L’érosion du nombre de postes aux concours d’enseignant·e–chercheur·e se poursuit

Tweet original de Manuel Tunon de Lara.

Il y a des jours où il aurait mieux valu tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le 24 mars 2021 était un de ces jours pour le président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ce dernier s’est félicité de sa rencontre avec Richard Ferrand et en a profité pour mettre en avant l’ambition d’une Université française constructive.

C’était sans compter sur une information parue plus tôt dans la matinée : le nombre de postes maximal qui pourront être ouverts aux concours MCF et PR pour l’année 2021. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Université. On apprend ainsi dans le Journal Officiel qu’un maximum de 1 189 postes de MCF pourront être ouverts, alors que les PR devront se contenter de 746 postes. Allons plus loin dans l’analyse en quantifiant la dynamique du nombre de postes proposés aux concours.

Evolution du nombre maximal de postes proposés aux concours MCF (courbe orange) et PR (courbe bleue) entre 2010 et 2021. Source : Journal Officiel, legifrance.gouv.fr

Le constat est sans appel. Entre 2012 et 2021, le nombre de postes maximal de MCF est passé de 2099 à 1189, soit une diminution de 910 postes représentant une baisse de 43 %. Un peu moins de la moitié des nouveaux postes ont donc été supprimés en à peine 10 ans. Pour les PR, ce sont 710 postes proposés en moins, soit une baisse de 49 %.

Pour remettre ces chiffres dans le contexte plus général de l’état de l’Université, rappelons que le nombre d’étudiant·es ne fait qu’augmenter sur la même période alors que le nombre d’enseignant·es ne fait lui que diminuer. Alors même que de nombreux·ses jeunes (et moins jeunes) docteur·es souhaitent ardemment devenir enseignant·e–chercheur·es, et donc que le vivier de candidat·es n’est pas le problème, nos dirigeant·es continuent de couper les vannes d’accès au statut d’EC. Pourtant, la Loi de programmation de la recherche, appliquée depuis le 24 décembre 2020, était censée donner des moyens conséquents à l’Université et à la recherche. Il faut croire que ce ne sera pas pour cette année.

Graphique à retrouver dans un tweet de Julien Gossa.

Notons tout de même que le nombre maximum de postes ouverts aux concours ne raconte pas toute l’histoire. Il serait tout à fait possible que les universités n’aient jamais eu besoin de se saisir de l’ensemble des postes, et donc qu’une diminution du nombre maximal de postes pourrait ne pas avoir d’incidence sur les recrutements réels. Malheureusement, ce n’est pas le cas comme le montre très bien Guillaume Miquelard à travers son suivi des postes proposés, publiés et pourvus. Diminuer le nombre de postes maximal, c’est diminuer de facto le nombre d’EC recruté·es.

Tweet original par Guillaume Miquelard. Une analyse plus détaillée (mais avec des données plus anciennes) sont à retrouver sur son site web.

Si la très légère augmentation entre 2019 et 2020 pouvait laisser penser que la dynamique s’inverserait, les chiffres publiés cette année dans le JO montrent malheureusement qu’au mieux nous sommes sur un plateau bas, et qu’au pire l’érosion du nombre de nouveaux postes repart à la hausse.

Sea erosion at Valiyathura Kerala, India by BHAVAPRIYA J U/Wikimedia – CC BY SA

Manuel Tunon de Lara prône donc une vision bien paradoxale de l’Université française : prétendument constructive et ambitieuse alors qu’elle continue de sabrer dans ses effectifs de titulaires pour miser sur une précarité toujours plus forte et prégnante d’une majorité de son personnel. Tout cela alors même que les effectifs étudiants s’envolent, ce qui était tout à fait prévisible avec le pic de naissances de l’an 2000, et que les conditions d’enseignement sont dégradées pendant cette pandémie ; elle aussi largement prévisible depuis un an qu’elle s’est installée.

La rentrée 2021 sera difficile, voire impossible, pour toutes et tous : Enseignant·es–chercheur·es, BIATSS, précaires et étudiant·es. Nous sommes prévenu·es.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.