Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Bonjour,

Je remercie beaucoup la section de géographie du CNU pour sa prise de position claire contre les attaques dont certaines personne d’entre nous sont victimes, dont je fais partie. Cela favorise notre sortie du silence, à moi comme aux autres personnes ciblées directement, et nous fait penser que une prise de conscience collective de la situation est en cours. Pourtant, il ne faudrait pas que ce genre de message nous porte à penser que ce qui arrive est un phénomène nouveau (je cite : « depuis quelques semaines ») et que l’on se retrouve devant quelque chose qui viendrait de naitre. Pour ce qui me concerne, je suis ciblée par des attaques depuis 2013, après mon recrutement à Paris IV, dans l’UFR de Géographie et aménagement. Les menaces de viols sur le net et la violence des propos se sont atténuées durant une courte période — avec la mise en sommeil de l’ « Observatoire de la théorie du genre »1 — pour mieux reprendre de façon virulente aujourd’hui, avec la création de l’ « Observatoire du décolonialisme et des dérives identitaires »2.

S’il est vrai que les prises de position de la Ministre ont légitimé l’expression de la violence, il ne faudrait pas oublier que le terrain a été préparé. Le mépris, la délégitimisation des savoirs non dominants, la violence épistémique exercée de façon plus ou moins forte envers les personnes qui introduisent dans les centres du pouvoir de la connaissance institutionnelle — les universités — des positionnements et des pratiques minoritaires3 et le laisser courir de la part de la communauté scientifique en général a permis à certaines universités et UFR de devenir de véritable berceaux de production de violence, des violences plus ou moins visibles, souvent symboliques et donc très difficiles pour les personnes ciblées à démontrer mais qui n’en ont pas moins des effets néfastes sur les corps et la santé mentale des personnes qui en sont la cible et manquent de ressources pour y faire face.

Je pense que pour éviter la montée de cette violence aujourd’hui et pour éviter que cela ne se reproduise dans le futur, il faut créer des espaces dans chaque université/ufr pour prendre en compte le vécu des personnes qui ont subi cette violence, un espace dans lequel la parole des victimes soit entendue et non mise en discussion, un espace d’écoute qui permette la prise en charge collective de la violence, sa reconnaissance, un espace de conscientisation collective qui seul pourra porter une réparation du préjudice subi et qui continue d’être exercé sur beaucoup de personnes universitaires. Il faudrait penser cela à échelle des UFR et des communautés disciplinaires, afin de constituer des groupes de parole qui mettent en commun des ressources, construisent des réflexions communes et portent les revendications des personnes concernées.  Il faut une prise en charge collective de cette violence afin que les personnes qui sont ciblées, qui ont besoin de soutien et d’être reconnues ne succombent pas à la souffrance et à la frustration.

« Apprendre/enseigner à transgresser. Corp(u)s », janvier 2021. Crédit: Rachele Borghi

Nous avons besoin d’un espace académique et universitaire bienveillant, prédisposé à la reconnaissance des responsabilités individuelles et collectives dans la production de la violence institutionnelle ; un espace capable de libérer la parole, de prendre en charge la souffrance, et d’avoir le courage de l’assumer et de s’assumer. Mais le fait est qu’il s’agit d’une utopie dont témoigne l’oxymore « académique et universitaire » et « bienveillant »…

Bonne utopie à tous et toutes et bonne lutte à ceux et celles qui n’ont jamais arrêté de se battre contre la violence des savoirs dominants, pour la libre circulations de savoirs critiques et minorisés. Car une autre université est, peut être, possible…

Rachele Borghi

Mon cours est un champ de bataille. Carnet de la Brigade SCRUM », janvier 2021. Crédit: Rachele Borghi

Crédit image en bandeau: Institut de géographie, janvier 2021. Crédit: Rachele Borghi

  1. NDLR. https://www.theoriedugenre.fr/ []
  2. D’ailleurs, je tiens à informer les personnes qui l’ont créé que le terme approprié est ‘décolonialité’ et non ‘décolonialisme’, confusion terminologique qui confirme que l’on est face à ce que l’épistémologie qualifie de « production de l’ignorance ». []
  3. Mieux dire minorisées car elles sont rendues minoritaires par les savoirs dominants. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.