« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité ». Jean Macé, Noël 1848

Noël 1848. Paris, salle Valentino. Lors du banquet des femmes socialistes, Mme Granet porte un toast à un autre Noël:

« Noël à Saint-Simon, à Fourier ! Noël à tous les peuples, qu’ils soient unis entre eux ! Noël à tous les exilés qui souffrent ! À la fraternité donc ! »

Puis Jean Macé prend la parole.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité, de celle qui s’appelle égalité quand elle a, à sa gauche, la liberté veillant sur les facultés et, à sa droite, la fraternité veillant sur les besoins »

#ResistESR


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.