Soutien à notre collègue Rachele Borghi. Communiqué de la Commission de Géographie Féministe du CNFG, 22 mars 2021

Depuis plusieurs semaines, les propos répétés de Frédérique Vidal, qui prétend que l’université et la recherche publiques françaises sont « gangrénées » par un supposé « islamo-gauchisme », ont déclenché de nombreuses attaques, individuelles et collectives, contre des collègues et leurs travaux. Ces attaques, qui devraient se limiter à des débats d’idées, dérivent dangereusement vers des dénonciations calomnieuses de la part de certain·es personnalités universitaires qui se servent des privilèges que leur accordent à la fois leur statut dans le monde académique et leur notoriété liée à la multiplication de prises de parole dans la sphère, pour simuler un débat scientifique alors que dévoyant toute rigueur scientifique.

Dans ce contexte de remise en cause des libertés académiques et d’assauts (politiciens et médiatiques) contre les sciences sociales et celles et ceux qui les font, la commission de géographie féministe du CNFG souhaite réagir aux attaques portées par Nathalie Heinich à deux reprises contre notre collègue Rachele Borghi : une première fois dans l’émission « le temps du débat » diffusée le 22 février dernier sur France Culture, puis dans un article publié le 4 mars sur le site de  l’observatoire du « décolonialisme » (sic) intitulé « La militantisation de la recherche, et ses ravages ».

En critiquant les travaux portant sur les pratiques de l’espace de la plage par les lesbiennes — publiés notamment dans L’Espace Politique, une revue à comité de lecture dont les articles sont donc évalués anonymement par des scientifiques — elle tente de disqualifier sans autre forme de procès la géographie des sexualités comme un domaine de recherche légitime. Nier que les sexualités se déploient dans l’espace c’est faire comme si l’intime, le privé n’étaient pas politiques, ce qui renforce la répression des sexualités dissidentes à la norme et les politiques sexuelles réactionnaires. Chercher à museler les recherches dans ce domaine revient à se mettre au service d’un projet politique précis et qui ne va pas dans le sens d’une plus grande liberté.

À la volonté de discréditer les travaux de Rachele Borghi, s’ajoute la remise en cause de la pertinence de son recrutement à l’université, au seul motif que celle-ci revendique un positionnement politique queer et féministe. Or, on peut s’étonner que Nathalie Heinich parle d’une « activiste » qui « vient d’être recrutée pour enseigner à la Sorbonne » alors que Rachele Borghi a été recrutée en 2013. Ces termes rappellent en effet directement ceux des différents sites qui ont violemment attaqué la chercheuse après son élection, tels que l’observatoire (encore un) « de la théorie du genre » animé par le syndicat étudiant d’extrême-droite UNI, les sites conspirationnistes Diatala ou Fawkes news, les sites catholiques réactionnaires Gloria TV ou le Salon beige, ou encore le site d’Égalité & Réconciliation. Alors qui sont les idéologues ? Et qui sont les militant·es ? La rigueur scientifique ne peut être atteinte que lorsque le ou la chercheuse précise son positionnement politique, plutôt que de prétendre qu’elle n’en a pas ou qu’elle opère une distinction étanche entre son militantisme et sa recherche.

Ces attaques font suite à un premier article publié anonymement le 19 janvier sur le site de l’Observatoire du décolonialisme, moquant et caricaturant les travaux de Rachele Borghi, et renvoyant toute tentative de protestation qui n’aurait pas assez « d’éléments en commun » avec son auteur à une « polémique stérile ». Des propos similaires ont été repris dans un article publié dans le magazine Marianne le 26 février dernier, qui voit dans les études de genre le « bastion » de la « nébuleuse » islamo-gauchiste et donc un domaine de recherche illégitime. Les deux médias se posent comme des remparts aux idéologies identitaires, coupant ainsi court aux possibilités de discuter de la question des politiques d’identités ou de critiquer leur propre rapport à l’identité nationale française. Chaque fois, le même processus de silenciation est à l’œuvre par des instances qui se présentent comme les garantes de la liberté d’expression académique.

Comme les plus de 22 000 collègues qui, à ce jour, ont signé la pétition exigeant la démission de Frédérique Vidal, nous nous inquiétons des mises en cause répétées de certains objets, de certaines approches et des chercheur·ses qui les portent — derrière le chiffon rouge de « l’islamo-gauchisme » qui remplace, à un siècle d’écart, le « judéo-bolchevisme » — car elles menacent non seulement la production des connaissances mais aussi la qualité du débat démocratique. Ce que nous dénonçons ici c’est la manipulation néo-conservatrice de la notion du débat d’idée à des visées d’attaques personnelles et de chasses aux sorcières.

La commission réaffirme son engagement à contribuer grâce à des travaux scientifiques à la production d’une science ouverte. Les épistémologies féministes et queer nous ont permis de transformer radicalement la production des connaissances scientifiques, notamment par la construction d’enquêtes qui se pensent comme étant situées, qui exposent leur protocole méthodologique et, par-là, permettent à leurs résultats d’être discutés dans les arènes scientifiques comme politiques, tout en ouvrant l’espace scientifique à de nouvelles personnes et de nouveaux objets.

Nous, membres de la commission de géographie féministe, affirmons notre soutien à notre collègue Rachele Borghi face aux attaques qui lui sont portées, et remercions Rose-Marie Lagrave et Abdellali Hajjat présent·es au moment des attaques portées sur France Culture, d’avoir rappelé que la hiérarchisation des objets et des méthodes de recherche a des effets délétères, scientifiquement et démocratiquement. Nous envoyons également toute notre solidarité aux collègues de l’UMR Pacte et en particulier à sa directrice Anne-Laure Amilhat-Szary, victime d’une campagne de harcèlement extrêmement grave pour avoir défendu l’usage du terme d’islamophobie dans le champ universitaire.

La commission de de géographie féministe du CNFG

Sur Academia


4 réflexions sur « Soutien à notre collègue Rachele Borghi. Communiqué de la Commission de Géographie Féministe du CNFG, 22 mars 2021 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.