« Nous avons l’impression d’être l’instance à abattre ». Interview de Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, par AEF

  • Interview de Sylvie Bauer, publiée sur AEF, 16 mars 2021. Extraits

AEF info : La concertation sur la mise en œuvre de l’article 5 de la LPR sur le recrutement hors CNU, menée par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli, doit se terminer fin mars. Y avez-vous participé ?

Sylvie Bauer : Nous avons rencontré les rapporteurs une fois – je voudrais d’ailleurs souligner que leur questionnaire est très orienté… – et devons leur remettre prochainement une contribution écrite. Tout cela est à nos yeux une mascarade, mais nous avons fait le choix d’y participer car nous devons des comptes à nos collègues qui nous ont élus et nous avons des choses à dire. Nous avons donc consulté toutes les sections et sommes en train de faire la synthèse. Y aura-t-il ensuite des négociations ? Avec qui ? Nous n’en savons strictement rien.

AEF info : Le cabinet de la ministre a mené, en décembre, des discussions avec le groupe 1 du CNU (droit et sciences politiques) aboutissant à une solution spécifique pour ces disciplines. Étiez-vous au courant de cette démarche et y avez-vous participé ?

Sylvie Bauer : Non. Aussi inconcevable et aberrant que cela puisse paraître, tout cela s’est fait indépendamment du bureau de la CP-CNU. Alors que n’arrivons pas à entrer en communication avec le cabinet de la ministre depuis notre élection ou que notre lettre à l’Élysée a reçu une réponse… trois mois plus tard, le groupe 1 a été reçu plusieurs fois rue Descartes ces dernières semaines. Cela a été évidemment très mal vécu par les autres groupes. La parole des uns vaut-elle plus que la parole des autres ? Je pense que c’est une manière de scinder le CNU. Diviser pour mieux régner. Heureusement, le bureau est très soudé et nous travaillons très bien ensemble.

AEF info : Cette négociation ne peut-elle pas s’expliquer par les spécificités disciplinaires du groupe 1, disciplines à agrégation non décontingentées ?

Sylvie Bauer : Absolument pas. Qu’il y ait des spécificités disciplinaires, bien sûr. Mais c’est justement le travail de l’instance qu’est la CP-CNU que de les faire remonter ! Sur le fond, la procédure expérimentale arrêtée pour les juristes pourrait tout à fait s’appliquer pour l’ensemble des sections. Et du point de vue de la méthode, ce qui s’est passé est absolument anormal.

Il y a de toute façon un effort de sape systématique du travail de la CP-CNU, des entraves qui deviennent usantes. La DGRH refuse par exemple de procéder à la convocation de nos groupes de travail, quels qu’ils soient (éthique, communication, LPR, carrière…), pourtant prévus par notre règlement intérieur ! Alors certes, certaines de nos prises de position n’ont pas plu en haut lieu [la CP-CNU a demandé la démission de la ministre en novembre dernier, NDLR], mais nous avons un peu l’impression d’être l’instance à abattre.

C’est à l’image de la manière dont est traitée la communauté universitaire ces dernières années : par la violence et le mépris, à tous les niveaux. Je pense évidemment à la LPR, votée en procédure accélérée en pleine crise sanitaire et sans concertation. Ou encore à la suppression de la qualification pour devenir professeur, faite avec une rare violence, les dossiers des candidats ayant été retirés du jour au lendemain de Galaxie, sans aucune information préliminaire… et sans la moindre mesure de transition ! Sans compter toutes les expressions de nos collègues qui se heurtent à un mur. Les étudiants sont accusés de prendre des « bonbons sur les tables » et d’être les propagateurs irresponsables de l’épidémie. Quant aux personnels, qui se plient en quatre pour que le service public de l’enseignement supérieur continue de fonctionner, ils ne sont payés en retour que de mépris.

AEF info : Votre colère est-elle partagée par l’ensemble des sections du CNU ? Je rappelle que vous n’avez pas réussi à faire voter le report de la qualification MCF en novembre dernier, 27 sections ayant voté contre, 24 pour.

Sylvie Bauer : Nous n’avons en effet pas réussi à obtenir les deux tiers des votes requis pour exiger le report de la campagne de qualification. Dont acte. Les collègues étaient inquiet·es pour les candidat·es et n’ont pas voulu les pénaliser. Nous avons donc négocié avec le ministère un élargissement du calendrier, ce qui n’aura aucune incidence sur les recrutements. Mais pour autant, les collègues sont très en colère !

AEF info : Il y a également des discussions actuellement, dans le cadre du comité de suivi du protocole d’accord sur les mesures carrière et rémunération de la LPR, qui concernent grandement la place et le rôle du CNU, que ce soit pour le repyramidage ou l’octroi de nouvelles primes pour les enseignants-chercheurs. Êtes-vous associés à ces réflexions ?

Sylvie Bauer : Non. Comme je vous l’ai déjà dit, nous n’existons pas aux yeux de ce cabinet. Les collègues sont en train de déposer leurs dossiers pour la PEDR : cette dernière sera-t-elle remplacée par autre chose avant que les dossiers soient examinés, à l’image de ce qui s’est passé pour la qualification PU ? Nous n’en savons absolument rien!
Je note juste que la question du repyramidage a été intégrée au questionnaire de la concertation menée par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli… Sur ces questions d’indemnitaire et d’avancement, je pense qu’il est important que nous discutions avec la CPU car je suis persuadée que nous pouvons trouver un terrain d’entente.

AEF info : L’autre sujet qui vous occupe concerne la liberté académique et les récents propos de la ministre sur « l’islamo-gauchisme ».

Sylvie Bauer : Ces déclarations sont totalement incompréhensibles. Et nous sommes très inquiets de la chasse aux sorcières qui s’est ouverte depuis, avec notamment la publication des noms de collègues sur un site. C’est une attaque sans précédent contre les libertés académiques.

Thèmes sur la « concertation » sur le recrutement des enseignantEs-chercheuSEs

Le questionnaire de la concertation lancée pour la mise en œuvre de l’article 5 de la LPR, sur le recrutement hors qualification par le CNU, comprend cinq grands thèmes :

Reconnaissance du doctorat et valeur de l’habilitation à diriger des recherches
Quelles conséquences tirer sur la valeur du doctorat des taux contrastés de qualifications selon les sections du CNU ? Quelles recommandations ou évolutions réglementaires doit-on envisager pour renforcer la garantie de qualité et le rôle du doctorat dans le processus de recrutement ? Même question pour l’HDR.

Le rôle et le fonctionnement du comité de sélection (COS)
Comment faire évoluer les procédures d’admissibilité et d’admission pour améliorer la qualité du recrutement ? Comment favoriser la diversité des profils (profils internationaux, interdisciplinaires…) et s’assurer de la parité ?

Le rôle et le fonctionnement du CNU
Quelle doit être la mission principale du CNU ? Ses autres missions ? Quel rôle et quelle place doivent y jouer les organisations représentatives des personnels ? Quel doit être son rôle dans le processus de recrutement des enseignants-chercheurs, dans le suivi de leur carrière ou en matière de primes individuelles ? Comment articuler ses missions avec le principe d’autonomie des établissements d’enseignement supérieur ?

Les conditions de l’expérimentation d’un recrutement de maître de conférences sans qualification (art. 5 de la LPR)
Quels objectifs et quels engagements doivent avancer les établissements pour obtenir une autorisation d’expérimentation ? Sur quels critères doit reposer l’avis favorable du comité de sélection autorisant les candidats sans qualification du CNU à se présenter aux concours de recrutement d’un établissement ?

L’évolution des voies d’accès au corps des professeurs d’université
De nouvelles voies d’accès aux fonctions de professeur des universités vont être créées par les chaires de professeur junior et par une voie de promotion interne permettant de repyramider les corps PU/MCF. Quelles évolutions sont souhaitables pour ces différentes voies ? Faut-il repenser l’accès au corps de professeurs des universités ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.