La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles

Omerta mode d’emploi #9

← Article précédent

Article suivant →

ENS de Lyon, février 2021. Le contraste est saisissant quand on considère comment d’autres affiches sont, elles, laissées en place par la direction : deux poids, deux mesures

Ce jeudi 25 février 2021, un rassemblement était prévu dans les jardins de l’ENS de Lyon pour inviter tous et toutes à faire entendre leur voix à une présidence absolument sourde aux paroles de victimes, et de leurs représentant·es institutionnel·les, associatifves et syndicales.

Ens de Lyon, 25 février 2021

Pour Écharde, le rassemblement contre le déni du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles dans le parc de l’ENS de Lyon a connu un joli succès : « beaucoup d’étudiant-es malgré le contexte, des prises de parole, beaucoup d’écoute, et une détermination à toute épreuve pour dire STOP aux violences! »

La détermination des étudiantes, des étudiants et des agents de l’ENS semble ne pas vouloir faiblir. Elle se poursuivra donc en mars, et dès le 27 février 2021 par un sitting place de la Comédie.

Pour approfondir

[Nous reproduisons ici les premières lignes datant de NOVEMBRE 2018. Commentaire d’une interlocutrice : « rien n’a changé »]

Depuis l’émergence du mouvement #Metoo il y a un an, au moins cinq affaires de harcèlement et de sexisme ont secoué la célèbre grande école. Une timide libération de la parole, malgré la frilosité d’une direction plus soucieuse de préserver la réputation d’excellence de l’établissement.

Le 18 septembre 2018 dernier, il règne une joyeuse effervescence de rentrée à l’assemblée générale des Salopettes, l’association féministe de l’École Normale Supérieure (ENS) de Lyon. Pourtant, les membres sont soucieux : l’association a été convoquée durant l’été au commissariat en raison d’une plainte pour diffamation déposée par un médecin de prévention dont les Salopettes avaient mis en cause les comportements inappropriés.

Illustration: Jean-Paul Van der Elst.

Tout a commencé début 2017, après que deux étudiantes ont rapporté leur fort sentiment de malaise lors de consultations médicales à l’ENS Lyon. Les Salopettes décident d’enquêter et diffusent un appel via les réseaux sociaux. En l’espace d’une semaine, 13 témoignages sont recueillis, pointant tous le même praticien et faisant état de jugements sur la sexualité, de questions intrusives, de préjugés sexistes, de compliments déplacés, ainsi que de palpations injustifiées : « Une étudiante nous a rapporté que le médecin, pour tenter de la convaincre d’accepter un implant contraceptif, avait évoqué la nécessité pour les filles de prendre leurs responsabilités au lieu de remplir les cliniques d’avortement. Une autre nous a dit s’être vu reprocher la consommation d’alcool qu’elle décrivait au motif que ce n’était pas très bien pour une fille », rapporte une ancienne membre des Salopettes.

Enquête interne

Au fil des témoignages, plusieurs autres étudiantes tentent de décrire leur gêne : « Il avait une attitude et un regard insistant sur mon corps. C’était déplacé. Il m’a fait me mettre en sous-vêtements, les a commentés positivement, m’a (soi-disant) « examinée » avec trop d’insistance en faisant des compliments sur mon physique, notamment ma poitrine et mon poids (…). Pendant le long entretien qui a suivi, il m’a fait asseoir sur la chaise en me demandant de ne pas me rhabiller parce que c’était plus agréable », rapportera l’une d’elle. Informée, la présidence décide de clore l’affaire par un rappel à l’ordre.

La réponse est jugée insuffisante par les Salopettes. A la rentrée 2017, elles ripostent via un communiqué dévoilant le contenu des témoignages ainsi que le nom du médecin. C’est finalement ce coup de pression qui décidera la présidence de l’ENS Lyon à solliciter une enquête de l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale (IGAENR).

Lire la suite sur Mediacités Lyon →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.