Éthique et intégrité scientifique : la recherche est-elle « vérolée » ?

  • par Omar El Hamoui, doctorant en physico-chimie

Parmi  les nombreux débats autour de la question de la qualité des recherches scientifiques, il y en a un qui a récemment animé les réseaux sociaux et nourrit la discorde entre certains médecins et scientifiques : celui de l’intégrité de la recherche. Selon certains (notamment parmi les premiers), la recherche serait « vérolée » : elle serait composée de fraudeurs d’un côté, et de complices silencieux de l’autre. Au diable la nuance et les données qui viendraient éventuellement étayer cette idée. Cette petite polémique est l’occasion de nous pencher plus rigoureusement sur cette question relevant de l’éthique et de l’intégrité scientifique. Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression, qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques.

Méconduites scientifiques : de quoi parle-t-on ?

Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression,  qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques. Les méconduites scientifiques regroupent un ensemble de pratiques transgressant les règles d’intégrité scientifique. On compte parmi celles-ci les fraudes. Une fraude est tout simplement une démarche intentionnelle de tromper le lectorat scientifique, outrepassant les règles d’intégrité à travers la falsification ou la fabrication de données, et le plagiat. Elle peut prendre plusieurs formes, par exemple le cherry-picking de données (pour améliorer artificiellement son coefficient de corrélation ou sa valeur p par exemple), la création de toutes pièces d’une table de valeurs, la fabrication de faux documents historiques, l’invention d’extraits d’entretiens, le traitement exagéré de certaines données tronquées pour y pouvoir en formuler une interprétation qu’on sait erronée… Les pratiques relevant de la fraude scientifique ont l’avantage d’être définies par des lois dans beaucoup de pays, ce qui doit pousser à une grande prudence lorsqu’on accuse des auteur.ices de fraude, sous peine de verser dans la diffamation.
Cependant les méconduites ne se résument pas aux fraudes. En effet, il existe toute une zone grise, plus ou moins reconnue par les institutions, couvrant un large spectre de pratiques qu’on sait douteuses, et qui inclut entre autres des erreurs sincèrement maladroites. L’OCDE fournit une classification de ces méconduites, dont cette zone grise, et des réflexions sont menées en permanence dans l’objectif de réformer nos définitions, notamment pour mieux reconnaître ce qui relève des mauvaises pratiques et in fine en réduire l’occurrence.

Quels domaines sont concernés ? De toutes évidences ce problème touche toutes les sciences. Des cas de méconduites ont été découverts dans quasiment toutes les disciplines, allant de la physique – par exemple la fameuse histoire de Jan Hendrick Schön qui aurait découvert en 2001 un prétendu  procédé de transformation de matériaux non-conducteurs en semi-conducteurs – à l’archéologie – par exemple Shinishi Fujimura qui a enfoui de faux objets archéologiques lors de fouilles entre 1981 et 2000. Il s’agit là de quelques cas qui ont été fortement médiatisés, mais comment peut-on quantifier l’ampleur des fraudes ?

Misconduct Tavern, Philadelphia, PA. Crédit: mtwong26

La mesure du problème

Il y a la technique du questionnaire : on demande  à un ensemble de chercheur.euses de répondre anonymement à des questions sur leurs pratiques afin de savoir s’ils ou elles ont déjà étés coupables de méconduite scientifique. Ainsi, en 2005, dans un sondage auprès de chercheur.euses états-unien.nes dans le domaine biomédical, un tiers des répondant.es ont admis avoir transgressé au moins une fois les normes d’intégrité, et en 2009 une méta-analyse de données issues d’enquêtes de ce type estimait à 2% la proportion d’individus ayant fraudé. Mais cette méthode d’analyse comporte beaucoup de limites. Elle apporte des renseignements importants dans certains contextes d’études sur l’expérience des personnes interrogées, mais elle se base essentiellement sur des impressions personnelles qui ne reflètent pas forcément leurs pratiques effectives.

Un autre indicateur est le nombre de rétractations d’articles. En effet, la rétractation d’articles est une procédure exceptionnelle pour une revue scientifique, souvent imposée en cas de problèmes graves retrouvés dans un article, tels qu’une fraude. Ces dynamiques sont étudiées depuis plusieurs années maintenant, notamment par des chercheurs qui se sont spécialisés dans l’analyse de l’inconduite scientifique tels que Daniele Fanelli, John Ioannidis, Ferric Fang, Elisabeth Bik…

Une première chose à noter est l’évolution du nombre de rétractations. En une décennie, il a été multiplié par 10 alors que dans la même période, le nombre de publications n’a été multiplié « que » par 1,5. Cela nous fait un taux de rétractation de 0,02% (1-2 articles pour 10 000). Un peu moins de la moitié de ces rétractations est due à des cas de méconduites scientifiques, donc une grande majorité concerne des erreurs honnêtes ou un problème de reproductibilité des résultats (qui est encore un autre sujet). Cependant, cette répartition reste inégale selon les champs de recherche. La recherche biomédicale a beaucoup attiré l’attention : 75% des rétractations dans ce domaine réfèrent à des cas de fraudes, ce qui est une estimation plus pessimiste que la première. On y retrouve notamment les fraudes à la manipulation d’images. Que ce soit les gels d’électrophorèse ou photos de microscopie, il y a une concentration particulière de traitements malhonnêtes de ces données1.

Nous pourrions nous arrêter ici : vu ces chiffres, il est faux d’affirmer que les cas de méconduites scientifiques sont légion dans la recherche mais la situation semble se détériorer et on assisterait bien à une braderie de l’éthique scientifique. Toutefois, d’autres aspects du problème sont à prendre en compte. Depuis une poignée d’années, on se rend compte que de nombreux de facteurs de confusion brouillent l’analyse rigoureuse de ces chiffres.

Plus de rétractations = plus de méconduites ?

Tout d’abord, l’augmentation spectaculaire du nombre de rétractations s’est avant tout accompagnée d’une augmentation tout aussi remarquable de la part de journaux qui rétractent. Mais le nombre de rétractation par journal n’a pas tant évolué que ça. Cela signifie que cette augmentation spectaculaire du nombre de rétractations ne correspond pas nécessairement à une hausse de la prévalence de fraudes, mais plutôt à la mise en place récente et plus globale de pratiques éditoriales visant à les corriger et à lutter contre leur parasitage de la littérature scientifique. Ensuite, il y a une répartition très inégale de la prévalence des potentielles méconduites scientifiques selon les pays. Les facteurs qui influencent l’intégrité sont politiques, socio-culturels, économiques, concernent l’organisation de l’évaluation par les pairs, la pression à publier beaucoup et rapidement, etc. Ainsi, certaines analyses laissent supposer que les pays les plus concernés par les cas de méconduites sont les pays qui n’ont pas mis en place de politiques de formation et de préservation de l’intégrité scientifique, avec une faible culture de l’évaluation par les pairs, privilégiant les rétributions au nombre d’articles publiés (ce qui mène à de la corruption) et investissant peu dans la recherche nationale. Cette liste est majoritairement composée de pays en voie de développement, mais au sein des pays en tête du classement on trouve l’Australie, la Chine et la Turquie.

Quid de la France ?  Il s’avère qu’elle fait partie des pays les moins touchés par ce problème, si on se réfère au nombre moyen de rétractions par rapport à l’ensemble des publications scientifiques françaises (moins de 0,5 papier rétracté en moyenne par auteurs multi-retractés).
Pour obtenir ce genre de résultat, il faut éliminer un facteur de confusion important : les auteurs fraudeurs prolifiques. En effet, lorsqu’un auteur concentre énormément d’articles rétractés, il aura tendance à  faire augmenter le taux moyen d’articles rétractés par auteur. Autrement dit, pour comptabiliser les cas de méconduites scientifiques à l’échelle nationale, il est peu pertinent de prendre en compte des cas isolés tel que celui de Didier Raoult dans le calcul de la moyenne. Ce choix méthodologique est évidemment intéressant lorsqu’on cherche à corréler l’intégrité d’une communauté scientifique d’un pays à des facteurs socio-culturels, mais cela ne signifie évidemment pas que la question des mandarins fraudeurs en série est inintéressante.

On connaît aujourd’hui des histoires d’auteurs prolifiques au manque d’intégrité tel que leurs méconduites ont coûté des vies. L’un des cas les plus tragiques étant celui de l’anesthésiste allemand Joachim Boldt, dont les travaux, rétractés aujourd’hui, ont durant un temps influencé certaines pratiques médicales mettant ainsi en danger plusieurs patient.es. Parce que les résultats de recherche peuvent avoir des implications concrètes sur nos vies et nos sociétés, en motivant des pratiques ou en inspirant des décisions politiques, il faudrait être intransigeant avec toute forme de manquement à l’intégrité scientifique. Cependant, et quel que soit le pays, les chercheur·euses travaillant sur les questions d’intégrité s’accordent pour dire que les cas extrêmes comme ceux de Raoult, Peyroche, Boldt et al. restent marginaux. Ce sont des cas de fraudes ou méconduites exceptionnels, loin de refléter les pratiques normales dans les domaines concernés.  Néanmoins ces cas sont les plus médiatisés, ce qui conduit à donner une image biaisée du problème des méconduites scientifiques.

Il est intéressant de noter que les recherches sur les méconduites scientifiques ont remis en cause l’influence d’un facteur souvent évoqué comme cause de ces problèmes, il s’agit de la culture du publish or perish.  Il semblerait que les pays entretenant cette culture, dont la France (cocorico), restent moins touchés. La pression à la publication n’entacherait pas tant la rigueur et l’honnêteté intellectuelle. Toutefois, le publish or perish pousserait à délaisser l’enseignement, à éprouver un plus grand stress, à publier des résultats peu pertinents par exemple en disséminant les données et résultats d’une recherche en plusieurs articles distincts plutôt qu’en un seul papier cohérent.

Enfin, il faut également tenir compte du fait que certains articles font l’objet de corrections après publication. En effet, si des erreurs sont repérées, la plupart des auteur.ices vont d’elleux-mêmes solliciter la revue l’ayant publié afin de les corriger. Cette pratique pourrait être encouragée dans une certaine mesure, tant qu’il ne s’agit pas de modifier le contenu même d’une publication ou de délaisser la rigueur lors de la rédaction sous couvert de corrections ultérieures. Il s’agit avant tout d’essayer de développer de meilleures pratiques, notamment au niveau de la révision par les pairs et des politiques en faveur de l’intégrité, tout en diminuant la pression  à publier beaucoup et rapidement afin de faire avancer sa carrière académique ou simplement trouver un poste. La correction post-publication constitue un stigmate moins lourd à assumer que celui de la rétractation pour une méconduite parfois involontaire. Au contraire celle-ci pourrait même être considérée comme un signe de probité.

*
*   *

Conclusion : une recherche imparfaite mais très majoritairement intègre

Les méconduites scientifiques restent des pratiques marginales qui sont inégalement réparties selon les pays et les domaines de recherche. Beaucoup de mythes existent sur ce sujet, parce que nous avons tendance à en discuter en nous basant sur notre expérience personnelle et/ou nos propres impressions du phénomène sans prendre en compte les recherches menées sur le sujet. Or, en s’y penchant, on se rend compte que ces problèmes ne sont pas nouveaux, et que leur prise en considération s’accentue au fil des années. Nous sommes loin d’une recherche « vérolée ».

Les nombreuses analyses dont on dispose pour tenter de mesurer l’ampleur des méconduites nous permettent d’avoir une vision globale du sujet, bien que ces méconduites restent difficilement quantifiables de manière précise en raison des biais propres à chaque type d’analyse. Sans aller jusqu’à idéaliser notre situation, il apparait que l’écrasante majorité de la recherche scientifique reste heureusement intègre. Si nous étions toutes et tous corrompu·es dans le milieu, comment pourrions-nous analyser le plus précisément possibles des cas de méconduites? Comment ferions-nous pour les condamner ?

Bien évidemment, la rétractation des publications visées n’est certainement pas une réponse suffisante en cas de méconduite, mais la prise de décision quant aux condamnations possibles n’est pas le simple fait des chercheur·euses et n’a donc rien à voir avec un supposé aveuglement de leur part sur ce sujet. On sait que les atteintes à l’intégrité salissent le travail et l’image de la recherche, et qu’elles ont également des implications matérielles et sociales importantes. Mais il n’y a pas d’omerta généralisée au sein de la recherche. Nous sommes aujourd’hui beaucoup plus préoccupés par la prolifération de publications à la qualité aléatoire (pour ne pas dire médiocre), et ceci pour de multiples raisons, notamment politiques et managériales.  Il est important de ne pas amalgamer la méconduite scientifique avec la science « bas de gamme », qui est un autre problème ne dépendant pas nécessairement de la question de la probité.

Enfin, afin de lutter contre ces problèmes il conviendrait de défendre la formation à l’intégrité scientifique et de développer des dispositifs sécurisés de signalement de cas de méconduites.  N’oublions pas que se pose également la question de notre propre situation lorsqu’on est confronté à un cas de méconduite de la part de supérieurs hiérarchiques, notamment pour les personnes en situation précaire dans le milieu académique (doctorant·es, post-doctorant·es, ATER…). Est-ce un manque d’intégrité de s’en indigner mais de craindre les répercussions sur notre carrière en le signalant ? Si le sujet de l’honnêteté scientifique vous afflige au point de vous insurger d’un prétendu silence généralisé dans le milieu, alors il serait de bon ton de militer pour la mise en place de ce genre de dispositifs.

Merci à Charlotte Barbier pour sa relecture.

  1. Pour plus d’informations concernant les bonnes pratiques pour la manipulation d’images, l’Office ResearchIntegrity (USA) propose un guide. []

1 réflexion sur « Éthique et intégrité scientifique : la recherche est-elle « vérolée » ? »

  1. Merci Omar pour cet article vraiment très intéressant !

    Je viens juste signaler un petite erreur quand au lien vers lequel dirige le guide des bonnes pratiques pour la manipulation d’images : il y a un « ) » en trop à la fin de l’URL, provoquant une erreur 😉 Ça vaudrait le coup de la retirer, du coup ^^

    FlatKos, du serveur discord d’entraide et débats en SHS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.