Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit

L’urgence des très nombreuses luttes en cours – contre le sort réservé aux étudiant·es, contre le sexisme et les harcèlements, contre la précarité, contre les attaques en islamogauchisme, contre la loi de programmation de la recherche, contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, etc., la liste est malheureusement longue – ne doit pas faire oublier que l’on connaît précisément ceux qui sont les principaux responsables, depuis deux décennies, de la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Petit retour en arrière sous forme de portraits, pour le lancement d’une nouvelle série d’articles sur Academia.

La TNT offre parfois de surprenantes programmations, telle cette série mi-documentaire, mi-télé-réalité intitulée « les démolisseurs de l’extrême » qui met en scène des opérations de destruction de grandes structures « hors normes » par une équipe de démolisseurs professionnels, prise généralement par le temps et devant faire face aux contraintes techniques les plus diverses. On imagine la difficulté des producteurs à dénicher, saison après saison, des sujets à la fois spectaculaires et insolites. Academia relève le défi et s’apprête à proposer une nouvelle saison et une programmation tout à fait inédite des « démolisseurs de l’extrême », avec pour toile de fond l’actualité de l’ESR en France. Cette semaine, nous nous intéresserons à deux figures stars de la discipline qui ont fait parler d’elles récemment : Bernard Larrouturou et Antoine Petit. Rassurez-vous, Thierry Coulhon n’est pas loin dans cette histoire ; à un tel niveau de la compétition, les vrais talents sont rares.

Divulgâchons. Vous verrez comment, par un renversement de l’histoire et un invraisemblable conflit d’intérêts à venir, celui qui a dirigé le CNRS s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES pour le compte de son « ami de vingt ans », PDG de l’organisme.

Retour en pointillés sur deux décennies d’histoire du CNRS…

Nous sommes en juillet 2003. Bernard Larrouturou est nommé Directeur général du CNRS par la ministre de la recherche de l’époque, la stratosphérique Claudie Haigneré. Ce brillant cerveau, estampillé X-Pont, occupait jusqu’alors les fonctions de PDG de l’Inria depuis 1996 ; organisme où il a gravi à grandes enjambées tous les échelons depuis son entrée en 1983 comme chargé de recherche.

À son arrivée rue Michel-Ange, Bernard Larrouturou affiche des ambitions réformatrices qu’il souhaite mener tambour battant : réorganiser le navire amiral de la recherche française de fond en comble, rien que ça. Ce sera sa grande œuvre, son opus dei. L’homme est pressé mais cette « réorg » va rapidement tourner vinaigre et se trouver sous le feu de critiques internes à la maison. Et pour cause. Il ne s’agit pas d’une restructuration commandée par la science mais plutôt d’un micmac bureaucratique conçu par celui à qui, dans les couloirs du CNRS, va vite coller à la peau la célèbre définition de Coluche :

« un technocrate, c’est un mec que si tu lui donnes le Sahara, dans cinq ans, il va acheter du sable ailleurs ».

Le « projet Larrouturou » prévoit ainsi un bizarre redécoupage des contours des départements scientifiques qui va, dans un premier temps, tourner au couac puis à l’accident industriel.

Il faut dire que le grand architecte de la science française a une idée lumineuse : il décide de regrouper les mathématiques, l’informatique, la physique et les sciences de l’univers dans un seul et unique département de taille démesurée. Ce sera feu le département MIPPU, création « larrouturesque » typique qui explosera en vol rapidement, « ne serait-ce qu’à cause d’un acronyme à la con» d’après un ancien membre du comité de direction de l’époque. Le projet introduit également une surcouche administrative supplémentaire avec la création des fameux « directeurs inter-régionaux », l’œil de Moscou auprès des satrapes provinciaux, dont un délégué régional connu pour son fort accent du sud-ouest et sa verve légendaire dira à leur création : « Les directeurs interrrrrégionaux ne servent pas à grrrrand-chose, à part foutrrrrre la merrrrrrrde ! ».

The Cerda family’s house is demolished for ABC’s “Extreme Makeover: Home Edition” filming in Las Vegas this week.

Un projet d’hommes et d’organigrammes

On l’aura compris : au-delà des coupes budgétaires et de la mise à l’arrêt de nombreux programmes-supports internes initiés du temps de Geneviève Berger, le « projet Larrouturou » apparait surtout comme un projet d’hommes et d’organigrammes. Son but : installer une garde rapprochée qui devra jurer solennellement « fidélité et loyauté » à son DG bien aimé en comité de direction1. Elle en dit long sur les méthodes de management que Bernard Larrouturou essayera d’imposer pendant son mandat de démolisseur. D’une certaine façon, avec le recul, on peut y déceler un précurseur de la macronie ayant une bonne décennie d’avance sur les pratiques devenues monnaie courante dans le monde de l’ESR. Chapeau bas l’artiste ! L’intéressé dira lui-même, après son départ2 :

« Le CNRS a été mis sous pression. Mais la recherche a surtout de la peine à admettre l’intérêt du management » (sic).

Autre perle rapportée dans une interview célèbre de l’Usine Nouvelle : « Ces années ont fait de moi un dirigeant, et plus seulement un chercheur. » (resic). Fermez le ban !

Mais revenons à ce qui nous occupe aujourd’hui.

Image publicitaire de Pathé-Marconi, 1956-1957

À son arrivée au CNRS et parmi ses recrutements marquants, Bernard Larrouturou fait venir auprès de lui début 2004 un certain… Antoine Petit, dont il avait pu apprécier le zèle que ce dernier avait déployé en tant qu’administrateur de l’Inria. C’est l’époque où certaines mauvaises langues commencent à surnommer Antoine Petit, « Petit-Marconi, la voix de son maître », faisant référence à la célèbre marque Pathé-Marconi. Le nouveau patron du CNRS confie d’abord à Antoine Petit les rênes du département STIC (Sciences et technologies de l’information et de la communication) avant de l’envoyer prêcher la bonne parole auprès des collectivités locales comme directeur interrégional pour le Sud-ouest. C’est le temps des premiers missi dominici, mâchoires carrées et épaules larges, roulant des mécaniques, qui débarquent dans les bureaux des délégués régionaux sans prendre la peine de frapper à la porte. « Toute une civilisation », comme dirait Audiard.

Le limogeage brutal de Bernard Larrouturou début 2006 met fin (provisoirement) à l’aventure de cette joyeuse bande de copains qui partagent la même vision de la recherche : celle d’une technobureaucratie avant tout servile et cajoleuse. Entre-temps, Michel Cosnard ayant accédé à la tête de l’Inria, Antoine Petit ne reste pas longtemps sur le carreau. Et se voit confier, à la mi 2006 les clefs du Centre de recherche de Rocquencourt, ce cœur battant de l’Inria « canal historique ». Promu quatre ans plus tard directeur général adjoint, il s’emploie à « consolider la maçonnerie d’un institut qui avait doublé de taille au cours de la décennie précédente ». On connait la suite….

Darwinienne macronie

Notre voyage dans le temps nous fait directement passer de 2006 à cette mémorable fin d’année 2020 où nous retrouvons les mêmes comparses dans des rôles différents. Entre temps, Antoine Petit est devenu,  début 2018, le très darwinien et macroniste PDG du CNRS que nous connaissons, tandis que Bernard Larrouturou a été à l’œuvre sur de nombreux chantiers où il a enchaîné les performances… et les démissions :  éphémère directeur de l’innovation de Schneider Electric de fin 2006 à 2008, préfigurateur et directeur général du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) dont il démissionnera avec fracas fin 2013, et enfin directeur général de la recherche et de l’innovation (DGRI) au MESRI d’août 2018 à ce fameux 20 novembre 2020 où il démissionne de son poste après le vote de la Loi de programmation de la recherche (LPR), invoquant un « désaccord » (sic) avec la ministre Vidal.

Fin novembre 2020, Bernard Larrouturou redevient donc un intermittent des travées ministérielles, à la recherche d’un nouveau poste à la hauteur de ses talents de démolisseur dont on regretterait presque qu’ils ne soient pas exportables, pour le bien de la balance commerciale française. Dans le cercle très fermé des hauts dirigeants de l’ESR, il peut compter sur la solidarité sans faille des réseaux d’influence et des copains qui font dire à certains : « je traverse la route et je te trouve un boulot ! ». Thierry Coulhon est appelé à la rescousse et ne se fait pas prier. Il faut dire que ce dernier doit à l’ex-DGRI Bernard Larrouturou un sérieux coup de pouce pour sa nomination à la tête du HCERES, ayant œuvré à démolir avec application tous les obstacles sur le chemin du conseiller élyséen vers les sommets de l’Olympe de l’évaluation.

En deux temps trois mouvements, voici notre fraichement débarqué DGRI tout aussi prestement recruté par le nouveau patron du HCERES, soucieux de renvoyer l’ascenseur et de recruter un dirigeant partageant la même vision de l’ESR et, accessoirement, le même calendrier électora qui pointe sur 2022. La nomination de Bernard Larrouturou est entérinée par le collège du HCERES réuni le 1er mars dernier qui ne trouve rien à redire à cet hallucinant conflit d’intérêt. Dès le 2 au matin, le tout nouveau « directeur du département d’évaluation des organismes de recherche » peut donc se mettre au travail…. et retrouver son vieil ami Antoine Petit avec qui il va pouvoir préparer, main dans la main, l’évaluation du CNRS prévue pour 2021 !  C’est donc par un incroyable renversement de l’histoire que Bernard Larrouturou, qui a dirigé le CNRS, s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES en veillant aux intérêts de son « ami de vingt ans » et ancien collaborateur, Antoine Petit, PDG de l’organisme.

Nous ne doutons pas que nos démolisseurs de l’extrême mettront tout leur savoir-faire dans cette évaluation hors norme du CNRS qui sent déjà le conflit d’intérêts à plein nez. À la fois « maîtres des horloges » et « maîtres des experts », nous ne doutons pas une seconde que notre trio de spécialistes sera choisir, en toute indépendance cela va de soi, les « meilleurs experts », complaisants et frotte-manches à souhait, qui viendront encenser les projets de démolition d’Antoine Petit en matière de refonte du comité national, des règles des concours de recrutement, etc.… Une vraie histoire de famille plus vraie que nature. Larrouturou, Petit, Coulhon, c’est un peu les parrains de la recherche française ! De beaux chantiers les attendent cette année. Mais attention à 2022 tout de même, le renouvellement du marché de l’ESR ne leur est pas encore totalement garanti…

Carpe diem, quam minimum credula postero.

  1. L’anecdote est authentique, nous y reviendrons dans un prochain billet. []
  2. « Bernard Larrouturou, tête chercheuse« , L’Usine Nouvelle, 16 novembre 2006. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.