HCERES : Thierry Coulhon recrute En Marche !

La rédaction d’Academia poursuit ses révélations sur les premiers pas de Thierry Coulhon au Hcéres. Après l’affaire de la nomination de Bernard Larrouturou et après l’affaire du renouvellement du renouvellement de Pierre Glaudes – deux affaires qui trouveront leur épilogue lundi prochain, 1er mars -, intéressons-nous aujourd’hui à deux toutes récentes nominations au Hcéres : celle du secrétaire général du Haut conseil et celle du chef du cabinet du président.

Attention spoiler : les deux sont des militants macronistes. Des purs et durs.

À part ça, n’oublions pas que l’islamo-gauchisme submerge l’université, que le militantisme gangrène le monde de la recherche, et que le Hcéres “s’inspire des meilleures pratiques internationales” en matière d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche (article L. 114-3-1, alinéa 6, du Code de la recherche).

La suite est à venir.


Le HCERES sous Thierry Coulhon, c’est un peu comme le site archéologique de Troie : nonobstant la jeunesse du site, plus on creuse, plus on trouve des choses magnifiques qui, jour après jour, commencent à révéler les splendeurs de cette autorité administrative « indépendante » et de son Roi Priam. Pour l’instant, l’équipe d’Academia n’a réalisé qu’un nombre réduit de sondages, judicieusement guidés. On n’ose imaginer, dès à présent, ce que l’on pourrait découvrir si l’on adoptait la stratégie de Heinrich Schliemann qui fouilla Troie à coup de larges tranchées. Patience, des travaux de terrassement sont en cours, quatre ans de mandat — si le Conseil d’État n’en décide pas autrement — c’est long ! Mais sans plus attendre, découvrons le contenu des fouilles du jour qui se concentrent sur le « cabinet présidentiel ».

Les fouilles révèlent que Thierry Coulhon est décidément un homme pressé. Sitôt arrivé au 2 rue Albert Einstein en novembre dernier, le président n’est pas resté inactif pour se constituer une garde rapprochée et gonfler un peu plus la technostructure, déjà pléthorique, de la maison. Que voulez-vous, on ne se refait pas, dès lors que l’on tombe dans la marmite de la technobureaucratie, les mathématiques ne sont plus d’aucun secours et l’essentiel devient sans cesse menacé par l’insignifiant, pour reprendre les splendides mots de René Char.

Deux emplois ont donc fait l’objet très rapidement d’une procédure de recrutement avec publicité : celui de secrétaire général du HCERES (annonce du 15 décembre), laissé vacant par le placement de son ancienne locataire en position de « conseiller du Président », et celui de « chef de cabinet » (annonce du 21 décembre), qui est une fonction, précisons-le au passage, qui n’est prévue par aucun texte.

Nous passons sur les détails des recrutements, menés comme il se doit par des comités d’audition les plus « indépendants » possibles. Résultat des courses : Stéphane le Bouler remporte le poste de secrétaire général et Alexandre Arlin, celui de chef de cabinet. La rédaction d’Academia félicite les heureux élus et leur souhaite un plein succès dans leurs nouvelles et hautes missions d’intérêt général, au service de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Par acquis de conscience (une vilaine déformation de notre métier de chercheurs !), nous avons passé ces deux nouvelles recrues au filtre implacable de Google qui révèle un pédigrée politique intéressant dans les deux cas.

Commençons par Stéphane Le Bouler. Il apparait en bonne compagnie dans un document d’En Marche ! de 2017 aux côtés, mazette, d’Olivier Véran et de Jérôme Salomon, bombardé du titre « d’expert national pour la santé d’En Marche ! ». Les macronleaks comme la communication officielle d’EnMarche! confirment son implication à haut niveau dans la campagne présidentielle du candidat Macron dans la thématique santé. C’est un secrétaire général au plus haut degré « macron-compatible » qu’a donc choisi inopinément Thierry Coulhon, garant de l’indépendance du haut conseil vis-à-vis du pouvoir politique, rappelons-le au passage.

Deuxième personnage et deuxième surprise : Alexandre Arlin, chef de cabinet. D’après ses comptes twitter et linkedin, l’intéressé est juriste de formation et ancien vice-président de la FAGE, un titre qui ouvre des perspectives depuis 2017 même si son CV semble un peu mince pour l’emploi postulé. Mais le garçon a quelques faits d’armes. Il a été l’an dernier le directeur de campagne du candidat malheureux de LREM, Alexandre Aïdara, aux élections municipales de Saint-Denis qui a culminé à 9.80% des voix au premier tour du scrutin. Depuis juin 2018, d’après les indications de son CV en ligne, il est « expert externe dans l’évaluation de la qualité de l’ESR » (sic !), mandaté par le HCERES pour des missions en France et à l’international au liban (Université Islamique du Liban, Université Sainte Famille) et au niveau national (pôle universitaire Léonard de Vinci). Enfin, la page wikipédia « Les Jeunes avec Macron » indique qu’il est depuis octobre 2020 membre du Conseil national avec le titre de conseiller national chargé de la « formation ».

Dans l’immense vivier de la fonction publique et de la communauté universitaire et de la recherche, Thierry Coulhon aura donc eu la main heureuse deux fois, et c’est sans doute à sa grande surprise que ces deux recrutements présentent des accointances miraculeuses avec EnMarche et LREM ! Et avec le recul, on peut soupirer de soulagement au moins sur un point : on n’est pas passé loin du recrutement d’Alexandre Benalla !

On résume donc pour y voir plus clair : le HCERES, autorité publique indépendante, est aujourd’hui gouvernée, trois mois après la nomination de Thierry Coulhon, par un cabinet dont les membres les plus éminents sont donc un président, conseiller sortant de l’Elysée et instigateur du programme ESR du candidat Macron en 2017, un secrétaire général expert santé d’EnMarche et un chef de cabinet conseiller national « Les Jeunes avec Macron » chargé de la formation. Une belle uniformité garante, nous n’en doutons pas une seconde, d’une totale « indépendance » vis-à-vis de l’exécutif en place.

OliBac, Nails 4, 2008

Mauvaise langue nous direz-vous ! Thierry Coulhon n’allait tout de même pas recruter un écolo qui aurait privé de viande à la cantine l’ensemble des collaborateurs du HCERES ou un membre de la France insoumise ! Et certes, rajouterez-vous aussitôt, tout un chacun peut librement avoir un engagement politique sans que cela ait forcément une répercussion dans la vie professionnelle.

Oui, mais… Pour les chicaneurs que nous sommes, et il en faut (hélas dirons certains !) en démocratie, cela commence à faire beaucoup pour le HCERES, clé de voûte de l’indépendance du monde universitaire et de la recherche voulue par la très controversée loi LPR votée fin 2020.

Surtout qu’avec nos vilains doutes de chercheurs et d’échafaudeurs de théories abracadabrantesques (nous l’avons déjà dit, c’est notre métier !), on pourrait craindre qu’un cabinet hautement politisé à la tête d’une autorité indépendante, disposant d’un trésor de Priam annuel d’une vingtaine de millions d’euros, se passionne pour d’autres types d’activités que de compter les publications des laboratoires, ceci dans la perspective de la prochaine campagne présidentielle… On dit ça, on ne dit rien, mais la situation appelle désormais à une vigilance de tous les instants. Le HCERES doit être placé sous très haute surveillance.

Ami Schliemann, tu n’as pas fini de fouiller : nous serons là pour t’aider.


1 réflexion sur « HCERES : Thierry Coulhon recrute En Marche ! »

  1. On croirait presque que Coulhon prépare sa nomination au Mesri en 2022 ! (l’espoir fait vivre hein…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.