La Turquie arrête 50 personnes supplémentaires après des manifestations universitaires

D’après une dépêche publiée par Reuters le 26 mars 2021, la police turque a arrêté au moins 50 personnes qui manifestaient devant un palais de justice vendredi, dans le cadre des protestations ,qui durent depuis près de trois mois, concernant le choix du recteur de l’université Boğaziçi (Université du Bosphore, Istanbul) par le président Tayyip Erdogan.

« Les couleurs qui ont provoqué les détentions hier sont parmi nous … » (Traduction, probablement approximative, fournie par Google Translate. Tweet de @sinanerensu, 26.03.2021

Les manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice central de Caglayan à Istanbul pour soutenir une vingtaine d’étudiant·es détenu·es jeudi sur le campus de l’université Bogazici.

Des images vidéo ont montré vendredi la police anti-émeute entraînant les manifestant·es dans des bus de police après des échauffourées. On a entendu des étudiant·es scander des slogans tels que : « La pression ne nous fera pas céder ».

Les manifestations à Bogazici ont commencé début janvier et se sont brièvement étendues à Istanbul et à d’autres villes en février, entraînant la détention de 600 personnes et quelques affrontements avec la police.

Les veillées se sont poursuivies sur le campus, les étudiant·es et les universitaires se réunissant quotidiennement pour protester contre la nomination, selon eux antidémocratique, de Melih Bulu, universitaire et ancien candidat politique, au poste de recteur.

Le gouvernement a maintenu cette nomination et Bulu a déclaré qu’il resterait en poste.

Les manifestations de jeudi ont éclaté à la suite d’une enquête menée par l’université sur un étudiant pour avoir porté un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT) – lors de manifestations antérieures.

Sept étudiant·es ont été jugé·es la semaine dernière pour avoir incité à la haine en affichant une photo combinant des images islamiques et des drapeaux arc-en-ciel LGBT. Lorsque l’image a circulé sur les médias sociaux, les autorités ont répondu par ce que les États-Unis et les Nations unies ont décrit comme une rhétorique homophobe.

Le ministre de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a qualifié à plusieurs reprises les étudiant·es de « déviant·es LGBT ». Erdogan a fait l’éloge de l’aile jeunesse de son parti au pouvoir, l’AKP, qui est d’obédience islamiste, en affirmant qu’il ne s’agissait pas de « jeunes LGBT ».

Traduction avec l’aide de deepl.


Rappel:
Conférence en ligne, 30.03.2021: Menaces sur les universitaires. Perspectives croisées depuis la Turquie, la France et la Suisse

Sera présente au débat, Zeynep GAMBETTI, Professeure de théorie politique à l’Université de Boğaziçi, Turquie.

Pour plus d’info: https://academia.hypotheses.org/31825


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.