Contribution de la CP-CNU à la concertation article 5, mars 2021

Préambule aux réponses de la CP-CNU au questionnaire en vue de la concertation

Le questionnaire proposé par la DGRH en vue de la concertation engagée par le Ministère sur l’article 5 de la LPR a été soumis à toutes les sections du CNU et la contribution écrite de la CP-CNU est une synthèse des réponses des sections. Il ressort de la consultation des membres des sections une très grande colère qui est le résultat de l’adoption de la LPR et qui tient tant à la méthode qu’au contenu de cette concertation.

Même si nous considérons tout à fait légitime que le CNU soit associé à la réflexion sur la mise en oeuvre de l’article 5 de la LPR, nous ne pouvons que dénoncer une nouvelle fois cet article, surgi à la dernière minute lors des discussions au Sénat.

Madame la Ministre, ses deux derniers cabinets en date ainsi que la DGRH ont affirmé à plusieurs reprises aux membres du bureau de la CP-CNU que la LPR ne concernait pas le CNU et n’en modifierait pas les prérogatives, raison sans doute pour laquelle le CNU n’a à aucun moment été associé aux travaux préliminaires à l’élaboration de cette loi. Que la réflexion sur les modifications d’accès à l’emploi statutaire des enseignants-chercheurs intervienne en aval de l’élaboration de la loi et de son adoption semble pour le moins contraire à ce que doit être une concertation pensée collectivement.

Par ailleurs, comment donner crédit à cette démarche alors même que des négociations ont été menées en amont du début de la concertation avec certaines sections du CNU ? Cette stratégie de division est d’autant plus désolante que les demandes de rencontres récurrentes avec plusieurs partenaires (les rapporteurs, le cabinet, la CPU) que nous avons adressées aux trois rapporteurs se sont vu opposer une fin de non-recevoir. Il en ressort une étrange conception de la concertation qui, sur des sujets aussi cruciaux que ceux soulevés dans le questionnaire, aurait bénéficié d’échanges entre les différentes parties concernées.

De la même manière, nous nous étonnons du contournement de l’instance nationale lorsque, à l’insu là encore du bureau de la CP-CNU et de sa présidente, certains présidents de groupes ont été invités à des auditions par les trois rapporteurs désignés par la Ministre. Que tous les présidents de groupes soient invités à participer à la concertation est d’une utilité incontestable, à la seule et unique condition que cela se fasse dans un esprit de coordination qui relève des fonctions de l’instance nationale. Enfin, le climat politique délétère actuel et la crise qui bouleverse les universités ne permettent pas une concertation sereine. En dépit des attaques répétées contre l’Université, les sections du CNU se sont mobilisées pour faire des propositions que le bureau de la CP-CNU a synthétisées dans les pages ci-après.

Pour consulter Contribution de la CP-CNU à la concertation article 5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.