Hcéres. Petits arrangements entre amis très chers

#CancelCulture. Après celles des jeunes collègues et des femmes sur les listes de diffusion, voici un nouvel élément à verser dans le panier des pratiques anti-démocratiques de l’ESR, au plus haut sommet de son gouvernement cette fois. Si le conflit d’intérêt était discipline olympique, nul doute que la France aurait des chances de médaille d’or aux prochaines Olympiades de Tokyo en 2021. Elle aurait pu aligner Thierry Coulhon, nouveau président (du collège) du Hcéres depuis novembre dernier, dans deux compétitions phares : le conflit d’intérêts en épreuve individuelle et celui en épreuve collective, également appelé conflit d’intérêts en bande organisée. Elle aurait même pu en faire le porte-drapeau de la délégation française, tant l’intéressé semble au mieux de sa forme ces derniers mois, malgré quelques nuages qui s’amoncellent au-dessus de la tête du champion.

Avant de revenir sur les derniers soubresauts de l’épreuve individuelle concernant la nomination très contestée de T. Coulhon à la tête du Hcéres et le recours devant le Conseil d’État, place à l’actualité et zoom sur l’épreuve du conflit d’intérêt en bande organisée.

Thierry Coulhon proposera lundi 1er mars aux membres du collège du Hcéres, réunis en visioconférence à cet effet, d’entériner le nouvel organigramme de la boutique et la nomination des chefs de rayon. C’est ce que l’on apprend dans l’ordre du jour officiel du Hcéres reçu par les membres du collège.

À la tête du tout nouveau « Département d’Évaluation des Organismes de recherche » (DEO), on retrouve — ô surprise — Bernard Larrouturou !!! L’ancien DGRI (directeur général de la recherche et de l’innovation) du MESRI, démissionnaire le 20 novembre dernier, change de crèmerie et atterrit donc trois mois plus tard chez son copain… Thierry Coulhon.

Fait consternant : c’est Bernard Larrouturou en personne, avec Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, qui ont organisé par deux fois l’appel à candidature aux fonctions de « Membre du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur appelé à exercer la fonction de président », publiés en décembre 2019 et en juin 2020 au Journal Officiel. C’est également elleux qui ont présélectionné les candidats finalistes à l’audition du 28 juillet 2020 et qui ont notifié leur décision par courrier aux intéressés ainsi qu’aux candidat·es rejeté·es. À ce stade, on prend conscience du rôle déterminant de Bernard Larrouturou qui a pu, à sa guise, écarter des candidatures « gênantes » qui auraient pu être autant de petits cailloux dans les chaussures de Thierry Coulhon. On pense par exemple aux candidatures de plusieurs directeurs et directrices de département du Hcéres en fonction qui, avec leur curriculum bien garnis de techno-bureaucrates de l’ESR, avaient toutes les compétences et expériences attendues par le ministère et l’exécutif pour de telles fonctions. Ils ont pourtant été sèchement éliminés des épreuves éliminatoires ! Leur champion a ainsi pu disputer la finale en toute quiétude, qui plus est face à un comité d’audition des plus complaisants.

Avec le recul des derniers mois et l’enchaînement diabolique des faits, ceux-ci ne laissent que peu de place au doute :  Bernard Larrouturou a vraisemblablement piloté, du moins activement participé, depuis la rue Descartes, toute l’opération de transfert de Thierry Coulhon de l’Élysée au Hcéres, aplanissant la route au conseiller élyséen, ces quelques travaux de voirie valant investissement d’avenir ! Le conflit d’intérêts prend ici une dimension stratosphérique et une méchante coloration de « petits arrangements entre amis ». Ce retour d’ascenseur pourrait également s’apparenter à un véritable « pacte ». D’autant plus qu’en qualité de « directeur de département » du Hcéres, Bernard Larrouturou se verra gratifier d’une coquette indemnité de fonction de 35 000 euros par an. L’échange de bons procédés « je te nomme, tu me nommes » présente donc également des enjeux financiers non négligeables qui pourraient intéresser Anticor, par exemple1.

https://www.flickr.com/photos/zigazou76/3643875775/in/photolist-6xZPjp-6y5gyS-buzuiG-6y5gyw-5xkSMW-sfmjYv-3eNiSJ-9FsP2G-6y5gyG-cN2CZs-6y5gyW-imxpC-9zRAme-8WyqJF-523Xwq-btDeqX-54z8J-btDiGv-9h2jQq-2fu3d5z-2k7Tprt-wowK71-2dwAP8e-G94pqM-2aEWKFs-pK2iF9-JXp3cY-5HNhNz-a3Wedj-peNY9P-4XBXaw-peNYaa-dXa9Eg-pNfDfU-5ABqLq-6y5gyC-dHQqvj-stHPyJ-sEGWiW-7ogngf-NwShZE-dHJTvF-rJ5zbc-dHJSDZ-f9N8Uo-6RKzZF-25MEFts-4iBFYX-2gnQHeZ-6y5eKm


Marteau du marteau-pilon Demoor en position basse. Crédit: Frédéric Bisson, 2009.
Ce marteau-pilon est utilisé conjointement avec une forge ce qui explique les restes sur les côtés.

Espérons que face à ce nouvel épisode autant écœurant qu’accablant, les membres du collège du Hcéres feront preuve d’un sursaut déontologique et éthique et qu’ils rejetteront cette proposition de nomination digne d’un arrangement signé Paul Bismuth. Academia, de son côté, va solliciter des parlementaires afin qu’ils et elles interrogent le Gouvernement sur ces pratiques douteuses au sein d’une autorité administrative indépendante de l’État.

  1. Rappelons que Thierry Coulhon s’était lui-même octroyé une revalorisation à 80 *000€ annuels dans son futur emploi. []

1 réflexion sur « Hcéres. Petits arrangements entre amis très chers »

  1. Comme disait un ancien président de la République (déjà vacciné): « Passe moi la salade, je t’envoie la rhubarbe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.