Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

« Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir »

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le « président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur » est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du « président du collège » du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

« Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin! » @frederiquevidal, 15 mars 2021

Et qui semble prendre son temps, rappelons que Thierry Coulhon a été nommé le 30 octobre dernier président du collège du HCERES, tout en étant encore conseiller à l’Elysée… 30 octobre – 19 février, cela représente 112 jours pour sortir un arrêté de trois lignes. Certes, la ministre était tenue à cette décision — le président du collège du HCERES étant membre de droit du Collège de déontologie — mais la lenteur à laquelle intervient le remplacement de Michel Cosnard pose question. On peut se demander si l’absence flagrante d’« l’enthousiasme » que traduit cette nomination n’essaye pas d’éviter d’ajouter davantage de confusionrue Descartes à la collection de  fragrances de conflits d’intérêt et de petits arrangements entre amis au cours de l’année écoulée. Certains esprits chagrins ne manqueront pas de faire le rapprochement entre l’enthousiasme de la ministre et « l’ambiance » saisie par le ou la photographe de Vidal sur cette photo du 15 mars dernier sensée illustrer des « échanges » (mêmes pas qualifiés de fructueux !) entre les deux dirigeants de l’ESR.

Détail accablant : le portrait du monarque présidentiel, épinglé au mur, semble fuir la rencontre dans une étonnante perspective par miroir interposé : elle évoque une fin de mandat que les deux personnages, engoncés dans leur fauteuil club, semblent contempler avec inquiétude dans le rétroviseur de l’Histoire.

Le texte continue : « en remplacement de Michel Cosnard, appelé à d’autres fonctions« .

Tiens donc, l’ancien président du collège du HCERES, dont le mandat a pourtant pris fin en octobre 2019, était toujours membre du collège de déontologie. Cela mérite à présent un bref retour en arrière sur le rôle de cette instance dans la nomination de T. Coulhon… Nous sommes en mars 2020. La situation publique de conflit d’intérêts devenant difficilement tenable eu égard à la rocambolesque procédure concoctée par l’exécutif pour parachuter T. Coulhon au HCERES, après sa mise en cause publique au Sénat, la ministre se voit contrainte d’interrompre le processus et de saisir le collège qui rend son avis le 29 mai 2020. Comme l’a analysé Academia, la solution pour le moins alambiquée aux yeux de l’honorable corps de déontologues était donc de recommencer la procédure d’appel à candidature, en prenant bien soin de ne pas fermer la porte à une nouvelle candidature de T. Coulhon !

« Merci Michel pour avoir maintenu ton pied dans la porte », aura certainement dit le bénéficiaire de cette très curieuse indulgence du collège sur l’imbroglio pourtant accablant d’une telle candidature pilotée depuis l’Élysée.

*
*   *

Mars 2020 – mars 2021, fin de l’histoire : T. Coulhon, le conseiller élyséen installé aux commandes du HCERES et entouré dorénavant d’un cabinet délicieusement macroniste, devient donc officiellement membre du collège de déontologie de la recherche française, instance chargée de faire « respecter les obligations déontologiques et à prévenir ou faire cesser toute situation de conflits d’intérêts« .

Chapeau bas.

Celui dont Academia saluait précisément les performances sportives dans les épreuves de conflit d’intérêts en épreuve individuelle et en bande organisée a maintenant les coudées franches pour faire partager à ses éminents collègues son incroyable expérience personnelle en la matière.L’expérience du terrain et la pratique intensive au plus haut niveau, Mesdames et Messieurs, il n’y a que cela de vrai. Cela va sans dire.

« La déontologie écrasée par le conflit d’intérêt. Allégorie ». Ferrari 360 Spider écrasée par une chenille (sd, sn)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.