Suisse: Ouverture du débat parlementaire sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire des universités suisses

Comme l’annonce l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) dans un billet publié le 24 février 2021, « le débat sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire1 des universités suisses a atteint le Parlement national« .

Les discussions parlementaires doivent répondre à une interpellation parlementaire (n° 20.4622) déposée par le député Christian Dandrès (PS) et intitulée « Lorsque la faim est à la porte, les chercheur-euses s’en vont par la fenêtre« .

Texte déposé par Christian Dandrès et cosigné par huit Conseillères nationales et Conseillers nationaux du PS et des Verts:

Suite à ma question 20.5974, je prie le Conseil fédéral2 d’indiquer:

1. Comment juge-t-il l’efficacité des mesures prises dans le Message FRI 2017-20203 et qu’il veut reconduire ?

2. Quelle est sa détermination sur les recommandations 9, 19, 20 et 23 du rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève » (p. 59-61) pour le renforcement des postes en CDI aux échelons intermédiaires de la hiérarchie académique?

3. Quelle est sa détermination sur les revendications des collaborateur-trices des hautes écoles citées dans la pétition « Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique » et sur les témoignages de souffrance au travail relayés par la presse ?

Pétition pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les hautes écoles suisses.

4. Connaît-il l’impact du système de mise en compétition généralisée sur la santé du personnel académique et sur la qualité de sa recherche ? Peut-il documenter ses éventuels constats ? A défaut, comment pourrait-il le faire et envisage-t-il de le faire ?

5. Quelles mesures peut-il et va-t-il prendre pour résoudre le problème de la précarité parmi les collaborateur-trices très qualifié-es du monde académique, mais trop âgé-es pour envisager une reconversion extra-académique ?

L’Académie suisse des sciences humaines et sociales pose la question si « le domaine de la relève est-il de la seule compétence des hautes écoles« . Heinz Nauer y répond ainsi:

Dans sa déclaration du 17 février 2021, le Conseil fédéral rappelle que « le domaine de la relève est de la compétence des hautes écoles et de leurs collectivités responsables, respectivement du Conseil des EPF ». Il note également que les hautes écoles ont déjà augmenté le nombre de postes à durée indéterminée et que le Message FRI 2021-2024 prévoit une augmentation annuelle stable de 2 % des contributions de base aux hautes écoles.

Cette interpellation n’est pas la première dans ce domaine : le Conseiller national Fabien Fivaz (Parti des Verts) avait soumis une interpellation en mars 2020 (20.3121), dans laquelle il souhaitait savoir, entre autres, comment le Conseil fédéral évaluait la situation du corps intermédiaire deux ans après la publication du rapport «Next Generation» de l’ASSH.

La discussion au Conseil est toujours en cours dans les deux cas. En 2012 déjà, un groupe de jeunes chercheurs et chercheuses avait publié une prise de position appelant la politique à agir. Deux ans plus tard, le Conseil fédéral a déclaré dans un rapport que le problème avait été reconnu, mais que les mesures concrètes relevaient de la seule compétence des hautes écoles.

Rapport du conseil fédéral (2014) « Mesures pour encourager la relève scientifique en Suisse« 

 

 

  1. Catégorie regroupant doctorant-e-s, post-doctorant-e-s, chargé-e-s d’enseignement et collaborateurs-trices scientifiques []
  2. organe exécutif de la Confédération suisse []
  3. Message relatif aux « Mesures d’économies dans la Formation, Recherche et Innovation«  []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.