débat public, nous font nous interroger aujourd’hui sur la réalité d’une présomption d’innocence ainsi que sur le rôle de tribunal accordé aux réseaux sociaux dont l’opinion semble valoir pour jugement et culpabilité. »

Et là, gros coup de pression sur la Maire de Besançon, qui rendra les conclusions de l’enquête, en remettant sur la table l’accusation d’idéologie et qui se permet à nouveau de lui dicter la conclusion de cette enquête :

« Dès lors, il ne s’agirait plus d’une municipalité sous influence mais bel et bien de l’aveu d’accointances idéologiques. Quel genre de municipalité joue le jeu idéologique d’une petite bande de leaders autoproclamés au nom d’un progressisme finalement tyrannique ? Que penser du rapport au droit et à la justice de cette municipalité ? Quel sens donner à ce qui semble être la volonté d’Anne Vignot de ne pas faire état de l’innocence du directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts ?  Y aurait-il convergence d’idéologie et d’intérêts à se saisir de l’occasion de se payer un coupable idéal ? »

Enfin, le grand classique qui consiste à mettre en avant l’excellence académique du personnage et de l’école :

« Nous ne laisserons pas et refusons de voir sombrer une institution culturelle qui, depuis la nomination de Laurent Devèze au poste de directeur, rayonnait nationalement et internationalement (comme le prouvent les excellentes notations accordées par l’HCERES – Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur), ni bafouer un homme dont la longue et brillante carrière n’est entachée d’aucune faute. »

Voilà, on ne peut pas critiquer un homme brillant et une école qui rayonne. ESR-Style.

Par Arnaud 25 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65901187

Conférence de Laurent Devèze (mi Socrate / mi Zeus) critique d’art, professeur, et directeur de l’école. Crédit: Arnaud 25, 2018

Sur Academia

  1. Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020
  2. Un harcèlement peut en cacher un… ou deux autres, 1er octobre 2020
  3. Caméra au poing, 11 octobre 2021
  4. Les garçons innocents et l’obsédé coupable, 10 décembre 2021
  5. Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?, 29 décembre 2021
  6. Harcèlement. Comment les institutions faillissent, 9 février 2021
  7. Harcèlements à l’Université de Paris. Communiqué intersyndical au sujet du Département d’études psychanalytiques, 15 février 2021
  8. Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition, 23 février 2021
  9. La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles, 2 mars 2021
  10. Violences sexistes et sexuelles à l’UPEC: un enseignant-chercheur sanctionné… et aussitôt détaché, 23 mars 2021
  11. « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021
  12. Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne, 30 mars 2021
  13. Omerta dans l’enseignement supérieur – L’ISBA de Besançon : un cas d’école, 30 mars 2021
  1. Sur Academia, les réactions oscillent entre déni et omerta. Voir Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020 ou plus récemment « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021; Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne, 30 mars 2021. []

1 réflexion sur « L’ISBA de Besançon : déni, « ESR-style » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.