Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance

À l’évidence, Thierry Coulhon s’apprête à ériger le Hcéres à la hauteur des standards internationaux de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur… Au Hcéres, le copinage, on ne connaît pas, et les chefs de département sont des hommes de terrain, des vrais ! La preuve…

Après le scandale de la nomination à venir de Bernard Larrouturou, celui-là même qui a organisé la procédure de sélection de la candidature de Thierry Coulhon à la tête du collège du Hcéres, revenons aujourd’hui sur le renouvellement (du renouvellement…) de Pierre Glaudes, lundi prochain. Il n’y a pas à dire : le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est la grande classe.


Les notaires en fin de carrière choisissent leur successeur. C’est ce qu’on appelle « le droit de présentation », une pratique datant de… la Restauration. Ils « proposent » le nom de leur remplaçant au ministère de la justice, qui avalise ce choix dans l’immense majorité des cas.

Une pratique dont s’est certainement inspiré le HCERES pour le renouvellement de son directeur du département d’évaluation de la recherche. Sauf surprise de dernière minute, la prochaine séance du collège du HCERES du 1er mars 2021 doit en effet entériner la proposition de renouveler Pierre Glaudes au département d’évaluation de la recherche.

Pierre Glaudes, successeur de Pierre Glaudes, depuis maintenant 3 mandats ! Retour dans le passé pour un bref historique de cette véritable charge notariale donc.

Pierre Glaudes, 54 ans à l’époque, est nommé directeur de la section des unités de recherche de l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) en 2011. Ce n’est pas un nouvel entrant et l’intéressé a déjà un beau parcours dans la maison. Son CV officiel indique qu’il a été successivement délégué scientifique pour le secteur Lettres (2007-2009) puis délégué scientifique coordinateur des Sciences humaines et sociales (2009-2011). Mais à l’arrivée de Pierre Glaudes, l’agence est déjà dans la tourmente et sous le feu des critiques du monde universitaire et de la recherche. Il fut dire que les griefs ne manquent pas : censée à l’origine évaluer de façon constructive et être une agence de conseils, la boutique s’est rapidement transformée en vilain comptoir de notation, marquant au fer rouge chaque laboratoire d’une note allant de A+ pour les « meilleurs » à C pour les « pathologiques ». L’agence ne survivra pas à la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche promulguée en 2013. Fin 2014, l’AERES est morte, vive le HCERES !

Alors que Pierre Glaudes tire un lénifiant bilan de la défunte agence dans un article aussi visionnaire qu’un inventaire de quincaillerie, l’intéressé semble toutefois inquiet pour sa propre destinée. La conclusion de son papier vaut offre de service à peine voilée :

« Une tentation française, lorsqu’une institution succède à une autre, quel que soit le secteur d’activités, est de faire table rase du passé et de reprendre la question ex nihilo. Fâcheuse tendance qui a pour conséquence une incapacité à capitaliser sur l’expérience acquise, dont résultent souvent une perte de temps et une dépense d’énergie inutile. Il faut souhaiter que les responsables du Haut Conseil sachent éviter cet écueil en se livrant à une évaluation équitable du travail de leurs prédécesseurs ».

Pierre Glaudes sera vite rassuré par cette fâcheuse tendance du système à ne pas « capitaliser sur l’expérience acquise ». Utilisant à bon escient son « droit de présentation » auprès du tout nouveau souverain du HCERES, Michel Cosnard, l’intéressé pousse le meilleur candidat possible à sa propre succession : Pierre Glaudes ! Le voilà en piste pour un 2e mandat, cette fois au sein du HCERES, avec remise du compteur à zéro puisqu’il y a changement de bail et de propriétaire !

Quatre années supplémentaires, toujours en charge de l’évaluation de la recherche, cette fois sans notation, auxquelles viendra s’ajouter une année d’intérim interminable avant l’arrivée contestée de Thierry Coulhon à la tête du HCERES en novembre dernier. Mais l’intéressé ne semble pas inquiet par l’arrivée d’un nouveau roitelet car Thierry Coulhon souffre visiblement d’un sérieux problème de ressources humaines : difficile, en effet, de renouveler les talents à l’intérieur du vase clos de la haute technobureaucratie de la recherche française ! On prend donc les mêmes et on recommence ! Après le recyclage en renvoi d’ascenseur de Bernard Larrouturou, va donc pour Pierre Glaudes, en piste pour un troisième mandat de 4 ans. Ce dernier devrait donc rester en poste jusqu’en 2025. Il sera alors âgé de 68 ans et aura occupé la même charge pendant près de 14 années ! Un magnifique exemple de professionnalisation des personnels en charge de l’évaluation de la recherche, pratique déplorable dénoncée dans tous les standards internationaux de l’évaluation et du management de la qualité.

Finissons par une note plus personnelle et souhaitons à Pierre Glaudes tout le temps nécessaire, durant son nouveau mandat, pour ses nombreux travaux littéraires qui l’éloignent très souvent de la rue Einstein. Quelques mauvaises langues en interne au HCERES (il y en a hélas toujours !) font état d’un investissement très modéré de l’intéressé dans ses fonctions et ce, depuis de nombreuses années. Gageons qu’il aura donc tout le temps nécessaire pour présenter ses écrits dans les cercles parisiens et y conduire des séances de dédicace, comme récemment au cercle Flore de l’Action française.

La Restauration a parfois du bon !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.