« E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon

Omerta mode d’emploi #11

← Article précédent

Article suivant →

Update 24/3/2021. On informe Academia de la venue de l’inspection générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche (INGÉSR). #ResistESR

Le 25 février dernier, une centaine d’étudiant·es ont manifesté sur le campus et placardé des affiches sur la porte de la direction générale des services avec ces slogans : « Violences sexistes, école complice », « Stop à l’impunité » ou encore « Pinton démission ». « Une provocation », selon le président de l’école.  Trois semaines plus tard, c’est une lumière crue qui est jetée sur l’ENS de Lyon à l’occasion d’une série d’articles parus entre hier et aujourd’hui sur France info (Juliette Campion), dans Mediacités Lyon-Mediapart (Jennifer Simoes) et Libération (Cécile Bourgneuf) pose désormais la question de savoir si Jean-François Pinton, le directeur de cette école prestigieuse formant les futur·es universitaires et les cadres de la haute fonction publique, peut encore rester à son poste.

Depuis 2018, les viols et les agressions sexuelles, comme le déni de l’administration de l’ENS de Lyon sont bien documentés, grâce à un long article de Béatrice Kammerer pour Mediacités Lyon1. Deux ans et demi plus tard, les élèves, leurs représentant·es et les représentantes CGT du personnel sont en colère2. C’est l’attitude de la direction de l’ENS de Lyon qui a mis le feu aux poudres. À l’occasion d’un CHSCT le 5 février 2021, censé trouver des solutions pérennes aux violences sexistes et sexuelles, l’attitude de la direction a sidéré les membres élues, au point où au moins une d’entre elles est arrêtée depuis. Sous couleur de monter un numéro vert — pardon une « cellule d’écoute » – le directeur laisse paraître dans ses discours et ses actes son absence totale de volonté d’agir contre des violences qui menacent la santé et la sécurité, mais aussi l’avenir professionnel des étudiant·es et des enseignant·es.

La porte du bureau du président de l’ENS Lyon, le 25 février 2021. (Juliette Campion, France info)

Car les témoignages rapportés sont abominables. Il faut lire ce que les articles relatent pour saisir la mesure de l’horreur, dont les ramifications vont jusqu’à l’École normale supérieure de Tunis. Viols, chantages à la note, agressions sexuelles par dizaines : voilà ce que, en l’absence de structure d’écoute ou de dispositifs d’inscription ou de registre  pour les rapporter, recueillent des élu·es désemparé·es, qui mettent plusieurs jours à se remettre des témoignages reçus. Pourtant, ces étudiant·es, qui demandent des actions et un discours clairs de l’administration, sont aussitôt mis·es en accusation par la direction de l’ENS. Béatrice Kammerer, la journaliste qui avait sorti la première un article sur le déni des violences sexuelles à l’ENS de Lyon, a rapporté à Academia combien les étudiantes féministes des Salopettes avaient été « courageuses » ; les articles document que les élu·es étudiant·es en général n’ont pas la tâche facile, au contraire. Qui plus est, en dehors de l’intimidation des élèves et des étudiant·es, la sanction n’est pas prévue. Et pour cause, aucune section disciplinaire n’a été créée depuis l’arrivée de Jean-François Pinton en 2014.

 

Le 25 février, le directeur de l’ENS parlait de « provocation » étudiante. Celui-ci, ami de longue date de Frédérique Vidal — qui a reçu le signalement de la CGT Fercsup le 24 févier 2021, sans aucun effet — pense-t-il disposer d’un totem d’irresponsabilité en raison de cette relation privilégiée ? La provocation, après la démission de Frédéric Mion de Science Po Paris, serait désormais que Jean-François Pinton reste en poste.

Il en va non seulement de la santé et de la sécurité des membres de la communauté universitaire normalienne, mais désormais de la réputation de l’École normale supérieure de Lyon.

Crédit bandeau: Collages féministes Lyon, mars 2021


Revue de presse

Crédit: Guillaume Bernard, mars 2021

Extraits

Sur la base de 165 réponses (63 % de femmes et 36 % d’hommes), près de la moitié des répondantes (46 %) disent avoir subi des discriminations sexistes. Un quart d’entre elles (26 %) confient avoir subi plusieurs fois des attitudes suggestives, obscènes ou gênantes, et 15 % des agressions sexuelles sous la forme de gestes déplacés sur les parties sexuelles. 9 % déclarent avoir été embrassées de force, plusieurs fois pour certaines. « Les collègues et camarades de classe sont cités par la majorité des répondantes-victimes comme étant à l’origine du harcèlement », précise Françoise Morel-Deville, élue CGT, devant les personnes extérieures à l’école et les supérieurs hiérarchiques. Le rapport indique enfin que les faits rapportés se sont déroulés en grande majorité dans les locaux de l’ENS, mais aussi dans le cadre de missions et de déplacements académiques ou sur le trajet domicile-travail.

Face à ces chiffres et alors que des représentantes du personnel reprochent à la direction de ne toujours pas prendre la mesure du problème – elles pointent l’absence d’une « procédure de signalement et de recueil de témoignages » –, le ton monte. « Il faut bien mesurer les mots utilisés », tance le directeur général des services, Lyasid Hammoud. « De nombreuses affaires de viol ont émergé à l’ENS de Lyon, il est temps que cela s’arrête ! », réplique, agacée, Camille Borne (CGT), qui dénonce « le déni » et « le charabia » de l’école. Les élus étudiants lui apportent leur soutien. Jean-François Pinton en appelle « à la modération », alors que la conseillère prévention, Anouk Bedino, quitte la réunion, « en raison du stress induit par le déroulement de la séance ».

« Oui, la réunion a été très violente, commente Camille Borne. On attendait de la part de l’école une position claire et honorable. Qu’on nous dise : “Oui, il y a des viols et des agressions mais on va s’en sortir. On va tout faire pour que cela ne se reproduise plus.” Car c’est ici, dans l’antichambre du pouvoir, qu’on peut éviter les scandales à venir. »

Ce 5 février a laissé des traces. Plusieurs élues nous ont confié avoir vécu cet échange comme une négation des violences qui s’exercent sur les étudiantes, les enseignantes et les chercheuses de l’ENS. Une semaine plus tard, pour répliquer à la médiatisation de cet incident sur les réseaux sociaux, Jean-François Pinton s’est fendu d’un mail sur la boîte utilisée par l’ensemble des personnels afin d’assurer que « le sujet de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles est trop important pour ne pas laisser la place à la mesure et au dialogue ». Mediapart

Signalement à la ministre des violences sexistes et sexuelles, en particulier à l’ENS Lyon, par la CGT Ferc Sup, 24 février 2021

Crédit bandeau: Collages féministes Lyon, 25 février 2021

Sur Academia

  1. Pour l’ENS Paris, signalons « Sexisme, homophobie, racisme… ou paillardise à Normale Sup ?« , de Renaud Renaud, Rue89-L’Obs, 16 novembre 2016. []
  2. Sur Academia, voir notamment Contre le déni par la Présidence de l’ENS de Lyon, du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles, organisons-nous ! Communiqué interassociatif, 21 février 2021 ; Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition, 23 février 2021; La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles, 2 mars 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.